« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 2 décembre 2017

La Suisse est un coffre-fort

J’ai des ancêtres Suisses. Dans le Valais. A Champéry pour la plupart. 11 générations. 170 personnes environs identifiées (soit environ 150 actes ayant date et lieu). De la fin du XVIème pour les générations les plus anciennes jusqu’aux années 1880 où Joseph Auguste, mon arrière-arrière-grand-père saute dans la vallée voisine… qui se trouve en France. 

Carte Champéry-Samoëns

Il demeure donc ensuite à Samoëns (Haute-Savoie). Il est le père de Jean-François Borrat-Michaud, que les fidèles de ce blog connaissent bien, puisque je le suis « pas à pas » depuis 1914 pour connaître « sa » Grande Guerre.

Bref, j’ai des ancêtres Suisses.

Quand j’ai commencé ma généalogie, je ne savais pas ce que ça allait signifier. Dans ma famille on le savait qu’on avait des ancêtres Suisses : cela faisait partie des légendes familiales. On expliquait même son nom : Un Borrat aurait épousé une Michaud (ou l’inverse, on ne sait pas) et les deux noms aurait été accolés.

Dans son acte de mariage à Samoëns Joseph est dit né en 1863, de nationalité Suisse, "fils majeur, célibataire et illégitime de Justine Borrat-Michaud". Il signe Joseph Michaud. Dans son acte de naissance (rédigé en latin) il est dit "fils illégitime de Justine Es Borrat-Michaux". Au fil des recensements de Samoëns (il y apparaît à partir de 1886) il est successivement nommé Michaud, Borrat-Michaud, Mechond, Borrat-Michaux, Michaux.
Pour l’anecdote, il est reconnu père une première fois en 1892, épouse la mère de l’enfant en 1893, reconnaît sa fille illégitime ainsi que celle que sa nouvelle épouse avait eu 11 ans auparavant, seule survivante de deux paires de jumelles illégitimes (sic).

Que d’informations grâce à cet acte de mariage :
- c’est lui LE Suisse. Le premier. Légende familiale en partie vérifiée.
- il est fils illégitime. C’était aussi, par hasard, le premier que je trouvais dans ma généalogie.
- il n’était pas trop regardant sur les vertus de son épouse qui avait déjà eu deux paires de jumelles illégitimes ; et lui-même, fils illégitime, ne devait pas être trop à cheval sur les bonnes mœurs étant donné qu’il a mis « la charrue avant les bœufs », lui faisant un enfant avant de l’épouser. Bon, bien sûr, je ne connais pas les circonstances de toutes ces naissances, je me garderais donc bien de juger qui que ce soit.

Mais désormais je sais d’où et quand part ma branche suisse : Joseph est né à Champéry, juste à côté de Samoëns, de l’autre côté de la frontière ; à ce détail près qu’il n’y a pas de route pour franchir la montagne entre les deux villages.

Carte routes Samoëns-Champéry

Et cette montagne qui barre la route n’est pas que géographique : elle est aussi symbolique. En effet, l’état civil (ou paroissial) n’est pas accessible en Suisse de la même manière qu’en France. En fait il n’est pas accessible du tout, si l’on peut dire. Ainsi, comme le dit Patricia Ruelle, généalogiste familiale à Fribourg sous le nom de Chronique du temps, « les archives en ligne sont très rares. Selon les cantons, il existe également de grandes disparités d’accessibilité des sources. […] En Valais, il faut une autorisation du curé pour pouvoir consulter les registres paroissiaux d’une commune. »
« L’état civil suisse [laïc] existe depuis 1876. » Cela ne me concerne donc pas pour Joseph (déjà né, pas encore marié).

Autre particularité : « L’origine [qui] est un concept important en Suisse, [il] se rattache à l’ancien droit de bourgeoisie des familles. La ville d’origine d’une famille est celle dans laquelle le père possède un droit de bourgeoisie, qu’il a hérité de son propre père. Le père de famille transmet donc son lieu d’origine à sa femme et à ses enfants, et c’est dans cette commune qu’il faudra chercher des informations concernant la famille nouvellement créée. »
Dans mon « malheur » j’ai eu une chance, mes ancêtres suisses sont (quasi) tous originaires de Champéry et sa ville voisine de Val d’Illiez. Les lieux identifiés, les recherches peuvent commencer…

« Les registres paroissiaux [sont]  consultables aux archives cantonales. Le fonctionnement est similaire aux archives paroissiales françaises : les registres d’une paroisse recensent tous les événements qui se sont déroulés dans cette paroisse, sans tenir compte cette fois de la notion d’origine (mais elle est souvent mentionnée).
Dans les cantons […] catholiques (Fribourg, Jura et Valais) ils sont écrits en latin ou en français (ouf ! j’ai échappé à l’allemand gothique des cantons protestants, c’est déjà ça !).
Dans certains cantons, les registres originaux sont conservés dans les paroisses. Les Archives cantonales conservent alors des copies microfilmées. Une vaste entreprise de microfilmage a eu lieu en Suisse depuis les années 1990. »

Je ne mentionnerais pas les autres sources possibles, celles-ci me posent déjà suffisamment de problème.

En effet, si je ne me heurte pas aux délais de communicabilité (vu les dates qui m’intéressent), et si les actes sont librement consultables… il faut aller sur place ! Je vous passe les détails des consultations données par les archives cantonales : « Pour des raisons pratiques, il n’est pas possible de commander plus de dix articles à la fois. Les documents sont distribués à heures fixes :
- 08h30 commande possible la veille jusqu’à 16h15
- 10h15 commande possible jusqu’à 09h15
- 14h15 commande possible jusqu’à 13h15 »

Dans les forums, j’apprends en outre que « les copies d'actes ne sont pas gratuites, il faut débourser l'équivalent d'environ 25 à 30 euros pas acte. L'acte est très sommaire » ; information à prendre au conditionnel (sur les forums on dit tout et son contraire), mais en plus de ça, je risque de me retrouver sur la paille : 3 750 à 4 500 € de copies d’actes : gloups !

Donc, pour résumer, il faut que j’ai l’autorisation écrite du curé de la (des) paroisse(s) et que je me rende ensuite sur place aux archives cantonales (en l’occurrence à Sion) et que je calcule bien mes articles à commander (à cause des horaires), par paquets de 10 maximum, soit au moins 15 jours de présence puisque j’ai identifié 150 actes. Et pauvre comme Job.
Pas possible !

Bon, je cherche rapidement une autre solution : je me tourne vers l’AVEG (Association valaisanne d’Etude Généalogique) et crie au secours ! Très généreusement, ils me fournissent – gracieusement en plus – une liste d’ascendant composant ma lignée suisse : noms, prénoms, dates et lieux de naissance quand ils sont connus. C’est ainsi que « j’ai » pu identifier mes ancêtres Suisses. Mais aucun acte.

J’ai tenté d’autres pistes, mais en vain. Ah ! si ! j’ai trouvé l’origine du patronyme Borrat : du patois borat, taurillon, jeune homme (latin burrus, rouge ardent), ou bore, poil, laine grossière (latin burra, bourre, bure). Es-Borrat est une forme valaisanne, tirée d’un lieu-dit signifiant "chez les Borrat" (es = en les) [selon Ch. Montandon, www.favoris.ch/patronymes).].
Concernant les Borrat-Michaud, le nom est une variante de Borraz, Borra qui apparaît dans un rôle des terres du Chapitre de Sion à la fin du XIIe siècle. Cette famille se divise en plusieurs branches dites Borrat, Borrat-Besson, Borrat-Michod ou Michaud, Es-Borrat.
Les Borrat-Michaud descendent probablement d'un Michaud (= Michel) Borrat, fils de Jacquet Borrat, de Prabit; ce Michaud Borrat apparaît dans une reconnaissance de 1457 [selon le Nouvel armorial valaisan, Neues Walliser Wappenbuch, Auteur : Jean-Claude Morend, Léon Dupont Lachenal, Edité en 1984]. Donc pas de Borrat qui épouse une Michaud : légende familiale qui s’envole en partie. Au passage, clin d’œil à mon oncle Michel, qui s’appelle donc en fait Michel Borrat Michel !

C’était il y a une dizaine d’années. Je me suis dit : « adieu les Suisses ! Jamais je ne vous connaîtrai davantage ».

Aujourd’hui Noël approche. Je me suis dis que je pourrais demander au Père-Noël de m’offrir ces fameux actes manquants. Non que je mette en doute les relevés fournis par l’AVEG, mais ma formation d’historienne « m’oblige » à voir (avoir) la source première. Je recherche donc un généalogiste familial dans le Valais Suisse sur internet. En vain : je ne trouve que des généalogistes successoraux.

Je me tourne à nouveau vers l’AVEG en leur demandant si eux peuvent me fournir les actes, ou à défaut les coordonnées de quelque un susceptible de pouvoir le faire. Gentiment – à nouveau – ils me fournissent la copie d’une vingtaine d’actes. Cependant « les actes proviennent de photographies des registres paroissiaux de Val d'Illiez et de Champéry, réalisées avant les restrictions de l'Evêché. Les photos numériques n'avaient pas la qualité des photos actuelles, d'où la piètre qualité de ces photos. Aujourd'hui en effet, l'Evêché est propriétaire des documents et en limite fortement l'accès. Du coup, tous les registres n'ont pas été numérisés, et il est difficile d'accéder aux originaux ou aux copies disponibles aux archives valaisannes pour faire des copies des actes. »

Dans le lot, l’acte de naissance de mon AAGP, qui confirme bien sa naissance illégitime (ce dont je ne doutais pas) ainsi que les actes de naissance et décès de sa mère (qui ne s’est jamais mariée, même si, apparemment  elle a vécu avec un homme qui a reconnu l’un de ses enfants illégitimes… oui, elle aussi a eu plusieurs enfants illégitimes : l’histoire se répète). Les autres actes, concernant les ascendants les plus proches, confirment les dates données par l’AVEG il y a 10 ans. Un tableau issu de leurs relevés vient compléter l’envoi, identique aux données déjà reçues. J’ai laissé de côté les trois ou quatre dernières générations car elles n’ont pas d’acte leur correspondant et, les données n’étant pas sourcées, je ne sais pas comment le lien et la parenté de ces personnes a été établi.

Mais il me reste encore 130 actes à trouver. Je contacte cette fois directement les archives cantonales, pour savoir si elles peuvent réaliser des copies. La réponse est non, mais elles me conseillent de me tourner vers… l’AVEG !

Donc en 10 ans, si la généalogie en ligne en France a fait beaucoup de progrès, force est de constater qu’en Suisse les données restent bien au chaud dans leur coffre-fort. Inaccessibles. Je referai peut-être une nouvelle tentative dans 10 ans, sait-on jamais…


5 commentaires:

  1. J'aime beaucoup le style avec lequel tu racontes ces péripéties généalogiques. Alors que d'aucuns se plaindraient de la difficulté, tu trouves le moyen de rendre passionnant le récit de cette enquête.

    RépondreSupprimer
  2. Je dirais plutôt que le Valais est un coffre fort. :) Comme c'est bien connu en Suisse, chaque canton a ses spécificités. Pour moi ça s'est relativement bien passé jusqu'à maintenant. Une différence tout de même, mes recherches ont plutôt eu lieu dans les cantons alémaniques et dans les registres des paroisses protestantes. Par contre ce que tu as lu au sujet de la pauvreté des actes est vraie. Plus on remonte et moins il y a d'informations. J'ai vu des mariages où seuls les noms des mariés sont donnés. Du coup la généalogie s'arrête parfois pour cause d'homonymie fréquente.

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup.
    J'avais abandonné les recherches commencées dans le Valais quand j'avais constaté la complexité et le coût des recherches en Suisses. Et, pour information, les recherches aux EU sont également difficiles. Les sources sont peu fiables (par exemple, les prénoms peuvent être déformés, les épouses enregistrées au nom de leur mari...). Par contre Family Search a commencé à mettre en ligne les originaux des actes et ça, ça m'a aidée, même si un enregistrement de mariage aux EU se limite à environ trois lignes. Méfiez-vous aussi des beaux certificats qu'on vous vend : ils sont reconstitués et non vérifiés, donc peu fiables.
    Un autre site intéressant est le site Ellis Island. Vous pouvez y trouver une une période assez proche la liste des passagers des bateaux de migrants avec des infos complètes : état civil, origine, nationalité, composition de la famille, âges, profession, religion. Et la photo du bateau. Bien entendu, les listes intégrales sont payantes ( ~ 50 USD). Gratuit, vous avez le nom du quidam, la date d'entrée et le nom du bateau... Mais attention, là aussi, les transcriptions contiennent des erreurs...
    Et tant que j'y suis, Family Search met aussi en ligne, régulièrement, des registres protestants allemands...
    Bonnes recherches !

    RépondreSupprimer
  4. Et tu veux que je me lance la dedans cousine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guy, tu es un peu anonyme... Mais si ton nom de famille commence par M, tu as peut-être les clés tu coffre-fort ?! Et tu as mes coordonnées... ;-)
      Mélanie - Murmures d'ancêtres

      Supprimer