« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 19 novembre 2016

#RDVAncestral : jour de noces

Aujourd'hui c'est jour de noces à Angers. Je me suis glissée parmi les invités. Je les observe, du coin de l’œil. Il n'y a pas beaucoup de monde : une vingtaine de personnes. Les parents du marié ne sont pas là : ils habitent Ivry sur Seine; c'est trop loin pour faire le voyage, mais ils ont envoyé leur consentement, dressé devant le maire. Le père de la mariée est décédé une dizaine d'années plus tôt, mais sa mère est présente, ainsi que son demi-frère, Honoré, né d'un premier lit du père, de 20 ans son aîné.
Il y a des jeunes et des moins jeunes, des enfants, des époux de longue date. Neveu, frère, oncles et tantes, amis et voisins...

A la sortie de l'église, la mariée apparaît, toute blanche sur le fond noir de l'église où scintillent encore les cierges. Elle est appuyée, ravie, au bras de son tout récent époux. Lui, serré dans son costume noir, fier et grave en même temps. Quelques nociers ont tiré plusieurs coups de fusil de chasse pour faire honneur aux jeunes époux (*). Je me glisse dans la file qui vient féliciter les jeunes mariés. Je les vois un peu étonnés de me rencontrer ici, mais nous n'avons pas l'occasion de discuter alors : il y a encore du monde derrière moi. Plus tard sans doute. Et puis, le photographe nous attend !

Tous posent pour la photo. Pour le souvenir.

Noces Augustin Astié et Louise Lejard, 1912 © coll. personnelle
Figurent sur la photo : Robert Raveneau (enfant à gauche, neveu de l'époux), Daniel et Élisabeth Frète (oncle et tante de l'époux, à droite de l'époux), les époux (Augustin Daniel Astié et Louise Joséphine Lejard, au centre), Élie Astié (frère de l'époux, derrière l'épouse), Honoré Lejard (demi-frère de l'épouse, à sa gauche), Louise châtelain épouse Lejard (mère de l'épouse, à la gauche du précédent), Célestine et Victor Jamois (sœur et beau-frère de l'épouse, derrière les précédents). Les parents d’Augustin ne sont pas présents : ils habitent Ivry, dans le département de la Seine. Les autres n'ont pas été identifiés.

Puis le cortège, bien ordonné, se forme pour arriver jusqu'à la salle où le repas a été dressé sur des tables à tréteaux. Chacun a pris place selon un protocole rigoureux (parents, cousins, oncles, tantes, amis, etc...). Je suis la seule exception à la règle : je me retrouve à table entre les mariés et Élie, le frère du marié. Je peux ainsi tout à loisir discuter avec eux. Les plats se succèdent : la soupe grasse, le bouilli aux cornichons, la rouelle de veau, le rôti de bœuf... Point de légumes, bien sûr, ce serait faire impolitesse aux invités. Plats de crème et gâteaux circulent pour clore ce festin de rois. Les chansons ont alors commencé. Quand un chanteur a bien chanté, ses voisines doivent l'embrasser ! C'est sans doute pour ça que personne ne laisserait passer son tour de chant; sauf les mariés bien sûr ! - cela porterait malheur. On trinque ensuite avec du vin sucré, symbole de douceur, sous les applaudissements de l'assemblée. Café et "goutte" vont clore les agapes (*).

Il n'y a là rien que de petites gens : Augustin Daniel, l'époux, est ouvrier journalier (comme son père, sa mère est ménagère); Louise, l'épouse, est couturière (fille de cultivateurs, orpheline de père donc); les témoins sont journaliers, boucher, tapissier. Ils ont cependant quelques instructions car ils ont signé l'acte de mariage (sauf la mère de l'épouse). Quoi qu'il en soit l'ambiance est joyeuse et l'avenir pleine de promesses.

Élie et Augustin me parlent de leur père, Augustin Pierre Jean, le dernier de nos ancêtres à être né à Conques. De la fratrie qui comptait 10 enfants, mais dont trois sont morts en bas âges. De leurs nombreux déménagements lors de leur enfance, leur père étant gendarme et souvent muté (en Anjou, en Corse). Je ne résiste pas à leur raconter une histoire qui circulera dans la famille, trois générations plus tard : "on a un ancêtre Corse !" disait-on. Mais en faisant des recherches, je me suis aperçue qu'il ne s'agissait que de leur père, simplement muté en Corse. Cette anecdote les fait bien rire. Je leur dit aussi qu'après un épisode en Aveyron, un retour en Anjou, j'admire le courage de leur père, parti à pied en région parisienne pour trouver du travail.

Le travail, c'est une question essentielle. Élie a fait son apprentissage en tapisserie et espère en faire son métier. Augustin, quant à lui, a commencé à être commis boucher chez Daniel Frète, son oncle maternel, avant d'être embauché comme ouvrier journalier à l'usine Bessoneau. Les Angevins connaissent tous cette usine, qui a peut-être employé un membre de chacune de leur famille. Manufacture de filature, corderie et tissage, dont les activités vont s'étendre grâce au développement de l'aéronautique avec la création de tentes de grandes tailles pour protéger les aéroplanes. En 1920, l'entreprise atteindra le chiffre de 10 000 ouvriers. Le travail est difficile, mais Augustin ne se plaint pas.

En regardant autour de moi, je constate que nous sommes à une époque de changement, une frontière entre deux mondes. 1912. Il n'y a plus que la mère de l'épouse pour porter la coiffe traditionnelle angevine (alors qu'en 1900, au mariage d'Honoré, toutes les femmes la portaient encore). Le violoneux, le cousin en habit militaire ont disparu. Mais on n'hésite pas à poser négligemment une cigarette à la main. La mariée est en blanc, avec un long voile de tulle, et non plus en noir comme autrefois. Aucune des femmes n'est "en cheveux", mais peu d'entre elles portent un chapeau. Fini les hauts de forme pour les hommes, même si les gants blancs sont encore de mise. La plupart des hommes portent la moustache de rigueur.

Augustin et Élie me questionnent :
- Toi qui connaît l'avenir, que nous réserve-t-il ?
Je suis mal à l'aise pour réponde à cette question : comment dire à Élie que dans quatre ans il trouvera la mort sur un champ de bataille en Picardie, à Maurepas, Mort pour la France ? Que deux autres de leurs frères vont connaître le même sort (**) ?

J'essaye d'éluder et je dis à Augustin que malgré une grande guerre qui va bientôt être déclarée, il verra du pays et ira jusqu'aux Dardanelles. Je change rapidement de sujet et passe sur l'épisode du paludisme qu'il va contracter là-bas et qui va lui valoir une pension d'invalidité qui va monter jusqu'à 15%.

Louise me sauve en me questionnant son avenir familial : je lui réponds avec plaisir que l'année prochaine elle mettra au monde un fils, mon (futur) grand-père. Que c'est lui qui m'a donné le goût de la généalogie. J'évite de lui dire qu'à la suite d'un accident de travail (un coup reçu dans le bas ventre par une machine), Louise ne pourra pas avoir d'autre enfant.

C'est si difficile de raconter l'avenir : comment dire les malheurs que la vie nous réserve parfois ? Surtout un jour comme aujourd'hui, où la joie doit dominer. J'essaie d'orienter la conversation sur la noce :
- Heureusement que l'on n'a pas croisé un autre cortège de mariage : ça porte malheur !(*)
Tout le monde se met à rire : ces anciennes superstitions ont la vie dure.

Bras dessus, bras dessous, on part faire une bonne promenade digestive... Car dans quelques heures on remet ça avec le dîner du soir ! Il sera suivi du bal qui sera ouvert par les mariés. Mais ensuite ils chercheront à s’éclipser discrètement pour rejoindre leur chambre nuptiale. Les gars, en bras de chemise, pourront enlacer la taille de leur cavalière et enchaîner guimbardes, pas d'été, quadrilles et polkas... Plus tard, dans la nuit, ils iront envahir la chambre des mariés (*). Pour ma part, j'ai abandonné la noce depuis longtemps, ne pouvant tenir le rythme, mais heureuse d'avoir rencontré mes arrière-grands-parents, l'espace d'un moment. Un moment de fête. Avant que les vicissitudes de la vie ne les emportent...


(*) Coutume et légendes des pays d'Anjou, édité par l'Association amicale des anciens élèves du lycée d’État Chevrollier.
(**) Voir l'article du Généathème Hommage aux Poilus



dimanche 6 novembre 2016

Une belle bande de bras cassés

Suite aux récentes mises en ligne des registres de recrutement militaire sur le site des archives départementales des Deux-Sèvres, je me suis précipitée sur mon arbre avec gourmandise pour découvrir le passé militaire de mes ancêtres. Les archives ont bien fait les choses puisque les registres couvrent la (large) période de 1781 à 1920 (même si les dernières années ne voient que les tables alphabétiques, règles de publication obligent).

15 de mes ancêtres directs sont concernés par ces registres. Parmi eux 4 n'ont pas été trouvés : ils sont nés en 1781 (François Roy et Pierre Marolleau), 1792 (François Benetreau) et 1818 (Pierre Gabard). 11 fiches ont donc été découvertes, mais sur ces 11 hommes à peine 3,5 ont fait leur service !

Bon, je sais, 3,5 c'est un chiffre bizarre; expliquons tout de suite : Félix Célestin Gabard, né en 1860, est déclaré dispensé par le conseil de révision car il a déjà un frère aux armées. Cependant il semble bien avoir été affecté dans l'infanterie de l'armée active (pas de date ni de détail sur ses services ou mutations : la case est restée vide) puis dans la réserve (1886, stationné à Parthenay) et la territoriale (1891, 37ème RI) et fait ses périodes d'exercices réglementaires. Il est libéré définitivement du service militaire en 1906. Sa fiche ne dit pas pourquoi la décision du conseil de révision n'a pas été suivie, mais il semble bien avoir rejoint les armées, même si je n'ai pas plus de détails sur son parcours militaire.

Son fils Joseph Elie Gabard, né en 1899, est ajourné pour faiblesse, puis finalement déclaré bon pour le service et incorporé en avril 1921. Mais, coup de théâtre, dès le mois de mai suivant il est à nouveau réformé, définitivement cette fois pour cause de "rétrécissement mitral, frémissement cataire très net précédent la systole, léger roulement diastolique, pâleur, essoufflement, période d'arythmie". Rayé des contrôles, il rentre dans ses foyers le 19 mai 1921.

Alexandre Guetté, né en 1793, a une petite particularité (c'est le cas de le dire) : la taille du conscrit est de 1,490 m et 1,478 m (sic !). Il doit y avoir une explication à cette double mesure (correction ?), mais j'en ignore la raison. De toute façon il est trop petit et la décision du conseil de révision est sans équivoque : réformé pour défaut de taille.

François Aubin Benetreau, né en 1823, est réformé pour "cicatrice scrophuleuse au bras gauche"; soit une fistule purulente d’aspect dégoûtant, un abcès - peut-être bien en lien avec une tuberculose articulaire, car le terme scrofuleux est utilisé dans la sémiologie de cette maladie (*). 

Jean Baptiste Bouju, né en 1810, est exempté. Motif : "humeur [=liquide de l'organisme] dans la cuisse gauche, testicule plus gros l'un que l'autre". Il y a parfois des détails sur nos ancêtres qu'on préférerait éviter de savoir...

François Jean Marc Roy, né en 1814, est exempté pour cause d'hernie double.

Son fils François Jean Baptiste Florent Roy, né en 1847, est affecté dans l'infanterie, 1er bataillon 4ème compagnie. Il a le grade de garde. Il est indiqué qu'il a participé aux campagnes de 1870 et 1871 contre l'Allemagne. Son degré d’instruction est de 0 (ne sait ni lire ni écrire) - mais il a de tout évidence appris à écrire un minimum plus tard car il signe l'acte de décès de sa mère en 1891. Il est libéré définitivement du service le 1er juillet 1893. Au milieu de ses années de services, il a fait un petit retour à la maison : marié en novembre 1872, son premier fils naît en août 1873.

De son fils Joseph Auguste Roy, né donc en 1873, je ne possédais au début que de sa photo : cela a été une de mes premières enquêtes généalogiques. 
Joseph Auguste Roy, date non connue © coll. personnelle
Militaire, de toute évidence.
J'ai fait de longues recherches sur internet pour retrouver son affectation d'après son uniforme (les fiches militaires n'étaient pas encore en ligne).
L'uniforme est composé d'un dolman en drap noir ou bleu foncé orné de brandebourg blanc. Le collet est frappé du n°5, entouré d'un liseré blanc. D'après le costume, ce serait un cavalier de la 5ème compagnie de cavalier de remonte (sans doute basé à Saumur). Pour se fournir en chevaux l’armée avait des centres (dépôts) chargés de l’achat et du dressage des chevaux à la vie militaire. Les compagnies étaient dispatchées par région militaire.
Avec les premières mises en ligne des fiches militaires, j'ai eu la confirmation de mon enquête : d'abord affecté au 25ème régiment de dragon, il est rapidement envoyé à la 5ème compagnie de cavaliers de remonte (unité non combattante). 
Le certificat de bonne conduite lui a été refusé (!). Pour mémoire ce certificat est attribué aux soldats qui n'ont pas encouru de punition, sous réserve d'avoir accompli la durée légale du service. Qu'a-t-il fait pour ne pas le mériter ? Mystère...
Il meurt le 17 août 1914 à l'hospice des aliénés (ancien Hôpital Général) de Niort. La première guerre mondiale est déclarée le 1er août. La mobilisation se termine vers le 15 août. Joseph décède le 17 août : il n'a probablement pas été au combat (en tout cas sa fiche ne le mentionne pas).

Jacques Isidore Bregeon, né en 1813 est exempté. Motif : faible constitution.

Son fils Jacques Célestin Bregeon, né en 1842, est aussi exempté pour faiblesse de constitution.

Jacques Amant Boury, né en1827, est exempté car il est fils unique de femme veuve.

Si vous avez eu la patience de lire cet inventaire à la Prévert, vous avez constaté que sur ces 11 hommes 9,5 ont été exemptés :
  •  6 pour problèmes de santé,
  • 1 pour petite taille,
  • 1 pour soutien de famille,
  • 1 a fait un faut départ et est finalement renvoyé dans ses foyers pour problème de santé également, 
  • et le dernier a été exempté-incorporé (sic).
Donc seuls 2 (ou 3 ?) de mes ancêtres ont fait leur service militaire, dont un dans une unité non combattante. Une pensée pour François Jean Baptiste Florent Roy qui a fait les campagnes contre l'Allemagne et a peut-être été le seul de mes ancêtres des Deux-Sèvres à avoir entendu les bruits du canon.
Quant aux autres (scrofuleux, rachitiques, faiblards en tous genres...), on peut dire que le pays a engendré des enfants de petite constitution...



(*) Merci aux spécialistes des trucs dégoûtants qui m'ont aidé à déchiffrer et expliquer ce motif d'exemption : @gazetteancetre, @guepier92, @chroniques92 et @lulusorcière