« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

lundi 29 février 2016

#Centenaire1418 pas à pas : février 1916

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de février 1916 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Jean François dispart "des radars" entre sa blessure (fin janvier) et son retour au front en septembre. J'ignore où il a été soigné et où il a passé sa convalescence. Il m'a donc fallu inventer un probable parcours, basé sur la consultation de différentes archives (vie à l'hôpital, autres batailles...).
 
Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er février 
L’ambulance alpine n°2/64 qui m’a évacué est celle qui est stationnée dans la mairie-école de Mittlach, à quelques kilomètres de Metzeral.

Ambulance alpine n°2/64 © ambulance-alpine-dna.fr

Suite à de très violents bombardements et à la destruction partielle des parties hautes, l’ambulance s’est retranchée au sous-sol du bâtiment.
Elle a aussi installé des infrastructures creusées dans le sol alentours.
Ce que le service des armées nomme « ambulance alpine » est un poste de secours qui accueille une cinquantaine de médecins, infirmiers, brancardiers…
Initialement conçu comme un lieu d’accueil des blessés venant du front, il a pour fonction de les trier, de remettre sur pieds ceux qui peuvent l’être et de stabiliser les plus gravement touchés avant de les transférer vers les hôpitaux de campagne situés à l’arrière.
Toutefois, en raison des conditions climatiques, notamment en hiver, le rôle de l’ambulance va évoluer. En effet, les cols devenant impraticables à cause de la neige, il est impossible de transférer les blessés. Les soins et les traitements sont donc administrés parfois directement sur place.
La météo le permettant, je ne suis resté qu’un seul jour à l’ambulance : j’ai été évacué dès le 29.

2 février
L’ambulance 2/58 m’a ensuite emmené à Krüth
J’y retrouve R. Gustave, du 23e bataillon de chasseurs alpins, entré à l’ambulance 2/58 le 25-12-15.
Il était considéré comme suspect, le rapport préliminaire concluant à un coup de feu tiré à courte distance.
Finalement il  est considéré comme un blessé ordinaire et évacué à l’arrière.

3 février
J’en ai vu des gars, usés par la peur, le froid et l’horreur : certains cèdent à la panique et laissent leurs mains dépasser du parapet.
Ils espèrent être la cible d’un tireur isolé : un membre estropié vaut un retour au pays.
A condition de ne pas être reconnu comme blessure volontaire : c’est alors la cour martiale… ou pire.
Le vacarme incessant des bombardements, la saleté, les poux, la boue. Il faut avoir les nerfs solides pour résister à tout ça.
D’autres se sentent coupables à l’idée de détruire la vie d’un Allemand inconnu de leur âge, respirant le même air, riant, mangeant.
Ce n’est pas de la déloyauté ou de la lâcheté. C’est simplement le signe de leur humanité.

 Soldat russe ©  legeekcestchic.eu

4 février
Me voici donc à l’hôpital [*]. Je découvre un nouvel univers.
En treize mois au front, c’est la première fois que je suis blessé.

5 février
La souffrance me fait oublier tout ce qui est étranger à cette salle commune dans laquelle on meurt ou on vit presque par hasard.
La nuit les plaintes des blessés interdisent un sommeil qui de toute façon ne vient pas.

6 février
La nuit, parfois, des souvenirs de mon enfance surgissent, bouleversants, chargés d’espérance.
Je n’ose m’y abandonner.

7 février
Ici on est plus loin du front, mais chaque assaut et bombardement se devine par l’afflux de blessés qui arrive parmi nous.

8 février
La pénurie, le rationnement, le manque de personnel est le lot commun de l’hôpital.
Celles et ceux qui se dévouent pour nous ont d’autant plus de mérite. Leur engagement est sans faille et leur tâche toujours plus lourde.
Soigner les blessés est un défi. Les nourrir une gageure.

9 février
Après le bruit, le froid, la peur, infirmières et médecins apparaissent comme un rempart aux drames du quotidien du front.

10 février
Ici on trouve des tuberculeux, syphilitiques, gazés. Mais 70% des blessés sont là à cause des obus, comme moi.

11 février
Parfois les blessés affluent en si grand nombre qu’il n’y a plus de lit disponible. On les met par terre, sur un matelas s’ils ont de la chance.
Dans ces cas-là les médecins opèrent de jour comme de nuit.

12 février
Beaucoup d’infirmières sont de simples bénévoles. Elles ont reçu un enseignement de 2 à 6 mois, basé sur le « Manuel de l’infirmière ».
Dans la réalité, elles font beaucoup plus que des confections de pansements, bandages ou préparations des opérations.

13 février
La salle est pleine. Beaucoup sont gravement blessés.
Mon voisin de lit me dit, d'une extrême tristesse : "Tu vois petit, la guerre, c'est pas beau, c'est pas beau...".

14 février
Le soir la mélancolie du pays me prend.
Je fredonne alors un de ces airs dont la musique semble être en patois, évoquant vals, torrents et pics enneigés.

15 février
"Je suis dans l’abri. Près de la porte avec mon fusil. 5 balles dans chaque chargeur. Malheur au premier qui entrera !"
Je me réveille en sursaut : encore un cauchemar.

16 février
On essaye de se tenir au courant des événements, du moins quand on en a la force et la capacité.
En général, les nouvelles nous arrivent en pointillé.

17 février
Je me rends compte soudain que depuis quelques nuits je dors dans un vrai lit, chose que je n’avais pas connue depuis la caserne je crois.
Ça me change de la paille !

18 février
Mon voisin de lit a un énorme bandage qui lui mange presque tout le visage.
Un autre a été amputé d’une jambe. Celui-là d’un bras.
Au milieu des canons on ne se rend pas vraiment compte des conséquences du « retour du front ».

19 février
Soudain une alerte : les bombardements se rapprochent. Vont-ils nous toucher ?
Chacun retient son souffle. Le calme revient. Le soulagement aussi.

20 février
Notre quotidien ici ce sont des cris perçants des agonisants, des larmes amères mais aussi des gestes de réconfort des infirmières dévouées.

21 février
Il paraît qu’on se bat fort à Verdun, Souville, Vaux, Douaumont… Les boches sont passés à l’offensive, avec force et fermeté.

22 février
A Verdun les canons se sont déchaînés. Un million d’obus allemands ont été tirés le premier jour. Du jamais vu.

Verdun © lesfrancaisaverdun-1916.fr

Ensuite c’est l’assaut des troupes.
Encore un lieu où on meurt par paquets de dix.
Hachés par la mitraille avant même d’avoir pu combattre.

23 février
La noria des voitures sanitaires doit être incessante, d'un poste de secours aux grands postes de triage et aux hôpitaux d'évacuation.
Dans une ambiance de fin du monde, le découragement doit s’emparer des chefs comme des soldats.

24 février
Pour les chefs, la perte de Verdun est inenvisageable. L’ordre suivant est donné : « On meurt sur place en attendant les renforts ! »

25 février
Par la fenêtre j’entrevois le médecin-chef, le curé et un brancardier qui fument une cigarette. Ils ont l’air si désemparés, écœurés.

26 février
Les héros ici sont les blessés silencieux. Non que la douleur les assomme, mais tant de visions les occupent : luttes, fatigues, sang, boue.

27 février
Pour beaucoup des visions de passé et des inquiétudes d'avenir : le foyer retrouvé, mais par un invalide. Pour quelle vie ?
Le foyer demain ; ou peut-être la mort aujourd’hui…

28 février
Au début les médecins et officiers ne se trouvaient pas très bien cantonnés (dans une vieille ferme).
Maintenant ils n’ont plus le temps de s’en plaindre, n’importe quelle paillasse accueillant leur fatigue !

29 février
Certains chirurgiens hardis ne reculent devant rien avec leurs bistouris à la main.
Ils enregistrent parfois une mortalité effrayante, mais la chance aidant leurs quelques succès leur vaut le respect et considération.


[*] Le SAMHA (Service des archives médicales hospitalières des armées) n’a pas su me dire où il avait été évacué après le 29 janvier. Le Thilliot (l’hôpital le plus proche), Gérardmer, Epinal (où les hôpitaux sont les plus nombreux) ou ailleurs ?



Sources complémentaires :
A. Perry « au temps des armes »
Ch. Signol « Ils rêvaient des dimanches »
Léon Jouhaud : Souvenirs de la grande guerre 
Document Arte : Verdun, ils ne passeront pas (réal. Serge de Sampigny)
"Journal résumé de la guerre 1914-1918", par Jean Pouzoulet, caporal au 23e Bataillon de chasseurs alpins, AD Hérault :






 

vendredi 12 février 2016

#Généathème : une famille sous l'œil des recensements

J'avais déjà eu l'occasion de parler des richesses des recensements dans l'article "Un, deux, trois...", sous un angle plutôt généraliste. Pour ce généathème, je vais m'attacher à une famille en particulier, les Macréau. Ils habitent en Seine et Marne, au Sud de Meaux aux XIX et XXème siècles. J'avais repéré leur lignée grâce aux dépouillements des registres d'état civil.

Extrait des recensements de population, liste nominative de Guérard © AD77

Observons plus particulièrement à Étienne Théodore, né en 1812 à Guérard, et à Théodore Louis Léon, son fils né en 1840. Je les retrouve 13 fois pour le premier et 12 pour son fils dans les listes de recensement au cours de leurs vies (les listes de recensement commencent en 1836).

Avec ces deux générations seulement (sur 15 années différentes de recensement), j'aurais pu nommer ce billet "les mystères insondables des listes nominatives". En effet, si ces documents peuvent être de précieuses sources pour le généalogiste, ils posent aussi de nombreuses questions qui, en l'occurrence, sont restées pour moi sans réponse.
Ainsi lors du premier recensement où apparaît Étienne, à Guérard en 1836, il habite avec son épouse Angélique Fouchy et une fille prénommée Louise âgée d'un an. Or le couple s'est marié en 1834 et n'ont encore qu'une enfant,  Mathilde Rose Angélique, née en 1835. Néanmoins on remarque que sur les tables elle est prénommée Mathilde Louise Angélique.
Première inconnue : qui est cette Louise ?
Hypothèses :
- c'est bien Mathilde Rose Angélique qui apparaît dans le recensement mais prénommée usuellement Louise ?
- c'est la nièce du couple, Aimée Louise née en 1835 ? Mais non, ce serait trop simple : cette dernière apparaît bien dans le recensement avec ses parents !

Dans les deux recensements suivants, le couple a deux enfants : leur fils (prénommé seulement Léon) et une fille qui cette fois est dite Angélique Rose Mathilde (1841) puis seulement Mathilde (1846). On ne l'appelle plus Louise (si jamais c'était bien elle en 1836).

En 1866, trois personnes habitent le domicile : Étienne ("sabotier, chef de ménage"), Angélique son épouse, et Marie Louise Gibert, leur bru. En effet Théodore Léon s'est marié avec Marie Louise en mars 1866 (le recensement a été terminé et reçu officiellement en juillet). Mais il n'y a pas de trace de Théodore !
Deuxième inconnue : où est Théodore ? Il a alors 26 ans. Il est charretier. Il ne doit pas être bien loin car son épouse est bientôt enceinte (leur premier enfant naît en juin 1867).

En 1886 Étienne et Angélique habitent avec un petit garçon dit "petit-fils" Coquillard Armand, âgé d'un an. Or leur unique fille est décédée en 1850, âgée d'une quinzaine d'années.
Troisième inconnue : de qui ce petit Armand est-il le fils ? Il n'y a plus de fille susceptible d'épouser un Coquillard dans la famille Macréau.

Si je peux suivre facilement Théodore Léon lorsqu’il est enfant (il demeure avec ses parents de 1841 à 1861 à Guérard), je le perds une première fois en 1866 - seul - (cf. plus haut) et à nouveau en 1876 - avec épouse et enfants. Après son mariage je sais grâce à l'état civil qu'il déménage plusieurs fois : Dammartin sur Tigeaux, retour à Guérard, puis Meaux et Tigeaux. Les recensements ont été compulsés (mention spéciale à ceux Meaux, beauuuucoup plus longs et fastidieux que les autres communes plus petites).
Quatrième inconnue : où a encore déménagé Théodore ?

A partir de 1886 on retrouve la famille à Tigeaux. Théodore habite avec son épouse Marie Louise et leurs deux fils Albert et Henri. En 1891 le fils l'aîné a quitté le foyer, mais à la place on voit deux nourrissons : Gaston Croisy (8 mois) et Louis Janvoile (4 mois).
Cinquième inconnue : qui sont ces bébés ? Leurs actes de naissance n'ont pas été trouvés sur tables de Tigeaux. On ne retrouve pas ces patronymes dans l'entourage de la famille.

En 1896 ils habitent avec trois jeunes enfants : Marcel Dangues (3 ans), Léontine Dangues (2 ans) et Lucienne Guilmet (6 mois).
Sixième inconnue : qui sont ces enfants ?

En 1901 Théodore habite avec son épouse et à nouveau des enfants : Lucie Gibert (âgée de 11 ans), Andrée Guilmet (4 ans) et Henriette Longchamps (7 mois).
Septième inconnue : qui sont ces enfants ? Seule Lucie a été identifiée : c'est la nièce du couple (du côté de Marie Louise Gibert l'épouse de Théodore).

En 1906 on retrouve au domicile de Tigeaux Théodore, son épouse et leur petit-fils Lucien âgé de 5 ans. Mais point de trace de la génération intermédiaire, Henri le fils de Théodore et son épouse Ursule. Où sont-ils ? Ils habitent tranquillement 25 km plus loin à Serris avec leur deuxième fille de 4 ans !
Huitième inconnue : pourquoi Henri et Ursule se sont-ils séparés de leur fils aîné et l'ont-ils confié à ses grands-parents ?

Extrait carte de Cassini Sud de Meaux © Geoportail

Bref, beaucoup de questions ! Les recensements sont des documents administratifs et n'ont pas vocation à tout expliquer, mais certains sont plus mystérieux que d'autres.

Si je me risquais à quelques hypothèses, je dirais que :
  •  les prénoms officiels et usuels ne sont pas toujours les mêmes. Louise est peut-être donc Rose (oui, je sais la relation n'est pas évidente au premier abord).
  • les métiers entraînent parfois les hommes au loin, les faisant disparaître des recensements.
  • les déménagements ne sont pas toujours connus : je retrouverai peut-être un jour les disparus dans d'autres communes...
  • les jeunes enfants domiciliés chez Théodore sont-ils placés en nourrice et élevés par son épouse Marie Louise ?
Par contre les va-et-vient des petits-enfants (dont l'identité même est parfois floue) restent une énigme, qui appartient sans doute à l'histoire familiale aujourd'hui oubliée...