« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 25 avril 2016

#Généathème : le plus ancien des ancêtres

Je m'en vais vous conter les mémoires du tronc de la Maison de Sales, comme ainsi Monseigneur de Sales son descendant le fit en MDCLIX [ 1 ]. Certaines personnes curieuses, savantes ou non, pourraient y voir là quelques sources de divertissement; et ce serait déjà une bien belle chose.
C'est ainsi mon cher lecteur que Pierre de Sales appartient à une belle et fort ancienne Maison. Si les envieux, les calomniateurs et les médisants en doutent, j'ai estimé tout faire pour en apporter l'affirmation. Grâce à de nombreux d'actes d'Œconomie il est facile de les tisser ensemble pour en faire tirer la preuve d'une existence.

Voici donc ce que l'on peut soutenir sans faille :

Il existe plusieurs familles de Sales car c'est là un nom répandu. Nous ne parlerons point de ceux qui ont lâchement usurpé le nom, mais nous intéressons à la famille de Sales de Thorenc (aujourd'hui Thorens-Glières en Haute-Savoie), en Genevois, du nom de la paroisse dans laquelle notre Maison est située.

Le château de Sales, première demeure de la famille, était situé à environ 200 mètres au-dessus du château de Thorens actuel. En 1630 Sales sera détruit pendant l'occupation française du duché de Savoie.

Château de Thorens, de nos jours © gpps.fr

La Maison désigne tout à la fois un bâtiment d'habitation, une famille, une race.

Les armes de la Maison de Sales se blasonnent ainsi : D'azur, à deux fasces d'or, chargées chacune d'une autre fasce de gueules, accompagnées d'un croissant d'or en chef et de deux étoiles à six rais d'or en cœur et en pointe.
Blason de la Maison de Sales

Inféodés, originellement, aux seigneurs de Compey, les Sales passèrent ensuite au service des Princes de Luxembourg-Martigues. Plusieurs générations de Sales occupèrent la prestigieuse charge de maître d'hôtel de la maison du Prince.

Mais revenons à notre sujet de préoccupation : C'est à savoir premièrement que Pierre serait le fils de Garnier de Sales et de Marmette de Balleyfon. Cependant les archivistes qui ont mis en lumière les représentants de cette illustre Maison ne peuvent s'en assurer avec certitude.

Il est parfois nommé Peronnet ou Pierre le Second (son supposé arrière-grand-père étant aussi prénommé Pierre). Il serait né vers 1323 ou 1324. De sorte qu'il appartient à la vingtième génération de ma généalogie. Il n'aurait qu'un seul frère, Etienne.

En 1335 il est fait mention de Peronnet en qualité de "damoiseau".

Pierre "le Second du nom" était "seigneur de Sales et de Montpitton, vidomne [*] de la Roche".

Il épouse Peronne (ou Pernette) de Chiffé environ en l'an 1353. Elle était la fille de "noble, puissant et spectable [*] Girard de Chiffe, chevallier et thresorier general de Savoye". La Maison de Chiffé était fort nombreuse mais ses titres ont été brûlés dans le château de Polinge par les Huguenots de Genève. De fait, comme cet écrit est destitué de preuve, je ne veux rien assurer. Néanmoins cette union n'était pas une petite gloire pour la Maison de Sales. La mort leur enleva les premiers fruits de leur heureux mariage. Jordan (ou Jordain) porte la qualité d'aîné sur trois autres frères.

Pierre a acquis de nombreuses terres, comme le grand et noble vignoble de Vignier dans la paroisse de Faucigny, sous le château à la vue de la rivière d'Arve et de toute la plaine de la Roche, aux héritiers de Girod N. Ce territoire donna bien de la jalousie, ou de l'envie à plusieurs gentilshommes du voisinage; c'est pourquoi Pierre de Sale a souffert de grands procès.

Lui et ses futurs descendants possédaient, outre le domaine de Sales, la terre autour de Thorenc avec titres de fief et d'hommage et, par conséquent, de juridiction. Ils avaient le pouvoir d'imposer des tributs, cens, services et tailles sur plus de 80 feux [*]. Quatre générations plus tard, les seigneurs de Sales étaient à la tête de plus de 800 sujets taillables et juridiciables. En cas de guerre, lorsque le Prince souverain commandait le ban ou l'arrière-ban, ledit seigneur de Sales devait lui donner un homme armé et entretenu à cheval, selon l'ordinaire taxe de la milice. La chasse, la pêche, le bois pour la bâtisse et pour l'affouage [*] appartenaient en pleine liberté audit seigneur de Sales dans toutes l'étendue de la terre de Thorenc.

Pierre et son frère Etienne ont suivi à la guerre le Comte Vert Amédé VI de Savoie (dans le conflit qui l'opposa au marquis de Saluces dans le Piémont). Le généreux Prince récompensa le chevalier Pierre de Sales en lui donnant de nouveaux titres, reflétant sa fidélité ainsi que les grands et insignes services qu'il lui avait rendu.
Les deux frères assistèrent ensuite à l'institution de l'Ordre du Collier (ordre de chevalerie savoyarde) créé par ledit Comte en 1362. Revenu du Piémont, avec de grands deniers, Pierre fit plusieurs autres acquisitions rière [*] Thorenc & la Roche, dont la désignation se voit par le menu dans le livre des Reconnaissances.

Peronne de Chiffé, son épouse bien-aimée, mourut vers 1372 et fut enterrée dans l'église de Thorenc. Âgé d'environ 50 ans, Pierre crut devoir se remarier pour la meilleure conduite de la famille : il épousa donc en secondes noces Rolette du Bochet, une vertueuse matrone, veuve de Jacques de Bessonais, écuyer et bourgeois d'Annecy - alliance moins illustre que celle avec la Maison de Chiffé, bien que fort noble. Ils n'eurent point de descendance.

La Maison de Sales a été régulièrement en conflit avec celle des Compey, seigneurs de Thorenc. Après plusieurs affaires, usant partout de la violence et abusant des grâces de la Duchesse de Savoie, se faisant des ennemis partout, les Compey furent obligé de fuir en France. Par une sentence de 1451 ils furent bannis des États de Savoie, leurs biens confisqués. La Maison de Savoie récupéra le château, qui sera finalement racheté en 1559 par le seigneur de Sales.

Pierre de Sales mourut sans doute avant 1389, date à laquelle son fils passa acte devant notaire en qualité de seigneur de Sales. Sa sépulture fut probablement en la place de ses ancêtres dans l'église de Thorenc.

Pierre de Sales est l'heptayeul de Saint François de Sales (ancêtre à la 7ème génération).

D'après ma source principale, Pierre ne serait pas le plus ancien de la lignée : Garnier, Guigues (ou Guy), Pierre Ier, Jacques, Henry, Raoulet (ou Rodolphe), Guichard, Gerard l'auraient précédé. Mais le silence de l'antiquité ne permet pas d'en être parfaitement assuré : "l'archiviste qui, en l'an 1642, mit en lumière l'échantillon généalogique de la maison de Sales, ignoroit les générations de Jacques à Gérard, parce qu'il n'avoit rien trouvé plus haut que Pierre Ier dans les archives de Sales; mais les archives de la Roche, de l'église cathédrale St Pierre de Genève, les mémoires de Pierre Saillet et quelques autres ont donné ces plus hautes lumières". Hélas, tous les historiographes ne sont point d'accord. C'est pourquoi Pierre II figure dans ce chapitre aujourd'hui en tant qu'ancêtre le plus ancien de mon arbre et que les générations précédentes, connues ou inconnues, restent pour l'heure dans l'ombre. 



Source : Le pourpris historique de la Maison de Sales de Thorenc en Genevois, par Charles Auguste de Sales, Évêque et Prince de Genève.

A noter : Un pourpris est une enceinte, un enclos et parfois une demeure, dans la France de l'Ancien Régime. La réalité désignée par le mot « pourpris » dépasse celle d'un simple jardin en ce qu'elle recouvre les différents éléments d'un domaine physiquement bien délimité et fermé.
L'auteur de l'ouvrage le définit ainsi : c'est pour prendre, actif, prendre tout à bout, ainsi dit-on de la racine d'un arbre pour prendre quelque place.


[ 1] Ne voulant point mettre mon lecteur dans l'embarras, je lui offre ici une table afin qu'il convertisse la date citée, si c'est selon ses désirs :
[*] Voir la définition dans la page lexique de ce blog.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire