« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 5 juin 2014

#ChallengeAZ : E comme enfants

Quelques réflexions sur les enfants dans ma généalogie :

Classe de Corzé, 1894, AD49

  • Enfants nombreux : 
Le record du nombre d’enfants pour une seule union est détenu par Galand Jacques et Belu Renée, qui ont eu 17 enfants, nés entre 1678 et 1701 (sur une période de 23 ans, donc) à Villevêque (49), soit un enfant tous les 16 mois en moyenne. On remarque qu'ils ont encore un enfant en 1701, l'année même où leur fils aîné Jacques se marie.
Houdebine René, quant à lui, a eu 19 enfants en 3 unions, à Ménil (53) ; 4 avec Chalumeau Renée, nés entre 1651 et 1656 ; 11 avec Belin Marie, nés entre 1659 et 1678 ; 4 avec Patry Marie nés entre 1683 et 1694.

  • Enfants nés : 
C’est le mois de mars qui voit le plus de naissances (567 enfants nés dans ce mois, soit 11,07 %). A contrario on naît le moins en août (315 naissances, soit 6,15 %).

  • Enfants morts :
Sur les 8 enfants de Cousseau Jean et Cherbonneau Marie, nés entre 1700 et 1713 au Boupère (85), 6 sont décédés en bas âge : Perrine est décédée à 1 jour (c'est celle qui a le moins vécu), Mathurine est décédée à 2 ans (c'est celle qui a le plus vécu, si l'on peut dire). Les autres sont décédés dans les semaines qui ont suivi leur naissance.

  • Enfant trouvé : 
Deschalon Catherine est dite "donnée" (dans son acte de mariage à Oyonnax (01) en 1687), ce qui semble signifier qu'elle a été donnée après sa naissance. L’acte de naissance n’a pas été trouvé.

  • Enfants illégitimes : 
On en compte trois dans notre généalogie :
Borrat-Michaud Joseph Auguste est l'enfant "illégitime" de Borrat-Michaud Justine, né à Champéry (Suisse) en 1863 (selon son acte de mariage à Samoëns (74) en 1893). Le père n'est pas connu. On notera que Justine a eu deux autres enfants illégitimes avant lui : Pierre Frédéric Borrat-Michaud, né en 1844 de père inconnu, et Louis Auguste, né en 1850, fils de Pierre Julien Rey-Mouroz son compagnon (mais ils ne sont pas mariés).
Duchemin Simone est née, en 1657, hors mariage, "extra matrimonium" comme le précise son acte de mariage à Guérard (77); fille de Simone Testard, dans son acte de naissance en effet il n'y a pas de mention du père. Par contre, lors de son mariage, son père Nicolas Duchemin (qui lui a donné son nom de famille) est nommé.
Guibé Jacques est qualifié de "bastard" dans son acte de mariage (1640) et celui de son fils (1674). Il serait né en 1612 (selon son acte de décès), mais on le peut pas le vérifier : il n'y a pas de registre de naissance antérieur à 1615 à la Coulonche (61).

1 commentaire:

  1. Plein d'études de mots intéressants. Bravo et à l'année prochaine

    RépondreSupprimer