« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 14 juin 2014

#ChallengeAZ : M comme Mil cinq cent soixante dix

1570 est l’année de l’acte le plus ancien de ma généalogie retrouvé à ce jour.

Extrait de l'acte de naissance de Ryondel Jean (acte en latin), 
coll. communale Samoëns

C’est l’acte de naissance de Ryondel Jean, né à Samoëns (74).

1570 est situé dans ce que l'on appelle aujourd'hui l'époque moderne. Cette période de l'histoire s'étend de la fin du Moyen-Age à la Révolution Française (c'est-à-dire 1453 - fin de l'Empire byzantin avec la prise de Constantinople - ou 1492 - découverte de l'Amérique par Christophe Colomb - à 1789; les historiens n'étant pas tous d'accord sur les dates précises).

Si cette période s'inscrit dans la continuité du Moyen-Age, elle connaît néanmoins de profonds bouleversements, les progrès techniques marquant une rupture avec la période précédente. Les découvertes en matières d'armement (artillerie notamment) vont faire évoluer les guerres et les champs de bataille, l'invention de l'imprimerie permet la diffusion du savoir comme jamais auparavant, les famines sont en net recul grâce à la découverte et la diffusion de la pomme de terre venue d'Amérique, la vision du monde s'élargit avec la découverte de nouveaux territoires et continents, la société se transforme sous l'influence du protestantisme et de l'humanisme. Enfin on voit la montée d'une nouvelle classe sociale : la bourgeoisie d'affaire.

Durant les trois siècles que dure cette période, on voit se succéder :
  • la Renaissance, courant artistique et intellectuel où les artistes ont introduit l'esthétique antique et où les humanistes se sont approprié le savoir antique déjà redécouvert au Moyen Âge. 
  • la Réforme protestante et la Contre-Réforme, dont les querelles religieuses vont aboutir aux guerres de religion.
  • l'émergence des Etats-nations, qui voient s'exacerber les rivalités nationales.
  • Les Lumières, dont les philosophes pointent les limites des monarchies absolues.

Jean Ryondel est né sous le règne du roi Charles IX, roi de France de 1560 à 1574 (branche des Valois). Sous son règne, le royaume est déchiré par les guerres de religion, malgré tous les efforts déployés par sa mère Catherine de Médicis pour les empêcher. Il déboucha sur le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572).
La colonisation américaine se poursuit, après sa récente découverte par Christophe Colomb (1492). Le protestantisme se développe, entraînant les guerres de religion.
La Renaissance, née en Italie, poursuit son développement.
En architecture, c'est l'époque des architectes Palladio (villa Rotonda), Pierre Lescot (aile du Louvre)...
C'est aussi celle du poète Pierre de Ronsard (1524/1585), des écrivains et dramaturges Montaigne (1533/1592), Cervantès (1547/1616), Shakespeare (1564/1615), des peintres Michel-Ange (1475/1564), Le Titien (1488/1576), du chirurgien Ambroise Paré (1509/1590)...

Autant de noms célèbres qui, aujourd'hui, nous évoquent (plus ou moins) quelque chose. Mais évidemment, pour Jean Ryondel cela devait être différent. Que savait-il de ces nouveaux courants artistiques, religieux et de pensée ? De ces bouleversements géographiques et techniques qui se faisaient sentir ? A-t-il même entendu prononcer ces noms immortels ? Impossible de le deviner, bien sûr.

Enfin, n'oublions pas que notre monde n'est pas celui de nos ancêtres. Ainsi Jean Ryondel n’était pas vraiment Français : Samoëns faisait alors partie du Duché de Savoie, qui ne sera réuni à la France qu’en 1860 (Traité de Turin).
Le 19 février 1416, l'empereur Sigismond Ier (empereur romain germanique) érige le comté de Savoie en duché de Savoie, lui offrant une autonomie politique sans précédent. Les ducs de Savoie vont ensuite devenir rois de Sicile, puis de Sardaigne au début du XVIIIe siècle. Les États de Savoie sont alors de plus en plus souvent appelés « États sardes » par les Français après 1718.
Les différents États, duchés ou royaumes d'Italie, n'ont été réunis qu'à partir de 1860. En 1860, la révolution italienne (Risorgimento) et les plébiscites pour l'unification en Italie fédèrent les différents États d'Italie et installent le roi de Sardaigne Victor-Emmanuel II de Savoie sur le trône d'une monarchie constitutionnelle avec l'appui de l'empereur des Français Napoléon III.
Le 22 avril de la même année, lors de la ratification du Traité de Turin, à la suite d'un plébiscite (130 533 "Oui" / "Oui et zone" contre 235 "Non"), le duché de Savoie est cédé conditionnellement à la France, formant les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie.
Jean Ryondel naît donc sous le règne d’Emmanuel Philibert de Savoie, dit Tête de fer, époux de Marguerite de Valois (fille de François Ier).


1 commentaire:

  1. Cette mise en contexte est très intéressante ! Merci pour le partage.
    Elise

    RépondreSupprimer