« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

samedi 21 janvier 2017

#RDVAncestral : la colère de Jeanne

Jeanne marche d’un pas décidé, suivie d’Aubin Pineau, son beau-frère. Si rapide que j’ai du mal à les suivre. Les 2 kilomètres qui séparent la métairie du Tail du village de Saint-Aubin-de-Baubigné ne lui font pas peur : elle a l’habitude. La démarche pressée, les poings serrés, la bouche fermée, Jeanne est en colère. Et ce n’est pas le soleil de ce mois de juillet 1822 qui va lui rendre le sourire.

Jeanne s’apprêtait à épouser François Bénéteau, le fils aîné de l’ancien meunier de Changé à Nueil-sur-Argent. Aujourd’hui les deux parents du futur sont décédés et François est domestique. Cependant il apporte tout de même la valeur de 414 livres dans la corbeille du mariage. Après tout, elle, fille de métayers, placée aussi comme domestique, n’est guère plus riche et n’apporte que 271 livres. Et puis, son père est mort il y a déjà six ans et elle en a 22 maintenant : il faut qu’elle se marie. Ce François est un bon parti pour elle.

Jeanne m’a raconté la raison de sa colère : quand ils sont allés à la mairie pour déclarer leur intention de se marier, surprise, l’officier d’état civil leur a dit que ce n’était pas possible.
- Pas possible ? Et pourquoi donc ?
- Parce que vous n’existez pas ! lui a-t-on répondu !
- Et bien ça ! C’est trop fort : vous voyez bien que j’existe puisque je suis devant vous !
En fait l’officier d’état civil lui a expliqué qu’il ne trouvait pas son acte de naissance dans les registres (ou tout au moins ce qu’il en est resté après les combats violents qui ont ravagé la région à la fin du siècle dernier [*]) : sans ce document, pas d’existence légale. Pas de mariage.
- Mais alors, on ne peut pas se marier ?
- Ben, en fait si, il y a un moyen : il faut prouver que vous existez. Ça s’appelle un acte de notoriété : il faut que plusieurs témoins attestent de votre naissance. En général ce sont les parents qui font cette déclaration.

Jeanne est sortie de la mairie bien dépitée : son père est mort et sa mère est tellement malade qu’elle ne quitte plus son lit depuis plusieurs mois. Mais après un léger découragement, elle a repris espoir : deux témoins suffisent ; ils ne doivent pas obligatoirement être les parents.

C’est pour cela que nous marchons d’un pas vif vers la mairie : pour régulariser la situation de Jeanne et prouver qu’elle existe bien ! Arrivés devant la maison commune, nous retrouvons Pierre Sapin, tisserand à Rorthais. Nous entrons, Jeanne en tête bien sûr.

- Je viens déclarer que j’existe !
Elle est si décidée, que l’officier d’état civil ouvre son grand registre sans discuter ni perdre une minute. Et de sa fine écriture il écrit : « A comparu Jeanne le Beau laquelle nous a dit qu’elle ne se trouve pas portée sur les registres de l’état civil, à cause des troubles qui existaient lors de sa naissance ; qu’elle ne peut se faire représenter par sa mère à cause d’une maladie qui la retient au lit depuis près d’un an ; mais elle nous offre le témoignage de deux personnes dignes de confiance, notamment celui de Aubin Pineau son beau frère à cause de marie beau son épouse, et qui nous assure qu’elle est née le douze avril mil huit cent […] elle a déclaré ne savoir signer. » A leurs tours, Pierre Sapin et Aubin Pineau ont fait la même déclaration.

Acte civil reconstitué, Mauléon/St Aubin de Baubigné, 1822 @ AD79

Oui, maintenant Jeanne existe vraiment. Elle se détend un peu. Elle va pouvoir se marier. Le retour à la métairie est plus calme. Nous parlons à bâtons rompus, de ses rêves, de ses espoirs. Avec François ils comptent s’installer au Tail comme « cultivateurs » (comme on dit désormais). Elle espère avoir des enfants : trois ou cinq, elle ne sait pas encore ! Elle espère aussi que sa mère ira mieux et pourra se remettre.

Je lui dis que ses rêves se réaliserons sans doute parce que, vu son caractère bien affirmé, elle ne laissera sans doute personne se mettre en travers de son chemin. Il m’est difficile de lui raconter le futur et de lui dire que sa mère va se rétablir et vivre encore jusqu’en 1836. Qu’elle aura trois enfants (ou cinq, selon quelques généalogistes, mais personnellement, je n’ai pas réussi à prouver leurs liens de parenté…). Hélas, elle perdra une petite fille, âgée de trois mois seulement. Elle et François feront fructifier leurs terres : de la mère de Jeanne ils hériterons de 160 livres, mais lègueront à leurs propres enfants, 20 plus tard, 850 livres. Après le décès de François en 1859, c’est Jeanne qui tiendra les rênes de la borderie du Tail; le recenseur l’inscrivant même comme « chef de ménage ». J’aurais bien aimé lui demander où et quand elle va mourir à son tour, car je pers sa trace après le mariage d’un de ses fils en 1866, mais elle ne le sait pas elle-même : inutile de lui poser la question.

En tout cas, oui, à coup sûr Jeanne ne se laissera pas marcher sur les pieds et elle existera pour de bon cette fois !



[*] Il s’agit sans doute des suites des guerres dites « de Vendée », qui ont ravagé la région à l’époque post-révolutionnaire (au moment de la levée en masse, en 1793, la révolte ou rébellion vendéenne, s'est déclenchée, dans un premier temps comme une jacquerie paysanne classique, avant de prendre la forme d'un mouvement contre-révolutionnaire). Elles se sont étendues aux Deux-Sèvres ; Saint-Aubin-de-Baubigné se trouvant à dizaine de kilomètres de la « frontière » vendéenne. Beaucoup de registres de cette époque sont lacunaires ou totalement manquants. Quelques actes ont été reconstitués plusieurs années plus tard ; comme c’est le cas pour Jeanne ici.


samedi 14 janvier 2017

#Généathème : paléographie mon amour

Je suis autodidacte en paléographie : jamais formée officiellement, j’ai appris sur le tas. Au début grâce au déchiffrage des actes d’état civil ou paroissiaux. Ce ne fut pas très compliqué : textes courts, formules toujours quasi identiques. Quelques nouveaux patronymes m’ont parfois fait trébucher. Puis j’ai étendu mes recherches généalogiques à d’autres sources :
  •  Recensements,
  • Listes électorales,
  • Registres de succession,
  • Cahiers de doléances,
  • Registres militaires…
Les premiers ne sont qu’une liste de noms. Parfois quelques métiers viennent s’ajouter, certains restants obscurs. Les derniers sont un peu détaillés et un peu mystérieux (ah les abréviations militaires !).
Et puis je suis tombée dans les registres notariaux :
  • Contrats de mariage,
  • Testaments,
  • Inventaire après décès,
  • Ventes,
  • Quittances,
  • Affermages,
  • etc…
C’est à cause de ma grande-cousine Bernadette qui m’a prêté les copies des actes qu’elle avait photographié. Au début j’ai bien galéré : les photos n’étaient pas toujours de bonne qualité (question de flous ou bien simplement de reliures trop serrées…). J’ai parfois essayé de redemander des photos des originaux aux archives départementales, mais entre temps, les registres n’étaient plus consultables. Alors j’ai fait avec. Mes premières armes ont commencé dans les tranchées !
La paléographie c’est comme une langue étrangère : tu perds très vite si tu ne pratiques pas. Au début, mes transcriptions étaient pleines de trous : en plus de l’écriture propre à chaque notaire (et à laquelle il faut se réhabituer à chaque fois), il y avait de nouvelles formules que je ne connaissais pas. J’ai aussi compris l’importance des règles d’orthographe : les césures entre les mots, l’écriture phonétique, les lettres qui existaient autrefois dans les mots (disparues au fil du temps…). Et puis il y a les mots régionaux, que tu ne connais pas parce que tu n’habites pas la région en question ou même parce qu’ils ne sont plus utilisés aujourd’hui. Cela m’a d’ailleurs inspiré un article sur le blog, qui a beaucoup de succès : le Bescherelle de la généalogie.
Puis, petit à petit, d’un acte à l’autre, d’un notaire à l’autre, le brouillard a commencé à se dissiper. Je ne dis pas que je suis devenue une pro, mais globalement je comprends assez bien le sens de ce que je lis. Et il faut bien l’avouer : c’est nettement plus enrichissant d’explorer ces sources que les simples actes d’état civil. Cela donne du corps, de la chaire à la vie de nos ancêtres. Pauvres ou riches, citadins ou campagnards, on découvre leurs cadres de vie, leurs us et coutumes. Leur existence quoi. Maintenant que j’ai acquis une certaine expérience, je me dis que je devrais reprendre un à un les premiers actes difficilement déchiffrés parce que je serai sans doute capable de les transcrire beaucoup mieux aujourd’hui. Mais je n’ai jamais eu le courage (sans compter qu’au fur et à mesure des mises en ligne, le tas de documents en attente de transcription s’est largement étoffé).
Ce généathème est l’occasion de me replonger dans ces premiers documents.

Brève explication de transcription personnelle :
  • j’ai laissé l’orthographe d'origine
  • quand je ne suis pas sûre d’un mot je le fais suivre d’un [ ?]
  • quand je n’arrive pas à déchiffrer un mot (ou une suite de mots) je mets un [… ?]
J’ai choisi ici un document au hasard : nous sommes dans l’Ain en 1710. Il s’agit d’un contrat de mariage. Petite originalité : il a été rédigé six mois après le mariage ! Pour les courageux qui ont envie de voyager avec moi, je remets la photo du document, la transcription originale (2013) et les corrections apportées aujourd’hui :
  •  un mot rayé suivi d’un autre en gras est signe d’une seconde lecture corrigée aujourd’hui,
  • un [ ?] ou un [… ?] rayés : de même.
A noter :
  • les « griffonnages » (sic) dans la marge n’ont pas été transcrits !
  • avant ce contrat de mariage, les protagonistes étaient connus comme François Jannay et Andréanne (ou Andrianne, Andréaz, Andriaz) Buffard. Dans l’Ain les surnoms sont courants, d’où celui donné au père d’Andréanne « Bon garçon ».
  • j’ai parfois ajouté un espace pour une meilleure compréhension du texte, symbolisé par un tiret bas _.
  • à la relecture, je me suis aperçue que j’avais sauté une ligne (deux fois) et donc oublié une portion de phrase : texte retranscrit en gras.
CM Jannay François, 1710 © AD01



1          Mariage entre françois fils d’aymé
Jehannay de la laverhne d’une part et
Andreaz fillie de feu_jean buffard dit bon
garçon des gallanchon d’autre

5          Comme ainsy soit que mariage aye esté cy devant Traitté
en face de nottre mere Saincte Eglise et du depuis [ ?] consommé
entre françois fils d’aymé Jehannay demeurant la grange de la
[Laverhne en interligne] paroisse de_lalleyriaz d’une part et andreaz fillie de feu jean
Buffard dit bon garçon, et de bernardine Jacquiod cary du lieu
10        des gallanchon paroisse d’ardon d’autre, Les conventions
duquel les parties nont encor faict redigées par escrit pour
ne s’estre [… ?] Trouvés en commoditté de ce faire, dans laquelle
estants [… ?] a_presant elles ont desires exiger faire rediger leurs dittes
convention par[… ?]  escrit aux fins qu’il en soit mémoire,
15        Pour ce est il qui le que ce jourd’huy neufiesme juin mil sept cent
et dix apres midy, par devant le nore [notaire] royal soubsigné, et
presents les_temoins bas nommés fut presente lad[ite] bernardine
Jacquinod cary [deux mots rayés] veuve dudit jean buffard, la mere
delad[ite] andreaz buffard Laquelle ayant le present_mariage
20        pour agreable et se rejoüyssance d’icelluy, a_donné et
constitué comme par ces presentes [… ?] elle donne constitue * a lad[ite]
andreaz buffard sa fillie, et pour elle audit jehannay son
mary icy presant et occupant icelle buffard procedant
de_l’authorité dud[it] françois jehannay sond[it] mary qui precede procède
25        aussy de celle dudit aymé jahannay son père de mesme icy přt [present]
a_scavoir La_somme de quatre vingt Livres, un couvert pour couverture
moitie laine, et moitie fillet [ ?], et un coffre bois noyer_fermant
a_clef, payables laditte constitution par les héritiers de laditte jacquinod
une année apres son décès avec interests passé le terme icy
30        par aupres [ ?] lequels [ ?] au dossier [ ?] vingt du consement [ ?] des parties
[mot rayé] [… ?] tenan [ ?] lad[ite] constitution pour tous droit maternels
quel [… ?] que_lad[ite] andreaz buffard pourroit avoir esperer, et_pretendre
aux biens de sad[ite] mere en quoy quils constituent en [ ?] et puissant [ ?] puissent
connaitre constitue mesme endroit de largument [ ?] l’augment de ladite Jacquinod cary
35        a tous [… ?]  lesquels droits icelle andreaz buffard de l’authorité dud[it]
françois Jehannay son mary qui procede toujours de celle dud[it]
aymé Jehannay son père elle a renoncé, et renoncera purement
et simplement en faveur de sad[ite] mere se [… ?] recognue puissant [ ?] tant [ ?] bien
[… ?] portionne en et plus que legitime saufs a loyalle [… ?] eschautte [ ?]
40        quand du de droit elles luy arrivera, sest [… ?] establye
laditte andreaz buffard, laquelle sest constitue en faisant faveur
des [… ?] du cy presant mariage elle, et tout, et uns chascuns ses biens
qui consistent en la somme de cent livres, une vache, une
chevre, une brebis, un habit de bon drapt, vingt aulnes de toille
45        de menage, et trois aulnes de [… ?] mentil le tout a elle legue
par feu jean buffard son ayeul, et la et Honnette Thomasset son
ayeule par un testament mutuel reçu ledit jedit nore [notaire]  le
quatorzieme quatriesme may mil sept cent quattre [… ?] biens, en et hoiries
desquels au moyen dudit legat et dudit argument [ ?] augment d’icelluy aux
50        termes portés par led[it] testament quelle andreaz buffard de
lauthorite quelle procede a renonce, et renonce, par le presant
aussy bien quai droit de largument laugment de lad[ite] thomasset en faveur
de claude, et françois buffard dit bon garçon ses freres sauf
toujours sa loyalle estiennette eschautte [ ?], laquelle constitué, en et legat
55        cy dessus lesd[it] jehannay père et fils promoteur promettent assignes [… ?]
le suffisants biens chose [ ?] quil auront le tout reçu au proffit
de laditte andreaz buffard, car de laugment suivant la
coustume de ce pays, en la qualité des parties mesme [… ?] lesd[its] chacuns
père de nourrie [ ?] nourrir, celeste [ ?] et tous et entretenir dans sa communion [ ?] led[it] françois
60        jehannay son fils dans sa ferme et sa famille [ ?] en y
[… ?] travaillant de tous leur possible le tout ny [… ?] sy sont este ainsy
faict [… ?] connu et accordé entre lesd[ites] parties lesquelles ont 
promis d’avoir a gre, et respectivement observe tout le
contenu au present contrat sans jamais y contravenir [ ?] contrevenir
65        directement ny indirectement, a_peyne [ ?] de tous depens,
dommages et interests, [… ?] soub obligation de tous leurs biens dottant dottaux et
paraphe [ ?] un a un de lad[ite] Jacquinod cary, constitutions, soubmissions,
renonciations, et clause requises, faict et passé a chatillon
jour des foires dessus les galleries de la maison [… ?] a
[... ?]  present louis moyen dit bechar de monsieur demeurant [… ?],
70        [... ?]  de chatillon, et claude fils de louis moyen
dit bechar de cheysery [… ?] a [… ?]
temoins requis qui n’ont ny les parties signés pour ne
scavoir de ce enquis * en dot et mariage
75        Perrin notaire royal


Bon, il reste quelques trous, mais j'ai progressé tout de même. Maintenant il me reste 31 autres documents trouvés aux archives de l'Ain (mes premiers) à reprendre... Si j'en ai le courage !


dimanche 8 janvier 2017

Allons au cimetière

On le sait, la période qui précède la Révolution française est une période de calamités agricoles : mauvaises récoltes, faim, froid, disettes… puis Révolution. Bien peu ont échappé à ces fléaux (en général, ils seront bientôt rattrapés et auront des ennuis jusqu’au cou…).
A Conques (12), si je n’ai pas de détails particuliers sur cette période, je vois bien que les registres paroissiaux débordent d’actes de sépultures.

Est-ce que la configuration du village a beaucoup changé par rapport à aujourd’hui ? Je l’ignore. Cependant aujourd’hui le cimetière est coincé entre l’abbaye et… le vide. Conques est en effet un village niché à mi-pente d’une grande colline (petite montagne ?) au cœur d’une vallée encaissée [*]. Il n’est pas très grand. Entouré d’un petit muret ; paisible lieu de repos et d’éternité.

Vue aérienne de Conques © B.Rousset via survoldefrance.fr

Lieu que la famille Mas a fréquenté de (trop) nombreuses fois. Antoine Mas (mon sosa n°132) a épousé Françoise Pradel - ou Pradellis/Pradelly - (sosa n°271) en 1775. Il est couvreur (il est même dit « Maître couvreur » en 1789 ; ce qui me fait penser qu’il ne devait pas être le plus pauvre parmi les plus pauvres), demeurant à Conques, rue des Rocs [**]. Ensemble ils ont eu 9 enfants… Et ils en ont enterré 8 ! Presque aussi régulièrement que Françoise mettait des enfants au monde (soit à peu près tous les deux ans), Antoine allait ensuite les enterrer au cimetière !
Le plus jeune a vécu 13 jours, le plus vieux 87 ans (mais il est resté célibataire). Seul mon ancêtre directe, Jean Antoine a survécu à cette hécatombe et a eu une descendance.

Antoine a donc accompagné ses enfants au cimetière en :
  • 1781 : décès de Françoise (âge inconnu)
  • 1783 : décès d’Antoine âgé de 2 semaines
  • 1785 : décès de Catherine âgée de 11 mois
  • 1789 : décès d’Antoine âgé de 13 jours
  • 1792 : décès d’Anne âgée de 13 ans
  • 1794 : décès de Marie âgée de 4 semaines
  • 1818 : décès de Marie Jeanne âgée de 31 ans
  • 1883 : décès d’Antoine âgé de 87 ans

Deux parviendront  tout de même à l’âge adulte mais, restés célibataires, ils ne donneront pas de descendance. A vrai dire, Antoine père ne connaîtra pas le décès de son (troisième) fils Antoine, car il meurt avant lui et avant son épouse, décédés respectivement en 1883 et 1833.

Le paradoxe de l’histoire est que j’ignore quand exactement Antoine père est décédé : je perds sa trace entre le décès de Marie Jeanne en 1818, où il est présent, et celui de son épouse en 1833, où il est dit décédé. Le voir si souvent au cimetière pour les autres et ne pas le trouver lui…

Si autrefois la mortalité infantile était courante, et si aujourd’hui elle est effrayante, comment ces parents ont-ils vécu le décès de la quasi-totalité de leurs enfants ? C’est une chose que nous ne pouvons imaginer à leur place, à leur époque. Mais la tristesse a bien dû habiter dans une maison de la rue des Rocs à Conques…


[*] Ce qui explique l’origine de son nom : la conque.
[**] Du moins je le suppose : l’adresse donnée est en partie sous une tâche d’encre !

samedi 31 décembre 2016

#Centenaire1418 pas à pas : décembre 1916

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de décembre 1916 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er décembre
Le sous-secteur s’appellera désormais : 607-Lesseux.
Les Allemands travaillent au blockhaus 607 : beaucoup de terre remuée.
2 obus et 3 bombes sont tombés, mais aucun dégât.
Écoute du génie : travail actif en souterrain.

2 décembre
Écoute du génie : travail actif dans la demi-lune de droite.

3 décembre
Écoute du génie : travail actif dans la demi-lune de droite.
Roulement de voitures en fin d’après-midi vers Provenchères.
Carte St Dié-Provenchères

4 décembre
Une note de la division précise de se conformer à l’Instruction sur les travaux de campagne pour dénommer le fractionnement des secteurs.
On nous donne donc les 19 nouvelles dénominations des points d’appuis de notre sous-secteur.

5 décembre
Plusieurs accidents entraînent des blessures de chasseurs.

6 décembre
Bruit de travaux sur le château de Lusse et le village entre 7 et 8h.
Bombardements.

7 décembre
Écoute du génie : travail actif dans la demi-lune de droite.

8 décembre
Bruits de travaux à la Sapinette.
Tirs de mitraillette à 8h. Bombardement l’après-midi.
Écoute du génie : comme hier.

9 décembre
L’ennemi semble avoir placé du fil de fer autour du château de Lusse.
Château de Lusse © Delcampe
La 9e rencontre une patrouille boche : échange de coups de feu.

10 décembre
Ordre de relève : le 11e doit nous relever dans la nuit du 12. Nous resterons en réserve vers Laveline.
En attendant nous partons en reconnaissance avec la 8e.
Des torpilles obstruent les tranchées vers 607.

11 décembre
Des éclats d’obus blessent des chasseurs de la 6e.

12 décembre
Circulation très active dans la nuit du 11 au 12.
Ecoute du génie : encore un travail très actif entendu.

13 décembre
Notre Cie part vers 3h pour relever la 2e Cie du 11e à Combrimont.
Les 1ers éléments du 11e arrivent vers 4h pour nous remplacer
La relève s’effectue sans incident.

14 décembre
Arrivée de nouveaux chasseurs affectés à la 10ème Compagnie.

15 décembre
Aucune note pour ce jour.

16 décembre
Revue de Bataillon par le Lieutenant colonel. Remise de croix de guerre.

17 décembre
Aucune note pour ce jour.

18 décembre
2 avions boches ont survolé nos lignes à 10h45 et 11h30.
A 14h ce sont 2 avions français.

19 décembre
Le Capitaine Janin part en reconnaissance. Un peloton de la 9e se rend au camp Gaud en réserve.

20 décembre
Le sous-lieutenant Chandon, venant des aspirants du 14e régiment de Dragons, est affecté à la Compagnie des Chasseurs.

21 décembre
Aucune note pour ce jour.

22 décembre
Le lieutenant Tavernier est affecté au 51e Bataillon de Chasseurs.

23 décembre
La 7e nous relève à Combrimont entre 4 et 6h.
Rien à signaler.

24 décembre
Un avion boche survole, à grande hauteur, la vallée. Tir de notre artillerie antiaérienne.

25 décembre
Je ne sais pas comment font les copains : c’est peut-être le miracle de Noël. En tout cas il y aura de l’oie pour le dîner !
Soldats tuant une oie à Noël, 1914 © Gallica

26 décembre
C’était le 3ème Noël loin des miens… Combien en faudra-t-il encore ?

27 décembre
Les commandants des Cies et  les chefs de section vont faire la reconnaissance de leur point d’appui au CR 607-Lesseux.

28 décembre
Avec la 6 et la 9e, nous relevons 3 Cies à 7h. Pas d’incident. Notre Cie remplace la 3e au PA Lacombe.

29 décembre
La 4e relève la 7e. Tirs de mitrailleuse. Ecoute du génie : travail ennemi dans la région A2 et 5.

30 décembre
2 patrouilles ennemies s’approchent de nos positions au collet Lesseux. La 1ère est mise en fuite par la 9e Cie, la 2ème dispersée à coups de grenades.

31 décembre
Vers 22h une patrouille ennemie s’approche de nos défenses mais disparaît devant nos coups de feu. Ecoute du génie : coups de mines fréquents.  




samedi 17 décembre 2016

#RDVAncestral : la loge dans la forêt

J'avance lentement dans la forêt. Je suis partie tôt car je n'ai pas le sens de l'orientation et je sais que je vais me perdre. En effet j'ai un mal fou à suivre le sentier. D'ailleurs "sentier" c'est beaucoup dire : c'est plutôt une trace dans l'herbe, entre les arbres. J'erre un moment, reviens sur mes pas, avant d'apercevoir enfin la loge. Les maisons de bûcherons ou de charbonniers étaient installées directement en forêt, au plus près de leurs chantiers : celle qui m'intéresse est située près du village de La Prise (dont le nom signifie "pris sur la forêt"), paroisse de La Sauvagère (61).

Carte de Cassini, village de La Prise, paroisse de La Sauvagère © Geoportail

J'y ai rendez-vous avec la famille Guillouard : François le père, Jeanne son épouse, et Pierre leur fils. Les forestiers ont plutôt la réputation d'être des taiseux, mais là, assemblés près de la cheminée (nous somme en février 1657), la famille me raconte volontiers sa matinée.
Père et fils sont de retour du bourg de La Sauvagère où, ce matin, ils étaient chez le notaire Me Perier. Accompagné de Jean Bernier, ils ont fait rédiger un contrat de mariage pour Pierre avec la sœur de Jean, prénommée Marie. 

Ils m'expliquent que le père de Marie étant déjà décédé, c'est Jean qui s'occupe de tout désormais. Les deux fiancés se sont promis que, "au plaisir de Dieu [mariage] sera fait et accomply selon les constitutions et cérémonies de nostre mère sainte église catholique apostolique et romaine."

Jean Bernier "a promis, en faveur dudit mariage, en don pécuniel la somme de 150 livres". Cette somme représente à la fois la part de Jean, l'héritage paternel et les "biens meubles". Elle sera versée en plusieurs termes, dûment définis. Marie apportera aussi dans la corbeille de mariage un beau trousseau qu'elle a dû patiemment élaborer : "un habit honneste et selon son usage, un lit fourny de couette, traversier, oreiller, couverture et courtine et pendant dudit lit selon la coustume, avec une douzaine de linge." Ce linge sera complété par de la vaisselle : "6 écuelles, 6 assiettes, un pot, le tout d’estain." Le tout sera disposé dans "un coffre de bois de chesne fermant à clef bon et suffisant." Du bétail complète la dot : "une vache pleine ou le veau après elle, une genisse de 2 ans, 6 brebis pleines ou les aigneaux après elle." 
- Et toi François, qu'as-tu promis ?
- J'ai "consenty et accordé que de ladite somme de 150 livres en soit mis et employé en fond ou rente la somme de 100 livres au nom et ligne de ladite fille pour assignat." Et si jamais mon fils venait à décéder du vivant de Marie, j'ai promis quelle "ait son douaire coustumier sur tous ses biens comme sy dès à présent Pierre estoit héritier."

L'ensemble ne représente pas une grande fortune, mais les deux familles sont des gens modestes.
Je me tourne vers Pierre : 
- "Tu es content ?" 
Un large sourire est ma seule réponse.
- Le notaire a tout rédigé selon vos vœux ? Et il vous a fait signer le document ?
- Ben, nous autres on ne sait pas écrire, mais on a mis notre marque. Chacun a la sienne.
Extrait du contrat de mariage de Pierre Guillouard, 1657 © AD Orne via Geneanet

La nuit commence à tomber. François me raccompagne à la lisière de la forêt grâce à un petit lumignon qui n'éclaire pas grand chose; mais heureusement il connaît le chemin par cœur. Au moment de nous quitter, je me retourne et lui chuchote : "ne t'inquiète pas : il aura une belle vie...".

De retour dans le présent, je ne résiste pas à aller aux archives voir s'il reste des traces de cette matinée. Mais, si j'ai découvert plusieurs documents sur la famille confirmant ma prédiction (Pierre sera collecteur de taille [*] par exemple), je suis déçue car je ne trouve pas le contrat de mariage dans la liasse des archives du notaire Perier en 1657. Finalement, c'est O. Halbert qui va me donner la solution : "Il existe un véritable problème pour trouver les contrats de mariage dans les énormes registres reliés des archives notariales de l’Orne, car en fait puisque les dots étaient rarement payées dans les temps, on devait se référer à ce contrat souvent des décennies plus tard, lors de la "reconnaissance". Le notaire sortait donc à ce moment là le contrat de son année réelle, et le reclassait avec la transaction passée des décennies plus tard. Ainsi, à titre d’exemple, le contrat de Pierre Guillouard, passé en 1657, est classé en 1679, soit 22 ans plus tard." Et effectivement, il est là, bien plus tard que prévu, mais bien là, souvenir et preuve de notre rencontre en février 1657...

[*] Selon O. Halbert, le fait que Pierre ne sache pas signer n'est pas un obstacle à son métier de collecteur de taille : savoir compter et faire rentrer l'argent suffit !


dimanche 4 décembre 2016

Noël aimait les (jeunes) femmes

Tout commence normalement : Noël Barré habite La Coulonche (61). Il est issu de l'une des nombreuses familles Barré du lieu : selon Odile Halbert (via Lucien Regnauld), on trouve 25 couples Barré primitifs à La Coulonche (15 garçons et 13 filles) dont 11 couples mariés avant 1615, date du premier registre paroissial connu.
Noël naît en 1618... le 25 décembre, vous vous en doutez. Il est dit cuilronnier : c'est celui qui fabrique des couverts de table (on dit aussi cuironnier, cuilleronnier ou cuilleriste*).

A 25 ans il épouse Noëlle Laisné - et c'est un(e) des rares Noël(le) de ma généalogie qui n'est pas né(e) un 25 décembre. Elle a 18 ans. Ensemble ils auront 9 enfants, nés entre 1648 et 1669. Leur mariage va durer 32 ans. Noëlle meurt à 50 ans en octobre 1676. C'est jeune pour notre époque, mais plutôt commun pour le XVIIème siècle. Sans doute tous les enfants n'ont-ils pas tous quitté le foyer : la dernière-née se marie en 1696 par exemple; mais vu la difficulté de consultation des archives en ligne de l'Orne, seuls 4 mariages de la fratrie ont été identifiés et je ne sais pas si les autres sont parvenus à l'âge adulte.
En résumé > Noël, à 25 ans, épouse Noëlle, âgée de 7 ans de moins que lui. Ils ont 9 enfants. Elle meurt à 50 ans.

L'année suivante, Noël prend une nouvelle épouse, Margueritte Couppe. Est-ce pour s'occuper des enfants (la dernière-née n'a que 7 ans) ? Toujours est-il que, moins d'un an après le décès de sa première épouse, en juillet, il se marie donc en secondes noces avec Margueritte, âgée de 45 ans environ. Hélas le mariage sera court : Margueritte meurt 5 ans plus tard en mai 1682.
En résumé > Noël, à 58 ans, épouse Margueritte, âgée de 14 ans de moins que lui. Pas de postérité connue. Elle meurt à 50 ans.

Cette fois, Noël n'a pas beaucoup de patience : il se remarie à nouveau seulement quatre mois après le décès de sa deuxième épouse. La nouvelle mariée se nomme Françoise Mezenge et elle est âgée de 40 ans. Le mariage est beaucoup plus long cette  fois : 21 ans. On ne leur connaît pas de postérité non plus, mais en même temps Noël commence à être âgé pour enfanter. Mais pour la troisième fois, Noël va conduire son épouse au cimetière, en octobre 1703.
En résumé > Noël, à 63 ans, épouse Françoise, âgée de 24 ans de moins que lui. Pas de postérité connue. Elle meurt à 40 ans.

Veuf pour la troisième fois, Noël doit s'ennuyer... Il décide de se marier à nouveau avec Julienne Delaunay, 45 ans. Trois mois seulement se sont écoulés. Le veuvage est de plus en plus court. En même temps, Noël n'a plus vraiment le temps d'attendre : il a 85 ans ! Ce qui, pour le coup (et le siècle) commence à être remarquable, au sens premier du terme. Le mariage dure 8 ans et à nouveau Noël doit prendre le chemin du cimetière : il enterre sa quatrième épouse en juin 1712.
En résumé > Noël, à 85 ans, épouse Julienne, âgée d'environ 41 ans de moins que lui. Pas de postérité connue. Elle meurt à 53 ans (selon son acte de mariage) ou 60 ans (selon son acte de décès).

Donc plus ça va, plus le veuvage est court, plus Noël épouse des femmes de plus en plus jeunes. On double la différence d'âge à chaque mariage !

Et Noël me direz vous ? A 93 ans il décide de ne pas se remarier une cinquième fois. Ou peut-être qu'il n'a pas trouvé de candidate...
C'est finalement en mai 1713, à 94 ans donc, que Noël se décide à quitter ce monde. Par cette vie peu ordinaire, il fait partie des records de ma généalogie; et à plusieurs titres :
  • le nombre de mariages,
  • les écarts d'âge entre les époux,
  • l'âge de l'époux lors de ses mariages,
  • l'âge de l'époux au décès.
Une pensée pour toutes ces épouses qui se sont mariées avec un homme dont l'écart d'âge est si important. Hélas, les quelques lignes d'actes paroissiaux qui permettent de retracer les liens qu'elles ont noués avec Noël ne permettent pas de savoir pourquoi elles se sont mariées avec cet homme. Est-ce un choix de leur part ? Noël était-il particulièrement séduisant ? Ou au contraire leur a-t-on imposé ces noces ? Et du côté de Noël, pourquoi tous ces mariages, notamment les derniers ? Était-il amoureux ou y avait-il d'autres raisons (économiques, sociales, domestiques...) ? On atteint là les limites de la généalogie : nous ne le saurons sans doute jamais...




* Source : vieux métiers

jeudi 1 décembre 2016

#Centenaire1418 pas à pas : novembre 1916

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de novembre 1916 sont réunis ici.

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 

1er novembre
De retour dans les Vosges, si près de l’endroit où j’ai combattu si longtemps et où j’ai été blessé…
Tant de souvenirs me reviennent.

2 novembre
Le sous lieutenant Ajoux prend le commandement du canon de 57.

3 novembre
D’après la nouvelle organisation des bataillons de Chasseurs, le 51e reçoit une nouvelle Compagnie et un peloton de mitrailleuse.

4 novembre
Le bataillon doit recevoir un deuxième canon de 57.

5 novembre
Aujourd’hui au menu c’est rat des champs. Heureusement que Marius est devenu très habile à la chasse !
Chasse aux rats, 1916 © Gallica

6 novembre
Une chanson circule dans les tranchées :

Les sacrifiés
Lorsqu'au bout de huit jours,
Le repos terminé,
Nous allons reprendre les tranchées,
Notre tâche est inutile,
Car sans nous on prend la pile,
Mais nous en avons assez,
Personne ne veut plus marcher,
Car le cœur gros, avec des sanglots,
On dit adieu aux civlots ;
Et sans tambour, sans trompette,
Nous partons tous, en baissant la tête.

Refrain
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes,
C'est pas fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C'est à Verdun, sur le plateau
Qu'on va laisser sa peau.
Car nous sommes tous des condamnés,
Nous sommes les sacrifiés.

Nous voilà partis, et tous sac au dos,
On dit adieu au repos.
Car pour nous la vie est dure,
C'est terrible, je vous l'assure.
A Verdun, là-haut,
On va se faire descendre,
Sans pouvoir même se défendre,
Car si nous avons de très bons canons,
Les Boches répondent à leur son.
Forcés de se cacher
Au fond de la tranchée
Attendant l'obus qui viendra nous tuer.

Huit jours de tranchée,
Huit jours de souffrances,
Cependant on a l'espérance,
Car ce soir c'est la relève,
Que nous attendons sans trêve…
Tout-à-coup dans l'ombre et le silence,
On voit quelqu'un qui s'avance,
C'est un officier de Chasseur à pied,
Qui vient pour vous remplacer.
Doucement, dans l'ombre,
Sous la pluie qui tombe,
Les petits chasseurs vont chercher leur tombe.

C'est malheureux de voir
Sur les grand boul'vards
Tous ces gens qui font la foire
Car si pour eux la vie est rose,
Pour nous ce n'est pas la même chose.
Au lieu de se cacher,
Tous ces embusqués
Feraient mieux de monter aux tranchées
Pour défendre leur bien,
Puisque nous n'avons rien,
Nous autres les purotins,
Pour défendre les biens de tous ces gros-là.

Refrain
Ceux-là qui ont le pognon,
Ceux-là reviendront,
Car c'est pour eux qu'on se crève.
Mais c'est fini, tous les troupiers
Vont bientôt se mettre en grève.
C'est à votre tour, Messieurs les gros,
De monter sur le plateau.
Puisque vous voulez la guerre.
Venez la faire de votre peau !

Paroles : Pierre Chapelle (*)
Partition

7 novembre
Le nouveau tableau d’effectif est porté à notre connaissance : Etat-Major, Compagnie de mitrailleuses, Compagnies de Chasseurs.
Bataillon actif : 111 sous officiers ; 1 046 hommes de troupe ; 241 chevaux et mulets.
Compagnie de dépôt : 12 sous officiers ; 58 hommes de troupe.

8 novembre
Enfin quelques jours de tranquillité.

9 novembre
Aucune note pour ce jour.

10 novembre
Aucune note pour ce jour.

11 novembre
Plus de deux ans que je suis aux armées.
Combien de temps encore ça va durer ?
Combien sont tombés, le visage dans le sang et la boue, endormis à jamais ?
Combien de temps encore leur souvenir va-t-il perdurer ?

12 novembre
Aucune note pour ce jour.

13 novembre
Aucune note pour ce jour.

14 novembre
A 10 mètres de moi, deux gars s’empoignent pour une paire de godillots. Ils en viennent aux mains.
J’essaie de les séparer avant qu’un gradé arrive et les mettent aux arrêts. (**)

15 novembre
Aucune note pour ce jour.

16 novembre
Aucune note pour ce jour.

17 novembre
Aucune note pour ce jour.

18 novembre
Aucune note pour ce jour.

19 novembre 
Le capitaine Berlon est désigné pour suivre le cours d’Etat-Major à Senlis. C'est la valse des sous-off.

20 novembre
Aucune note pour ce jour.

21 novembre
Aucune note pour ce jour.

22 novembre
Reçu de la 10e Compagnie un renfort de 12 chasseurs.

23 novembre
Le sous lieutenant Morel venu du 16e Dragons est affecté au bataillon, 9e Compagnie.

24 novembre
Le sous lieutenant Bozon rentré de convalescence est affecté à la 8è Compagnie .
On reçoit aussi un renfort de 2 sergents, 18 caporaux et 53 chasseurs.

25 novembre
On bouge ! La Division se dirige vers le secteur de St Dié où nous devons relever la 76e Division.
Départ par voie de terre. Etape sur Taintrux. Reconnaissance des avant-postes le chef de Bataillon.

26 novembre
Etape à Taintrux, à Laveline devant St Dié, de 17h à 22h.

27 novembre
Après-midi. Relève du 6e Bataillon du 227e RI.
Dispositif du Bataillon : les différentes Compagnies partent en relève. Mais la nôtre, la 8e, reste en réserve.

28 novembre
6 bombes allemandes lancées entre 11 et 12h sur le Front III.
60 obus français de 90 entre 12et 13h sur le blockhaus de la côte 607.

29 novembre
Le capitaine Janin est désigné pour inspecter le matériel contre le gaz.
Soldats équipés de masques à gaz © passionmilitaria.com

En vue d’une modification de la répartition des troupes dans le secteur, le chef de Bataillon reçoit l’ordre de faire effectuer demain une reconnaissance dans le sous-secteur de Combrimont : il désigne la 9e.
Des roulements de voitures sont entendus sur la route de Provenchères vers 18h et entre 20 et 21h.
20 obus boches sont tombés vers 20h aux environs de la ferme Simon.
Les écoutes du génie signalent : travail actif dans la demi-lune de droite ; rien dans celle de gauche.
Soldat du génie à l'écoute © histoire-passy-montblanc.fr

30 novembre
La 9e part en reconnaissance.
Écoute du génie : comme la veille.
Nombreuses rafales de mitraillettes provenant des blockhaus de 607 et d’autres positions. Bruits de ravitaillement sur la route de Frapelle.



(*) Chanson qui a circulé après l'offensive de Nivelle en avril 1917. Elle témoigne de la lassitude envers la guerre des Poilus après 3 ans de combats et des grandes offensives très meurtrières à répétition. Lassitude qui a engendré les grandes mutineries de l'année 17.
(**) Inspiré d’A. Perry « au temps des armes »