« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mardi 23 juin 2015

#ChallengeAZ : T comme Touring Club de France

Je ne sais pas si vous le savez, et si vous le saviez vous auriez m’en informer tout de suite, mais poursuivant le parcours de Jules dans la presse [ 1 ], j’ai découvert qu’il était mentionné plusieurs fois dans la revue du Touring Club de France !

Revue Touring club de France © Gallica

S’inspirant d’un Cyclists Touring Club, un groupe d’amis français fonde un mouvement similaire qu’ils nomment le Touring Club de France (TCF). Leur but est de développer "le tourisme sous toutes ses formes, à la fois par les facilités qu’elle donne à ses adhérents et par la conservation de tout ce qui constitue l’intérêt pittoresque ou artistique des voyages".
Jusqu’aux congés payés de 1936, le tourisme est essentiellement réservé aux classes sociales aisées. Les fondateurs du TCF, passionnés de vélo, souhaitent développer le cyclotourisme. On est en 1890 et le « vélocipède » est alors en pleine croissance.
L’association participe au développement des guides touristiques, dès 1899, et des routes touristiques, des pistes cyclables, campings ou colonies de vacances, etc…
Malgré sa reconnaissance d’utilité publique en 1907, elle va péricliter dans la seconde moitié du XXème, avant de cesser définitivement ses activités en 1983.

Le TCF a aussi édité une revue mensuelle. Et c’est dans cette revue qu’apparaît Jules. A trois reprises en effet, on voit citer son nom :
  • Revue mensuelle du Touring-Club de France, février 1911 – « Concours de fabrication de skis, organisé à l'occasion de la Grande Semaine d'Hiver des Pyrénées. Ce concours était ouvert à trois catégories : 1° Ateliers militaires; 2° Ecoles professionnelles, industrielles et autres; 3° Fabrication familiale. Le jury s'est réuni au siège social du TCF, le 16 janvier dernier. Il a décerné, comme suit, les prix et récompenses affectés à ce concours : [...] 3° Fabrication familiale : [...] Assumel (Martignat, Ain)... 25 francs espèces. »
  • Revue mensuelle du Touring-Club de France, avril 1911 – « Liste des candidats, Département de l'Ain, Martignat, Assumel (J.), garde des eaux et forêts » (à quoi était-il candidat ? la liste ne le dit pas; le concours de skis de l'édition de février ?).
  • Revue mensuelle du Touring-Club de France, 15/9/1913 – « Concours de fabrication de skis pour enfants et de bâton de skis - Ces concours, ouverts par le Touring-Club, ont réuni un nombre de concurrents suffisant pour nous laisser espérer que les résultats en seront excellents. Nos meilleurs constructeurs ont répondu à notre appel et, d'ici la fin de l'année, nous en sommes convaincus, nos jeunes skieurs seront pourvus du matériel spécial qui leur manquait encore et le bâton de ski de tourisme, depuis si longtemps attendu, aura vu le jour. Le jury chargé d'examiner les envois de compétiteurs se réunira dans le courant d'octobre. Nous donnons ci-après la liste des concurrents : [...] concours de fabrication de skis économiques pour enfants : Assumel à Condamine (Ain). »

Si son prénom n’est pas toujours cité, on reconnaît néanmoins Jules dans  ces listes de concurrents (notamment grâce à ses domiciles, identifiés par ailleurs : voir l'article D comme domicile).

En dehors de ses activités de garde des eaux et forêts, Jules devait donc, dans son garage (ou ailleurs…) bricoler des accessoires dédiés au ski. On rappellera que Martignat est une commune de l’Ain située à 450/950 m d’altitude et Condamine la Doye à 500/800 m. Le ski y est toujours pratiqué. 

Pour aider au développement de la pratique du ski, le TCF offrait de généreuses contributions et organisait des manifestations pour promouvoir les sports de neige auprès d’un public de plus en plus large. Il incitait aussi les habitants des régions montagneuses et les touristes à fabriquer eux-mêmes leurs skis. D’où l’organisation de ces concours. Jules ne devait pas être manchot, puisqu’il a remporté notamment le concours de 1911 dans la catégorie « fabrication familiale », avec un prix de 25 francs à la clé !


[ 1 ] Voir l'article Q comme quotidien et mensuel.



Merci à Gallica pour cette trouvaille.
Source : presse en ligne.


1 commentaire: