« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. C’était après un orage, dans cette odeur de terre et de pierres mouillées qui réveille si bien en nous un écho oublié, venu du fond des âges. Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression – la conviction ? – qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

— Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

mercredi 1 janvier 2014

Voeux venus des âges lointains

Incroyable ! au détour d'un vieux registre (daté de 1728), j'ai trouvé ces vœux tout droit venus du passé . . .



Je vous les transmets à mon tour et vous souhaite une année émaillée de généapépites et heureuses généatrouvailles.

6 commentaires:

  1. Drôle de découverte, mais qui tombe à pique! Meilleurs vœux à vous.

    RépondreSupprimer
  2. Bonne année à toi aussi, et longue vie à ton blog :-)

    RépondreSupprimer
  3. On lit deux mil quatorze, non ? (encore que ce ne soit pas très lisible
    le vu la taille) sous "Bonne année"... C'est une blague ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon d'accord, j'avoue : pendant les fêtes, je n'ai pas abusé de champagne, mais de . . . Photoshop. Mais bon, meilleurs vœux à tous quand même.

      Supprimer
  4. Bravo pour ce "phototrucage" très réussi !
    et meilleurs vœux en retour

    RépondreSupprimer