« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 16 septembre 2017

#RDVAncestral : un arbre bien emmêlé

Le temps étant frais et par trop incertain, on a fait de la place dans la grange, installé des tréteaux et posé des portes dessus pour faire office de tables. Des draps de lit ont servi de nappe. Des toiles de couleurs vives ont compété la décoration. La soirée est maintenant bien avancée. Si trois mariages ont eu lieu en l’église de La Verrie en ce jour de février 1744, deux couples ont fait la noce ici : Jacques Pasquier et Jeanne Piet, tout le deux veuf et veuve d’un premier mariage, ainsi que Mathurin Pasquier, fils de Jacques, et Marie Blin, fille de Jeanne.  

Je suis à un bout de la tablée. Alors que les autres dansent autour de moi, je griffonne un bout d’arbre généalogique pour essayer de m’y retrouver :
- Jacques Pasquier a d’abord épousé Marie Cousseau en 1711. Ils ont eu 7 enfants, dont Mathurin né en 1716. Puis Marie est décédée en 1739.
- De son côté Jeanne Piet a épousé René Blin, dont elle a eu au moins quatre enfants, en particulier une fille prénommée Marie.
- Après il y a donc Mathurin qui épouse Marie, tous deux enfants des premiers lits desdits précédents.
Il y a deux Marie dans l’histoire, sans compter que le curé a prénommé Jeanne en début d’acte de mariage et Marie à la fin [1]; je sens que cela ne va pas me faciliter les choses…

J’essaye d’interpeller Jacques ou Mathurin pour en savoir un peu plus sur leur vie : est-ce Mathurin est journalier comme son père ? Comment les deux familles se sont-elles rencontrées ? Pourquoi ils ont décidé de se marier tous les quatre le même jour ? Mais ils sont tout à la fête et ne prêtent pas attention à moi.

Je me replonge dans mon croquis. Bon, ce cas de figure n’est pas unique : les paroisses sont petites, on fréquente les mêmes endroits, les mêmes gens et inévitablement on se rencontre. Qui de l’œuf ou de la poule (c'est-à-dire des parents ou des enfants) a rencontré en premier son futur conjoint, je ne peux pas le dire… L’originalité, la petite touche en plus, c’est que les deux mariages ont eu lieu le même jour.

Deux mariages le même jour… Cela me rappelle quelque chose… Le père de Jacques, Maixent, ne s’est-il pas remarié lui aussi ?

Entièrement concentrée sur des liens familiaux pas tout à fait ordinaires, je n’entends pas François s’approcher de moi. François est le frère de Mathurin (le fils de Jacques, donc) ; il est aussi mon ancêtre direct. Il regarde par-dessus mon épaule le schéma que j’ai esquissé au fil de mes pensées, un sourire mystérieux aux lèvres. Mais il retourne à la fête avant même que je n’ai eu le temps de lui poser la moindre question. Je regarde mon dessin en fronçant les sourcils : qu’a vu François que je n’ai pas remarqué ?

- Ah ! mais il en manque ! Il faut ajouter la génération précédente ! C’est bien ça : le père de Jacques, le grand-père Maixent, s’est aussi remarié : avec Françoise, la mère de Marie – la grand-mère de Mathurin et François, donc !

Je n’y pensais plus ! Françoise Landreau a en effet épousé en première noces Mathurin Cousseau, en 1678. Un mariage d’amour ? Peu probable : elle avait 12 ans et lui 27 ! D’ailleurs je n’ai pas trouvé d’enfant né de leur union pendant les sept premières années de leur vie commune ; ce qui s’explique sans doute par l’âge de la mariée. A partir de là ils ont eu 7 enfants, dont Marie née en 1691. Mathurin décède en 1707. Françoise se retrouve seule avec encore plusieurs enfants à charge, dont la plus petite n’a pas trois ans. D’où, probablement, les secondes noces.
Maixent, quant à lui, avait épousé Perrine Brosset en 1685, dont il avait eu 6 enfants. L’une n’avait pas vécu, la dernière avait 9 mois quand Perrine est décédée en 1710. Son fils Jacques avait alors 20 ans.

Et on retrouve le même schéma que précédemment : Jacques fréquente Marie, Maixent fréquente Françoise et tout les quatre finissent par aller s’épouser… le même jour tant qu’à faire, en 1711. Maixent et Françoise ne semblent pas avoir eu de descendance (il faut dire qu’ils avaient déjà 49 et 45 ans)… et 12 enfants au total, âgé de 21 à 1 an ; ce qui faisait bien assez à s’occuper.

Donc, ça donne à peu près ceci :

 Arbre simplifié (quoique) des Pasquier, leurs épouses et leurs enfants

Aujourd’hui, jour de noces de Jacques et Mathurin, Maixent et Françoise ne sont plus : ils sont décédés respectivement en 1723 et 1732.

Marie s’approche de moi. Elle ressemble tellement à sa mère qu’on les confondrait presque. Mais je n’ai pas le temps de lui faire signe qu’elle est déjà repartie, entraînée dans une ronde joyeuse. J’aurai aimé lui demander comment sa mère avait rencontré son beau-père – et second époux. Raté !

Maixent était donc le « double beau-père » de feue Marie (Marie Cousseau, vous suivez ?). Ou plutôt il était à la fois son beau-père parce qu’il était le père de son premier époux, Jacques, et parâtre parce qu’il est le second époux de sa mère Françoise. J’aimerai bien savoir comment elle l’appelait : par son prénom ? Mon père ? Beau-père ?

J’aperçois Jeanne et je me demande quel est son véritable prénom. Mais elle est au centre d’une nuée de voisines et d’amies, qui l’engloutissent presque : impossible d’aller lui parler directement et de satisfaire ma curiosité.

La noce touche à sa fin. Au final, je n’ai pu approcher aucun des mariés… Le rendez-vous est quelque peu manqué. Mais j’ai eu toute la soirée pour trier les fils d’une pelote bien emmêlée !


[1] Et un autre curé la prénomme Renée lors de son décès !


2 commentaires:

  1. Ce rendez-vous ancestral multiple apparaît fort réussi.
    J’aime les arbres dont les branches se croisent, mais ce n’est pas facile à raconter, cependant tu l’as très bien fait. Ne serait-il pas temps d’aller danser à ton tour ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis trop de temps à démêler les fils : la noce est finie ! ☹️☹️☹️

      Supprimer