« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 30 novembre 2017

#Centenaire1418 pas à pas : novembre 1917

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de novembre 1917 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er novembre
Cette fois c’est officiel : nous partons en Italie ! Préparation de l’embarquement du lendemain.

2 novembre
Le bataillon embarque à Chavanges sur deux trains et demi (le 3e est partagé avec le 54ème). Notre compagnie est dans le 3e. Début de l’embarquement 17h ; départ : 20h.

3 novembre
Nous avons touché 9  jours de vivres. Itinéraire pour se rendre à la gare : Montier en Der, Droyes, Bailly le Franc, Chavanges.

Carte Montier-Chavanges

4 novembre
Itinéraire des trains : Langres, Dôle, St Amour, Bourg, Ambérieu, Culaz, Aixe les Bains, Chambéry, St Pierre d’Albigny, Modane, Turin.

Carte Chavanges-Turin
Dire que je suis passé si près de chez moi… Nous débarquons dans la nuit. Les Italiens nous ont fait un accueil très cordial. Le moral du bataillon est excellent.
Ordre général n°90 de la Division.

5 novembre
Rassemblement des officiers au QG. Pour nous c’est repos, nettoyage, inspection. On ne s’arrête pas ici : le  voyage continue demain.
Dire que me voilà en Italie !

Accueil Italiens © Gallica

6 novembre
Rassemblement à 6h50. Itinéraire Decenzano, Peschiera.

Carte Turin-Peschiera
Le bataillon défile devant le général Dillemann derrière lequel il a fait son entrée en ville. Nous cantonnons à l’école et à la caserne.

7 novembre
Emploi du temps à la discrétion des commandants de compagnie : on nous laisse un peu de temps libre pour découvrir l’Italie.

8 novembre
Ceux de la 47e déjà débarqués sont transportés en auto vers Breno-Edolo. Nous embarquons sur 36 camions à 8h. Itinéraire : Peschiera, Lonato, Brescia, Iseo, Pisogne, Breno, Cedegolo. Arrivée vers minuit à Cedegolo.

Carte Peschiera-Cedegolo

9 novembre
Nous nous installons dans nos cantonnements, situés à Sellero, au Nord de Cedegolo.

10 novembre
Aménagement des cantonnements. Travaux de propreté. Repos. Les habitants du pays se montrent très accueillants. L’armée italienne est très courtoise. Le bataillon reçoit l’ordre de se tenir prêt à se porter dans la région de Sonico-Edolo.

11 novembre
Départs échelonnés entre 9 et 10h. Nous cantonnons à Edolo.

12 novembre
Le bataillon a pour mission de barrer le Val Camonica. Devant lui la 5e DI italienne qui occupe la ligne des glaciers menant à l’Adamello. A droite le 31e CA français. A gauche le 12e BCA. Le seul passage permettant à l’ennemi de pénétrer dans le Val Camonica est le col du Tonale à 1 900 m, déjà encombré par la neige.

Edolo-Tonale

13 novembre
Le bataillon fait mouvement pour être regroupé en deux factions égales à Edolo et Cedegolo. On doit embarquer demain à Malonno. Installation sommaire dans les cantonnements.

14 novembre
Un éboulement interdisant la circulation sur la voie ferrée locale, l’embarquement du bataillon est retardé.

15 novembre
Toujours en attente de l’embarquement.

16 novembre
Nous embarquons enfin.

17 novembre
Itinéraire : Breno, Iseo, Brescia, Lonato, Vérone, Montebello. Nous sommes dans le 2e train qui part vers 1h30.

Carte Malonno-Tavernelle

18 novembre
Étape d’une quinzaine de km pour gagner les cantonnements : Agugliana, Il Motti par Montebello et Vicentino. Nous arrivons au cantonnement vers 5h, composés d’habitations disséminées.

19 novembre
Installation dans les cantonnements.

20 novembre
Exercices. Ordre de la division n°89. La Division est en réserve d’armée, chargée de l’organisation et de la défense d’une position d’arrêt. Elle est située  face au NE sur la ligne Isola di Malo-Vicense. On doit se tenir prêt à contre-attaquer pour aider les forces italiennes.

21 novembre
Exercices divers. Reconnaissance du terrain pour se rendre aux positions de défense.

22 novembre
Nouvelles répartitions des cantonnements : on nous attribue une ferme au Nord d’Agugliana.

23 novembre
Des renforts arrivent. On nous annonce un mouvement pour la Division demain. Préparation de départ.

24 novembre
Le Bataillon part à 6h. Il gagne le point initial de Montecchio Maggiore où il prend place dans la colonne n°3. En deux étapes la 47e DI, avant-garde de la Xe armée, se porte dans la région de Tezze. Mouvements et stationnements sont exécutés dans les conditions d’une marche de guerre, les troupes prêtes à l’attaque ou à la défense.
Itinéraire : Montorso, Montecchio Maggiore, Sovizzo, Creazzo, Cavazzale, Monticello. Arrivée à 19h à Bolzano.

Carte Montorso-Bolzano

25 novembre
Seconde étape : départ à 6h30. On rejoint la colonne n°2. Itinéraire : San Pietro in Gu, Scaldaferro, pont à bateaux de Friola, Tezze, Stroppari.
Le Bataillon profite d’un arrêt pour manger la soupe. Arrivée à 17h.
Cantonnement le long de la route  de Bassano-Citadella.

Carte San Pietro-Stroppari

26 novembre
Installation dans les cantonnements.

27 novembre
La Division étudie nos nouvelles positions : ligne de surveillance, ligne de résistance, ligne de soutien. Notre compagnie est assignée sur la gauche en première ligne.

28 novembre
Les unités reconnaissent les positions d’arrêts. Nos missions sont de renforcer l’armée italienne, contre-attaquer l’ennemi s’il se présente, couvrir un repli éventuel de l’armée italienne.

29 novembre
Les reconnaissances sont suspendues. Exercices. Les permissions reprennent (4% de l’effectif) à partir du 30 novembre.

30 novembre
Reconnaissance en première ligne du chef de Bataillon. Nous devons faire mouvement demain.


samedi 25 novembre 2017

Acte d'état

Mon ancêtre à la IXème génération (sosa n°412) se nomme Christophe Derolland… ou Cristophle, Christophle, Chrystophores (en latin) Derraulant, Derolland, Deroulland. Bref, malgré ces fantaisies orthographiques, j’ai pu reconstituer une partie de sa vie :
- né en 1732 à Morillon (Haute-Savoie),
- marié à Jeanne Josephte (ou Josette) Pomet en 1753 – dont il a 5 enfants,
- décès de sa première épouse en 1768,
- remariage avec Jeanne Josette Cullaz (tiens : elle a les mêmes prénoms !) en 1768 – dont il aurait 3 ou 4 enfants,
- décès en 1799, toujours à Morillon.
J’ignore cependant son métier. Son fils sera laboureur. Mais lui semble assez aisé puisque, et c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui, il possède plusieurs "maisons".

En effet, grâce à un acte d’état (c'est-à-dire un état des lieux des possessions - immeubles notamment - réalisé par des experts et rédigé par un notaire) passé devant Me Denarie, notaire de Cluses en 1776, nous en savons un peu plus sur ses biens immobiliers. Cet acte nous indique qu’il "auroit fait batir deux maisons […]  procédée de la jeanne pommet sa premiere femme", l’une au lieu-dit les Follys et l’autre aux Pellys. Morillon est situé à flanc de montagne : les parties basses de la commune à 660 m, les parties hautes culminant à 2 500 m. Les Follys sont situés vers 800 m d’altitude et les Pellys vers 1 100 m.

Carte état major, Morillon © Geoportail

Les "deux maisons" sont en fait composées de trois bâtiments, comme on le verra dans un instant. Je n’ai malheureusement pas retrouvé le contrat de mariage Derolland/Pomet qui détaillerait peut-être ces immeubles et leurs provenances. A défaut, nous nous contenteront de ce document.
Par cet acte d’état, Christophe Derolland souhaite "faire proceder à l'estime [estimation] des vieux et des neufs bâtiments et acte d'état par experts pour assurer les frais desdits bâtiments quil convenoit y faire".

Cette procédure de l’acte d’état n’est pas anodine est obéit à des règles strictes :
Sur requête du juge, le notaire est nommé pour recevoir l’avis de deux experts et, de son côté, Christophe produit un maître maçon et un maître "serpentier" (variante du savoyard çarpênti signifiant charpentier). Des témoins complètent l’assemblée.
Les experts prêtent serment sur les saintes écritures "de bien et fidellement raporter l'estime [audit notaire] desdits bâtiments, tant des vieux que des neufs."
L’examen peut commencer : le "vieux bâtiments des follys est evalluée à la somme de huitante livres et celui des pellys a celle de dix livres ayant été ecrasé par la neige et ne pouvant servir que pour le feu." On voit ici que l’hiver (ou les hivers) a/ont fait des ravages sur le deuxième bâtiment qui n’est plus qu’une ruine.
"La nouvelle batisse desdits follits est evalluée à la somme de sept cent soixante quatorze livres et cinq sols monoye de savoye tout compris."
Soit un total de 864 livres et 5 sols ; on remarquera au passage le grand décalage dans la valeur des anciens bâtiments par rapport au nouveau.
L’origine et la date des différents immeubles n’est pas très claire : il y a visiblement deux édifices anciens et un neuf, mais dans le haut du document il était mentionné que c’est Christophe qui avait fait bâtir ces "deux maisons". Est-ce qu’il a fait ces constructions au début de son mariage, une quinzaine d’années plus tôt ? Ce laps de temps a-t-il suffit à les détériorer de façon si importante ? Ou sont-ils plus anciens et la bâtisse qu’il a fait édifier est-elle seulement la seconde maison des Follys ? Il nous manque des éléments pour pouvoir trancher.
L’acte se poursuit, en détaillant les "deux maisons" : elles sont composées de "muraille toilte [= toit ? tuile ?] serpente [= charpente] fournitures couvert four pressoir et ecurie et autres fournitures". Four, pressoir et écurie : ces bâtiments sont donc à usage agricole. "Savoir [ ?] soixante pieds de toilte a douze sols le pied, vingt quatre toises et demis de muraille a huit livres dix sols la toise, un four estimé à trante cinq livres, la ramure [ ?] estimée deux cent livres et deux cent huitante pour la main d'aure [ ?] et pour les barreaux epart et serrures la somme de quinze livres et pour le batiment des pellits ils mauroient rapportés qu'il vaut actuellement la somme de nonante livres."

Bon, j’avoue qu’entre l’écriture du notaire, les termes techniques, voire locaux, je n’ai pas bien saisi l’entière description des bâtiments ni qui vaut quoi exactement. Si ça vous parle davantage, n’hésitez pas à m’en faire part…

Suit un paragraphe où Christophe certifie avoir payé pour sa requête et la présence des quatre experts, ce qui lui en a coûté "cinq livres et dix huit sols" (soit, quand même, un peu plus de la moitié de la valeur de la ruine des Pellys).
Le document se termine par la liste des témoins et leurs éventuelles signatures. On notera que Christophe a "fait [sa] marque pour ne savoir signer de ce enquis" sur la minute originelle de l'acte. Aisé mais point lettré, donc.

L’histoire ne dit pas ce qu’a fait Christophe ensuite : a-t-il détruit la ruine, tout juste bonne à mettre au feu ? A-t-il réparé l’autre ? Pris soin de la dernière pour la transmettre à ses héritiers ? Nous le saurons peut-être un jour… ou pas !


samedi 18 novembre 2017

#RDVAncestral : la photographie

Nous sommes en 1871. Aujourd’hui j’ai rendez-vous dans une nouvelle et belle artère de la ville d’Angers (Maine et Loire) avec une partie de la famille Rols : Alexandre, le père, Marie-Anne née Puissant, la mère, et leur petite fille, Élisabeth (la future « grand-mère Frète ») âgée aujourd’hui de trois ans. J’ignore où est mon ancêtre directe, Cécile qui a alors 14 ans (ma future arrière-arrière-grand-mère, bien éprouvée en 14/18 : voir ici).

Comme nous sommes en avance, nous discutons avec Alexandre. Il m’explique qu’à Paris, les troubles politiques ont fait une nouvelle fois vaciller le pouvoir. La IIIème République vient d’être instaurée, avec Mac Mahon à sa tête. La Révolution Industrielle est sur sa lancée, attirant dans les villes des paysans affamés qui viennent s’user la santé dans des usines dévoreuse d’hommes, de femmes et d’enfants. C’est le règne de la machine à vapeur. En parallèle, une nouvelle classe a émergé petit à petit : la bourgeoisie. Celle-ci prend ses aises, rêve d’aristocratie et de pouvoir. Ils sont hommes d’affaires, banquiers, négociants, marchands…
Comme toi, Alexandre, pensais-je.

- Le « progrès », reprend-il, comme on l’appelle désormais, s’est étendu aux grandes villes de province. On imite Haussmann (à une échelle moindre évidemment) en perçant de belles rues bien rectilignes. De belles bâtisses font leur apparition. On aspire à la postérité, mais de façon moderne : pour cela, on ne pose plus devant un peintre prenant des heures pour avoir son portrait à accrocher dans son salon (nouvelle pièce à la mode). Non, pour cela, on va chez le photographe !

C’est pourquoi nous sommes tous réunis ici. Nous entrons finalement à l’atelier. La famille s’est mise sur son 31. Marie-Anne a revêtu une ample robe de soie noire à la mode. Ses cheveux sont tirés en arrière en chignon. Elle a mis ses belles boucles d’oreille en nacre. Alexandre a revêtu le complet veston qu’il a fait tailler sur mesure, avec le nœud papillon assorti. La petite Élisabeth a revêtu sa robe claire à pompon et le bonnet assorti.

Le photographe nous propose plusieurs décors : balustrade, feuillage, toiles peintes [1]. Mais Alexandre veut quelque chose de simple.
- Oh ! Alors j’ai ce qu’il faut pour Monsieur : cette grande étoffe tendue qui rendra le plus bel effet et mettra vos personnes en valeur.

La petite Élisabeth trottine sur ses petites jambes à travers le studio. Le photographe fait un œil sévère : je la rattrape et tente de la garder tranquille.
- Attention messieurs, dames : si la technique photographique a fait d’énormes progrès ces dernières années, n’oublions pas que le procédé est encore tout récent : il n’a pas encore 30 ans ! C’est pourquoi le temps de pose est encore un peu long et la petite ne devra pas bouger.
- Ne vous inquiétez pas, nous la tiendrons bien, répondit Alexandre.

On s’essaye à différentes poses : Marie-Anne et Élisabeth assises avec Alexandre derrière elles, debout, une main sur l’épaule de son épouse ; ou bien tous debout, Alexandre tenant sa fille dans ses bras ; ou bien encore Alexandre assis et les femmes debout. Finalement, Alexandre choisi un fauteuil en velours à dossier, son épouse assise à côté d’elle et la petite assise.

Le photographe demande au couple de se rapprocher. Alexandre met une main sur l’épaule de son épouse tandis qu’elle pose la sienne sur l’avant-bras de son époux, dans un geste tendre. Au dernier moment Élisabeth, ne sachant pas s’il faut être plutôt sur les genoux de sa mère ou de son père, choisit… de ne pas choisir et se met au milieu !

Le photographe est paniqué, limite blême :
- Messieurs dames, messieurs dames, je vous en prie, gardez cette petite tranquille ou la photo sera floue !

Sa réputation est en jeu. Après tout, lui aussi vise une clientèle plus aisée : il ne peut pas se permettre de décevoir un client si important (il a fait sa petite enquête : il sait qu’Alexandre a été employé à la Banque de France et qu’il s’est maintenant installé à son compte comme négociant…).
Finalement on chapitre Élisabeth et chacun des parents lui sert une main. Bien calée entre eux deux, elle ne bouge plus. Le photographe respire à nouveau.
- Ne bougez plus, retenez votre respiration, c’est parti.
On attends quelques instants, qui paraissent interminable tant le moment est solennel.
- Ça y est ! annonce le photographe dans un cri de victoire. C’est terminé ! Messieurs dames vous pouvez à nouveau bouger, vous lever.

Je récupère au passage Élisabeth qui s’est remise à courir partout, l’immobilité prolongée qu’on lui a fait subir n’étant pas particulièrement à son goût.
- Voulez-vous un rafraîchissement peut-être ?
- Non ! Non ! réponds Alexandre, mais quand aurons-nous les photographies ?
- Je vous ferais livrer les épreuves par coursier demain dans la journée. Cela vous convient-il ?
- Oui, oui, ça ira !
Alexandre règle au photographe ce qu’il lui doit et nous sortons.

Une fois sur le trottoir je rends Élisabeth à sa mère.
- Vous voyez, c’est quand même plus rapide que de poser des heures devant un peintre ! Je te ferais parvenir une épreuve, si tu veux, me propose Alexandre.
- Avec plaisir !
Après des salutations chaleureuses, nous nous séparons.
- Zut ! dit Alexandre, je ne lui ai pas demandé son adresse pour lui faire livrer la photographie.



Famille Rols, 1871 © Coll. personnelle

Ne t’inquiète pas Alexandre, elle me parviendra bien ta photographie. Beaucoup plus tard peut-être, mais elle me sera transmise par ton arrière-petit-fils, mon grand-père, qui la conservait pieusement dans son album de famille… C’est la plus ancienne photographie familiale que nous avons conservée.


[1] Voir l’article "Toile peinte et balustrade".



samedi 11 novembre 2017

#Généathème: Nos Poilus et moi

En ce 11 novembre commémoratif, je publie mon généathème du mois en rapport avec les Poilus de la Grande Guerre. Je ne participe pas à l’indexation collaborative des Poilus. Pas de « Un jour un Poilu » pour moi, mais « un Poilu tous les jours » ! Une sorte d’indexation « individuelle » si l’on peut dire. En effet, depuis l’été 2014 (1914 pour lui) je suis mon arrière-grand-père au jour le jour : ce sont les « pas à pas ». Le principe ? Suivre mon Poilu pendant tout le temps où il a participé (de près ou de loin) au conflit.

Ça m’a pris sur un coup de tête, moi qui ne m’intéresserais pas du tout à cette période. Après un rapide tour d’horizon des hommes de ma famille ayant potentiellement participé à la Grande Guerre, il me restait deux soldats en lice pour mener ce projet. Mais la condition sine qua non était au moins d’avoir sa fiche matricule, pour savoir dans quelle(s) unité(s) il avait été affecté et retrouver le(s) parcours de cette/ces unité(s). 

Or pour mon arrière-grand-père paternel, j’ai eu beaucoup de mal à retrouver sa fiche matricule : il demeurait soudain dans un lieu que je ne lui connaissais pas (ce fut une mes plus ardues épines généalogiques). Quand enfin je l’ai retrouvé, son nom se trouvait en bas d'une page de la table alphabétique annuelle et son numéro matricule (qui me permettrait de mettre la main sur sa fiche) avait disparu : le coin de la page ayant été déchiré ! Bref, ce n’est que bien plus tard – bien trop tard – que j’ai enfin retrouvé sa fiche matricule. Il nous aurait emmené en Orient, mais sa fiche était assez peu détaillée finalement : la tâche aurait été plus laborieuse pour moi.

Il n’en restait donc plus qu’un : ce fut Jean-François Borrat-Michaud, mon arrière-grand-père maternel. Par ailleurs, ma mère m’a souvent raconté que lors des rares occasions où elle rendait visite à ses grands-parents, son « pépère » restait toute la journée assis devant la fenêtre. Elle avait 8 ans environ, lui tout juste la soixantaine. Ce n’est pas si vieux pour rester grabataire. Ma mère pensait qu’il avait été gazé pendant la guerre, ce qui expliquait sont état. Or, dès mes premières recherches généalogiques, j’avais découvert qu’il avait été déménageur après la guerre. Cela ne semblait pas trop correspondre avec l’image d’un homme gazé, brisé. Mais, pour sûr, cela a attisé ma curiosité !

Sans trop réfléchir (à ce que cela impliquerait), j’ai ouvert un compte Twitter à son nom, @jfbm1418, car le format court des tweets me paraissait convenir : il n’était pas question de faire un roman chaque jour, mais de voir (ou d’essayer de savoir) ce qu’il faisait et où il était. C’est lui qui parle, comme si nous étions à ses côtés : je n’interviens jamais en tant que descendante 100 après lui (enfin, pas sur ce compte-là en tout cas). Lorsque l’information est plus fournie, plusieurs messages sont publiés le même jour. Tous ces tweets sont réunis (et sourcés le cas échéant) dans un article qui paraît chaque dernier jour du mois sur le blog Murmures d’ancêtres. Une mention sur Facebook vient compléter le dispositif mensuel.

Lors de la déclaration de la guerre, Jean-François a 20 ans et vit chez ses parents à Samöens (Haute-Savoie). Il n’est incorporé qu'en septembre 1914 : je lui ai donc imaginé ces quelques semaines d’attente, entre inquiétude et impatience. Comme je ne dispose d’aucun document personnel le concernant (sauf une unique - mauvaise - photo, non datée mais vraisemblablement post-guerre), rien qui ne puisse m’éclairer sur son parcours, j’ai dû beaucoup inventer. 

Jean-François Borrat-Michaud et sa famille, sans date © Coll. personnelle

Bien sûr, j’ai beaucoup lu sur cette période, sur le conflit, je me suis beaucoup documentée, mais j’ai toujours une légère frustration à lui  faire dire des choses qu’il n’a peut-être jamais pensées ou prononcées de cette façon : je ne connais pas le « niveau de langage » qu’il avait, j’ignore même quelle langue il parlait : était-ce un patois savoyard de fond de vallée ou parlait-il un français soutenu ? Tant pis pour mes remords, le but n’est pas de faire une thèse sur lui, mais d’essayer de rendre compte de ce qu’il a traversé.

Lors de son incorporation, il est envoyé parmi les Chasseurs Alpins ; corps qu’il ne quittera pratiquement plus pendant tout son parcours militaire, même s’il a changé plusieurs fois de bataillon.

Pour sa période d’instruction militaire, un peu raccourcie, mais encore relativement longue par rapport aux générations suivantes et aux besoins rapides que l’Armée avait en hommes, je me suis basée sur un manuel d’instruction militaire, trouvé sur Gallica. Comme Jean-François, j’ai commencé à appréhender ce monde nouveau en douceur : gymnastique, paquetage, construction d’une tranchée…

Et puis c’est parti ! Il a rejoint le front. Affectation dans les Vosges, puis l’Alsace, la Somme, la Marne, la Meuse… A partir de ce moment-là, j’ai suivi les notes prises quotidiennement dans les Journaux des Marches et Opérations de chaque bataillon (trouvés sur le site Mémoire des Hommes). Au début son parcours était encore assez romancé, car j’avais amassé beaucoup de documentations, non seulement sur l’arrière mais aussi sur les soldats au front ou les grandes batailles plus ou moins connues auxquelles il a participé (Metzeral, le Linge…). Puis, avec le temps (celui qui passe et celui qui nous manque), les tweets collent de plus en plus aux JMO et sont moins « romancés ».

J’essaye néanmoins de publier des visuels (cartes postales anciennes, photos de guerre, « une » de journaux), quand je peux en trouver : champs de bataille, officiers qui ont commandé ses bataillons, vie au cantonnement… Pour chaque déplacement du bataillon, je fais une carte : cela me permet de le visualiser dans l’espace. Il en a fait du chemin (près de 80 cartes de déplacements à ce jour), mon arrière-grand-père, et ce n’est pas fini…

Deux infirmations cruciales me manquent néanmoins :
- où mon arrière-grand-père a-t-il passé sa convalescence après la blessure qu’il a reçu à Metzeral en janvier 1916 et qui l’a immobilisé six mois ? Son dossier aux archives médicales et hospitalières des armées (le SAMHA) ne le dit pas. C’est la seule fois où j’ai été contrainte d’arrêter les tweets quotidiens, l’incertitude étant trop grande et le temps me manquant pour combler les trous.
- a-t-il eu des permissions (sans doute) ? Quand ? Est-il rentré chez lui ? Comment était alors son état d’esprit vis-à-vis de sa famille, de ses proches ?

Je sais que plusieurs camarades de sa classe, originaire de Samoëns, sont tombés au front. Les connaissait-il ? Sûrement : Samoëns n’est pas si grand. Je les ai imaginés amis. Je l’ai imaginé affecté par leurs disparitions. Romans ou réalité ? Si ce n’est pas eux, c’est sans doute d’autres. Il y en a eu tellement…

Aujourd’hui, après 3 ans et demi (déjà !),  et comme je le disais sur ce blog récemment, je suis un peu lasse de préparer ces tweets chaque jour ainsi que les reprises mensuelles sur le blog. Mais bon, on ne peut pas comparer ma situation et celle de mon arrière-grand-père, alors relativisons… et twittons ! Même si cette série d’articles fait partie des moins lues sur le blog (ce que je peux comprendre : ce n’est pas très glamour et la vie dans les tranchées pendant plusieurs années peut paraître lassant), je remercie néanmoins ceux qui suivent son aventure et me le font savoir, quotidiennement ou de temps en temps.

Combien de temps cela durera encore ? Autant qu’a duré sa guerre, bien sûr…


Au fait, d’après ce que je sais, à ce jour (c'est-à-dire novembre 1917), Jean-François n’a pas été gazé !


samedi 4 novembre 2017

Prénoms imposés

Il y a quelques temps, ma généalogie se trouvait un peu en panne : j’avais écumé les sources disponibles jusqu’à extinctions des registres, examiné les arbres en ligne même les plus fantaisistes pour voir s’il ne s’y cachait pas une once de vérité... Bref, j’étais un peu en panne/pause. J’attendais que les archives aux quatre coins de la France (et de Suisse) mettent en ligne de nouvelles sources, puisque j’ai la malchance d’habiter une région où aucun de mes ancêtres n’a fait ne serait-ce qu’un bref passage - et donc un assaut régulier et prolongé du bâtiment de « mes » archives locales est inutile.

Comme nombre de généalogistes sans doute, j’ai commencé mes recherches uniquement sur mes ascendants directs. Et puis, faute de source comme je l’expliquais à l’instant, j’ai commencé à m’intéresser aux frères et sœurs  de mes aïeux. Histoire de m’occuper. Histoire de faire de nouvelles découvertes, cocasses parfois (merci aux parents d’avoir prénommés tous leurs fils Pierre, ça facilite grandement les recherches !), d’autres fois tristes (décès de 10 enfants sur 13). C’est comme ouvrir une porte : tout d’un coup on discerne la réalité qui entoure notre ancêtre. Et puis, autre raison non négligeable, lorsqu’un acte de mariage d’un ancêtre direct n’est pas filiatif, celui d’un frère peut l’être, ce qui permet de remonter une ou des génération(s) supplémentaire(s) alors qu’on croyait être irrévocablement bloqué. En un mot, si vous commencez votre généalogie, ou si vous ne l’avez pas encore fait, intéressez-vous aux fratries toutes entières, voire à leurs conjoint(e)s (et si vous êtes très motivés à leurs enfants !).

Tout ça pour dire que, un beau jour, alors que j’égrenais les enfants de Géraud Martin et son épouse Jeanne Raols (8 enfants en 15 ans), je m’aperçus d’une particularité commune à tous leurs actes de baptême (excepté ceux des deux enfants mort-nés) :
- 1698, Guilhaume : « je soubsigné pretre et recteur de Saint-Marcel [aujourd’hui Conques, Aveyron] ay baptisé un enfant […] auquel a esté imposé le nom guilhaume… »
- 1701, Guilhaume [notons au passage que le précédent est toujours vivant] : « … auquel a esté imposé le nom guilhaume… »
- 1702, Catherine : « Monseigneur Cantaloube pretre de la ville de Conques a mon absance a baptisé une fille […] a laquelle a esté imposé le nom catherine… »
- 1704, Anthoinette : « … a laquelle a esté imposé le nom anthoinette… »
- 1705, fils mort-né, « baptisé par la sage-femme a cause du danger qu’il y avoit ». Non prénommé.
- 1707, Pierre : « … auquel a esté imposé le nom pierre… »
- 1709, Pierre [le numéro 2] : « … auquel a esté imposé le nom pierre… ». Le prêtre a souligné dans l’acte avoir « demandé sil y auroit dans la famille du susd[it] martin dautre garçon du mesme nom, m'ont repondu y en avoir un autre de mesme nom » [ce qui ne les a pas empêché de le prénommer pareil] ; celui-ci est mon ancêtre direct – enfin je le suppose, son frère éponyme jouant les trouble-fêtes…
- 1713, enfant mort-né, sexe inconnu « baptisé à un main » par la sage femme. Non prénommé.

J’ai remarqué également que ces enfants étaient très rarement baptisés le jour même, comme c’était alors la coutume, mais plus tard : jusqu’à 6 jours pour Guilhaume n°2.

Évidemment c’est la mention « a esté imposé » qui m’a interpellée. Pourquoi le prêtre de la paroisse, et même celui de la paroisse voisine en l’absence du premier (en 1702), se permettent-ils d’imposer le prénom des enfants de la fratrie ?

J’avais déjà eu le cas de parrains/marraines refusés : voir l’article Luxure en Vendée.
Pour résumer l'histoire, le prêtre mentionnait dans les actes de baptême qu’il refusait les parrains et marraines choisis par les parents et qu’il en désignait lui-même des remplaçants ; ce qui était en fait dû à la religion protestante des parents, exemple de "catholicisation" forcée qu'ils subissaient. Mais ici, tous les actes concernant les parents, leurs frères/sœurs, grands-parents semblent indiquer que ce sont de bons catholiques, mariés à l’église, ayant reçu les sacrements avant d’expirer… bref, pas de protestant. Alors quoi ?

Après une rapide recherche infructueuse, j’ai donc lancé un appel sur Twitter. Et Sophie (@gazetteancetres) m’a rapidement trouvé la réponse :

D’après le Dictionnaire de l'Académie française, 1ère édition (1694) [1], on peut faire un mix entre deux définitions du verbe « imposer » :

- On dit, Imposer le nom, imposer un nom, pour dire, Donner le nom, donner un nom; & se dit de ceux qui ont droit de le faire. Untel imposa le nom à cet enfant au Baptesme.

- Mettre dessus: & en ce sens il ne se dit guère au propre qu'en cette phrase. Imposer les mains. l'Evesque luy imposa les mains en le faisant Diacre.

Sophie posa toutefois une condition à sa théorie : c’est que le prêtre imposait des noms à tous les enfants qu’il baptisait, et pas seulement à ma fratrie ; ce qui se vérifia effectivement. J’adoptais donc officiellement cette explication (il faut toujours croire ce que dit Sophie !).

Baptême © culture.gouv.fr

Le prêtre Valette avait donc en fait une lubie, un tic de langage et il goûtait si fort cette expression « d’imposer un nom » qu’il en usait et abusait. Y avait-il un geste grandiloquent pour appuyer son propos le jour du baptême ou était-ce seulement une formule qu’il utilisait à sa guise dans les registres, je ne le ne saurais jamais.

Après un examen attentif des registres, il apparaît que le prêtre Valette a utilisé cette formule dès son entrée en fonction en 1675. Son prédécesseur l’a utilisé également, mais seulement subitement à partir de juin 1673, alors qu’il ne le faisait pas auparavant. Valette, quand à lui, l’a utilisé jusqu’à ce qu’il quitte son ministère (ou tout au moins qu’il disparaisse des registres).

Mais désormais, je sais ce que peut signifier « imposer un nom » lors d’un baptême. Et vous aussi du coup !