vendredi 3 juillet 2015

#ChallengeAZ : en conclusion...



Je ne sais pas si vous le savez, et si vous le savez c’est que j’ai bien accompli mon ouvrage, mais grâce à la diversification des sources il est possible de découvrir de nombreux aspects de la vie de ses ascendants.

La famille Assumel sur les bords de Loire, vers 1927 ( ?) © coll. personnelles
De gauche à droite, au premier plan : Marcelle (ma GM), Raymond, Anne, Robert, Roger
A l’arrière-plan, Marie Gros, Jules Assumel Lurdin et Marie-Rose


J’ai beaucoup aimé faire ce ChallengeAZ. 
Parce qu’en accumulant les sources, j’ai pu assez bien cerner la vie de Jules, mon bisaïeul. Au-delà des traditionnels naissance/mariage/décès, j’ai pu mettre au jour des moments de son existence et de sa personnalité, comme autant de pièces d’un puzzle qui s’assemblent et finissent par former un portrait précis. De grands instants de sa vie ou de brefs détails du quotidien. Parfois cocasses, parfois tristes. La vie, en somme.

Peut-être, aussi, vous ai-je donné quelques idées ou quelques pistes pour vos propres recherches : si tel est le cas, alors tant mieux.

Merci au moteur de recherche de Geneanet, à Gallica, aux Archives Départementales de l’Ain, de la Vendée, de la Haute-Savoie, du Maine et Loire et de Paris, aux Archives Nationales, à la tradition orale familiale, à Wikipedia, à ma tante, à sa cousine et à Google Maps  pour toutes ces trouvailles.
Sources : tradition orale familiale, france-inflation.com, presse en ligne, état du personnel des eaux et forêts (Ministère de l’Agriculture), fiches militaires, photos coll. personnelle, code forestier, carte postale ancienne, nature-extreme.forumactif.com, état civil, documents familiaux, Google Maps, listes électorales, listes de recensements, Journal Officiel, dictionnaire historique Pommerol, actes notariés, dossier Assumel-Lurdin (Ministère de l’Agriculture).

mardi 30 juin 2015

#Centenaire1418 pas à pas : juin 1915

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de juin 1915 sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées. Les photos sont là pour illustrer le propos; elles ne concernent pas forcément directement Jean François.

Les éléments détaillant son activité au front sont tirés des Journaux des Marches et Opérations qui détaillent le quotidien des troupes, trouvés sur le site Mémoire des hommes.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er juin
Défense du Sillacker. 
Situation du 23ème Bataillon au 1er juin :
En 1ère ligne : 1ère Compagnie au Sillackerwasen, en liaison avec le 24ème BC.
2ème Compagnie sur les pentes du Sillackerkopf, face à l’Eichwaeldle.
4ème Compagnie sur les pentes du Sillackerkopf, en liaison avec le 47ème BC.
6ème Compagnie : un peloton au SO de Steinabruck, une section au Burgkoepfle.
Peloton de mitrailleuses : une section dans la tranchée du centre face à 830, une autre dans celle de gauche face au vallon de l’Altenhof.
En réserve : 3ème et 5ème Compagnies, dans le vallon au bas du Schiessroth, une section de la 6ème à Schiessroth.
Poste de commandement au Sillackerkopf.
Cuisines, mulets, ravitaillement près du lac de Schiessroth.
Schéma défense du Sillacker © JMO 23ème BCA
On les dit enthousiastes de partir au front. Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font… 

2 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Un tué, deux blessés.

3 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Un tué.
Ordres de bataillon n°48 et 49 : mutations et nominations.

4 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Deux blessés.
Je ne compte plus les blessés et les morts que j’ai vu, mais je ne m’habitue pourtant pas à l’horreur de cette guerre. [ 1 ]

5 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Deux blessés.
Un croquis pour toi maman : La Marmite. 
"La marmite", extrait du "Carnet de guerre" de Ernest Gabard [ 2 ] © Delcampe 
Il ne s’agit pas de victuailles, mais un « gros noir » qui fait beaucoup de dégâts.

6 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Deux blessés.

7 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Quatre blessés.
Toujours la même litanie des civières qui redescendent avec leurs tristes charges.

8 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Un tué.
Ordre de bataillon n°50 : promotions.
L’Italie est entrée en guerre à son tour. Cela changera-t-il notre destin ?
Le Petit Journal, supplément illustré, du 6 juin 1915 © Gallica
On les dit enthousiastes de partir au front. Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font…

9 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Deux tués, un blessé.

10 juin
Défense du Sillacker.
Mêmes emplacements. Un tué.
Ordre de bataillon n°51 : décorations. Notre adjudant Jean Carrère au eu la médaille militaire (entre autres).

11 juin
Séjour au Sillacker.
Relève des Compagnies : quatre compagnies (toutes sauf la nôtre) sont relevées par celles du 133ème RI.

12 juin
Séjour au Sillacker.
Notre Compagnie, la 5ème, va être relevée sur la rive gauche du ravin de l’Altenhof par une compagnie du 46ème Bataillon de Chasseurs.
Ordre de bataillon n°54 : mutations.

13 juin
Séjour au Sillacker.
Mêmes emplacements.

14 juin
Séjour au Sillacker.
Mêmes emplacements.
Les préparatifs d’attaque se sont intensifiés : le combat est imminent.
Le but est l’enlèvement de Metzeral et la chute possible par le barrage de la vallée de la Fecht, de toute la défense allemande au Sud de cette vallée. [ 3 ]
Metzeral © AD68
La préparation d’artillerie par pièces lourdes a été assez facile à exécuter sur les têtes arrondies du Braunkopf et de la cote 830.
Au contraire, sur les bois de l’Eichwald, aux organisations masquées et aux pentes très fortes, ce mode de préparation a dû être abandonné.
Les engins de tranchées feront presque exclusivement la besogne. [ 4 ]

15 juin
Ça y est : c’est pour aujourd’hui. Les ordres nous sont donnés.
La 47ème Division doit attaquer sur le front : Braunkopf, Eichwald, cote 830.
Le 23ème Bataillon de Chasseurs disposant de 4 Compagnies, de 2 sections de mitrailleuses et d’une de génie est chargé d’enlever l’Eichwald.
La 1ère Compagnie sur la rive gauche d’Altenhof est chargée d’assurer la liaison entre le 6ème et le 23ème BCA.
On nous donne le dispositif d’attaque : les 3ème et 4ème Compagnies attaqueront en première ligne.
La 3ème a pour mission de sauter sur la lisière de l’Eichwald et de progresser avec son peloton.
La 4ème doit traverser l’Eichwald Nord et nettoyer tout le terrain entre le sentier de la ferme de Pfeiferberg et le ruisseau d’Altenhof.
La 5ème (nous) avec à sa tête le capitaine Mounier suivra la 3ème, la renforcera et assurera le nettoyage des tranchées.
La 6ème attendra dans la tranchée de départ, prête à se porter en renfort à la suite de la 5ème.
La section de mitrailleuses Durand aura une pièce prête à suivre la 5ème pour se porter au Blockhaus dès qu’il sera occupé.
La section de mitrailleuses Martin appuiera l’attaque de la 4ème.
La 1ère flanquera la marche de la 4ème et progressera pour faire la liaison avec la 6ème.
La 2ème, enfin, est réservée à la disposition du Colonel commandant la Brigade au col du Sillacker.

Extrait carte État-major © actualites-grande-guerre

En exécution des ordres donnés, à midi, les différentes unités occupent leurs emplacements dans les tranchées de départs, boyaux d’accès ou en réserve.
L’attaque est prévue pour cet après-midi.
16h30 : l’attaque est déclenchée.
La 3ème Compagnie part à l’assaut avec un entrain remarquable. Le mouvement se fait par pelotons successifs. Malgré un feu très violent, la gauche de la 3ème a franchi le réseau extérieur de fils de fer mais vient se heurter sous bois à un second réseau très épais, encore intact et installé devant une grande tranchée en pierre sèches. Les Allemands lancent une pluie de grenades à main.
Avec la 5ème nous nous élançons, vigoureusement entraînés par nos officiers.
La section du Lieutenant Baudouin va renforcer la gauche de la 3ème Compagnie.
Après nous être désespérément accrochés au sol, nous menons un énergique combat au fusil et à la grenade.
Le Capitaine Mounier, sous un feu violent, dirige notre Compagnie par gestes, tranquillement, comme à la manœuvre ; il tombe mortellement atteint, refuse les soins de son ordonnance, et continue en mourant à exciter l’attaque au cri de « En avant ! Toujours en avant ! ».
Le Sous-Lieutenant Celié est tué presque aussitôt. Nous progressons malgré tout et nous nous mêlons à la ligne formée par la 3ème Compagnie.
Sur la droite, les Allemands essayent de déborder notre aile.
La fusillade est intense. Les grenades pleuvent sans répit au-dessus de ceux d’entre nous qui sont couchés devant l’ouvrage ennemi.
La situation devient critique. L’attaque, qui a réussi à droite, a échoué à gauche.
Malgré un feu meurtrier, nous franchissons le réseau extérieur, mais nous sommes arrêtés sous bois par le second réseau. Nous devons nous retrancher sur place, cherchant à nous y maintenir, malgré les lourdes pertes que nous subissons.
Des vagues d’assaut tentent de passer coûte que coûte. Plusieurs chasseurs tombent, la cisaille à la main, dans les fils de fer en essayant d’y ouvrir des brèches. D’autres, courageusement, cherchent à renouveler la tentative et tombent à leur tour. Dès lors, cramponnés au sol, nous creusons des trous individuels et plutôt que de reculer nous nous faisons faucher devant les fils de fer dans un alignement tragique. A mes côtés, je vois Achille Juery, soldat 2ème classe originaire de l’Aveyron, s’écrouler. A un mètre près c’était moi ! S’enterrer pour survivre, s’enterrer au risque d’être définitivement enterré par un obus.
Les chefs de sections sont tous tués ou blessés. Alors ce sont les sergents, les caporaux, puis de simples chasseurs qui prennent le commandement des fractions pour continuer le combat.
Les pertes sont lourdes.
L’attaque est alors arrêtée sur tout le front, en face d’une organisation impossible à repérer sous bois et que la préparation d’artillerie a laissée intacte. En raison de la situation défavorable formée par l’avance irrégulière des troupes et de l’impossibilité de coordonner leur action, ordre nous est donné de se replier sur la ligne de départ Nous y préparerons une nouvelles attaque.
Nous commençons à refluer vers le premier réseau de fils de fer. Le plus difficile est d’en retrouver les brèches qui nous permettent de les franchir. Beaucoup n’y parviennent pas.
Les plus chanceux arrivent enfin à la tranchée de départ. D’autres restent accrochés au sol dans des trous d’obus. Ferdinand Ausseil est de ceux-là. Je ne le reverrai plus.
Le vacarme assourdissant, le sang, la douleur, les morts…
Des jeunes gens qu’on avait connu et estimés, disparus à jamais.
Les Allemands, sortant de l’Eichwald, esquissent une poursuite à coup de grenades.
Finalement ils ne dépassent pas le réseau de fils de fer extérieur derrière lesquels nous nous sommes ralliés.
L’action a duré une heure quinze environ.
Devant cette situation critique, l’ordre est donné de regagner les tranchées de départ.
Le feu est d’une violence inouïe.
Les autres compagnies connaissent aussi de nombreuses difficultés, sont arrêtées et parfois même obligée de se replier.
Un moment l’intention du chef de Bataillon est de renouveler l’attaque sur l’Eichwald, notamment avec les débris de notre Compagnie. Un ordre de la brigade en arrête l’exécution.
A 18h le bataillon se réorganise sur ses positions. Avec la 6ème Compagnie et ceux qui restent de la 3ème et de la nôtre, nous devons tenir la tranchée de départ. Les autres sont déployés autour du Sillacker.
Nous sommes soumis à un violent bombardement de l’artillerie ennemie. Nous tentons d’avancer, sous un feu croisé de mitrailleuses. Nos officiers sont tous blessés. Nous nous couchons et ouvrons le feu.
C’est une succession de quelques bons en avant et de reculs stratégiques.
A la nuit (20h), nous nous replions entièrement pour réoccuper nos tranchées de départ.

Metzeral © coll. Paul Ehkirch

Nuit du 15 au 16 juin
Enfin un peu de calme. L’ennemi ne tente aucune réaction.
Quelques Chasseurs, avec beaucoup de courage et de dévouement, vont en avant de la ligne et à proximité de la ligne ennemie rechercher des blessés ou les corps des officiers ou chasseurs tués. Il y a quelques heures ils étaient eux-mêmes sous le feu, réchappant à la mort ils y retournent pour chercher nos camarades.
Les compagnies d’attaque ont perdu plus de la moitié de leur effectif. Cela traduit l’acharnement de la lutte, la ténacité et la bravoure de tous les chasseurs. Cet effort sévère a eu au moins pour résultat, outre les pertes infligées à l’ennemi, d’interdire l’intervention des Allemands de l’Eichwald.
Je cherche en vain le sergent fourrier Charles Claude MATHIEU. Encore un disparu.

16 juin
Dès le jour le Chef de Bataillon fait mettre de l’ordre dans les unités  et les réorganise.
L’attaque d’hier ayant montré l’impossibilité de faire sur l’Eichwald des concentrations de feux d’artillerie et de tirs de destruction suffisants, le rôle du bataillon est d’aider par ses feux les attaques exécutées sur le Braunkopf et 830.
La 6ème occupe la tranchée de départ. La 3ème celle au-dessus de la route avec le 133ème RI. La 2ème est à la lisière du bois. Nous restons en réserve derrière le poste de commandement. Les 1ère et 4ème n’ont pas bougé.
A 11h arrive l’ordre suivant : une attaque préparée par un bombardement sera déclenchée dans la journée en vue d’encercler l’Eichwald.
Le 23ème BCA fera une démonstration par le feu, se tenant prêt si les Allemands fléchissent à exploiter le succès en se lançant sur le bois.
L’attaque de l’Infanterie aura lieu à 13h.
A 12h, en exécution de l’ordre donné, les Compagnies ouvrent un feu d’une extrême violence sous les lisières de l’Eichwald.
Nous brûlons chacun, en moyenne, 400 cartouches.
L’ennemi répond par une fusillade assez nourrie et par un bombardement intermittent de nos tranchées.
Metzeral, bombardements 15 juin 1915 © pierrewesternfront

Nuit du 16 au 17 juin
Jusqu’à minuit, l’ennemi a lancé de nombreuses fusées éclairantes et tiré quelques coups de feu.

17 juin
Dans la matinée, les coups de feu sont plus rares.
Des patrouilles lancées par la 4ème Compagnie ne peuvent aborder les tranchées allemandes d’où partent des coups de feu.
A 11h une patrouille d’Infanterie a pu s’approcher de l’Eichwald sans recevoir de coup de feu. Le 23ème BCA envoie aussitôt des patrouilles sur le bois, qui est déserté par l’ennemi. Ils ont abandonné leurs positions ! Seules restent quelques patrouilles d’arrière-garde, qui sont faites prisonnières.
Le Bataillon se met immédiatement en mesure de pénétrer dans l’Eichwald, pour en gagner la lisière Sud avec objectif ultérieur Altenhof (à côté de Metzeral). Quelques patrouilles poussent jusqu’aux premières maisons de Metzeral en flammes.
Avec la 3ème nous sommes placés en soutien à la limite Sud de la clairière intérieur de l’Eichwald.
L’artillerie allemande exécute un violent tir de barrage sur l’ensemble de l’Eichwald, provoquant quelques blessures parmi les chasseurs.
Vers 14h, l’ordre suivant nous parvient :
Des fractions du 11ème Bataillon de Chasseurs occupent Altenhof. Portez-vous sur ce village pour le 11ème  et continuez la progression dans la direction de Metzeral.  En conséquence la 6ème Compagnie se portera immédiatement sur Altenhof. La 1ère la rejoindra au plus vite. Les autres Compagnies conserveront provisoirement les emplacements qu’elles ont organisés à la lisière Sud de l’Eichwald.
Dans Altenhof, la situation est intenable : le bombardement est intense, les maisons brûlent.
L’ordre est donné de maintenir, de jour, que deux postes à l’extérieur du village (1 sergent et 6 hommes par poste). A la nuit les Compagnies occuperont le village.
Une section est laissée dans les dernières maisons à l’Ouest du village, barrant le chemin venant de Steinabrück encore occupé par l’ennemi.
Metzeral, champ de bataille © coll. Paul Ehkirch

Nuit du 17 au 18 juin
Calme. Aucune alerte. Le Bataillon reçoit pour mission d’occuper Altenhof. L’ennemi canonne sans relâche le fond de la vallée et tient encore solidement le cimetière et les quartiers Sud de Metzeral.

18 juin
Le Bataillon conserve ses emplacements.
La 6ème pousse deux sections à la lisière est d’Altenhof, mais devant la violence du bombardement, elle est obligée de les faire rentrer.
Un service intermittent de patrouille est organisé.

Nuit du 18 au 19 juin
Calme. Aucune alerte.

19 juin
Dans la matinée, le Bataillon s’organise et continue son service de surveillance d’Altenhof par des patrouilles et deux postes fixes.
Dans l’après-midi, l’ordre parvient qu’une attaque va être effectuée sur Metzeral.
Un bombardement préalable est dirigé sur la lisière Ouest de Metzeral, face à Altenhof.
Le 23ème BCA, partant de Pfeiferberg, attaquera dans la direction du Bois Noir et Altenhof Nord.
Le 133ème RI, descendant la rive droite de la Fecht, devait attaquer à droite. Mais il ne se trouve pas en mesure d’attaquer le jour même. Le 22ème Bataillon effectuera une reconnaissance offensive, profitant de la pluie et du brouillard, et le 23ème BCA appuiera cette attaque par son feu. L’objectif est de détruire les mitrailleuses ennemies qui pourraient se révéler sur les pentes de l’Anlass-Wasen.
L’attaque doit être déclenchée à 18h30 et être menée avec rapidité. Elle prendra le caractère d’une attaque de nuit.
L’attaque semble d’abord réussir. La progression, au début, est assez facile. Mais après avoir débouché à Altenhof, le 22ème bataillon est accueilli par un feu violent de mitrailleuses. En raison des pertes subies, il doit se replier. L’attaque est suspendue.
Metzeral en feu © pages_1418


20 juin
Vers 11h le Bataillon doit être relevé sur ses emplacements par le 22ème.
Le mouvement s’effectue sans incident. Notre compagnie et ceux de la 3ème sommes mis au repos au Sillacker, tandis que la 1ère, la 2ème et la 3ème vont au lac de Shiessroth.
Enfin, on peut souffler un peu.
Je m’aperçois que j’ai oublié l’anniversaire de mon père le 30 mai dernier. Pourtant je pense beaucoup à lui. Le reverrai-je ?
Je rencontre un gars du 28ème BCA qui me raconte : "Sur la route se trouve le cimetière, et je peux vous dire qu'il ne fait pas bon s'en approcher. Aussi hier après l'avoir copieusement marmité toute l'après midi, il a été décidé qu'on essayera de l'enlever au milieu de la nuit. Quand le canon se tait, les clairons sonnent la charge, et avec des hurlements de sauvages, nous nous avançons à la baïonnette sur les créneaux. Jamais je n'oublierai ce spectacle, tout Metzeral était en feu, on y voyait comme en plein jour, les Boches qui n'avaient pas été occis gueulaient de peur derrière les tombes et se laissaient tuer comme des mouches, et selon LA TRADITION DES CHASSEURS, IL NE FUT PAS FAIT DE PRISONNIERS......" [ 5 ]
Metzeral en ruines © Chtimiste

21 juin
Il ne reste rien de Metzeral.
A 11h30 les 2 et 6ème Compagnies sont alertées et reçoivent l’ordre de gagner Altenhof, où elles ont mission de soutenir éventuellement l’attaque du 22ème Bataillon sur Metzeral où il a pénétré.
Le village est bombardé. Les dernières maisons brûlent.
A 14h30 les 1ère et 4ème Compagnies arrivent à leur tour, prêtes à soutenir l’attaque qui progresse très faiblement.
Les bombardements sont continuels.
Ordres de bataillon n°55 et 56 : cassations. Deux sergent sont cassés de leurs grades et remis soldat 2ème classe. Tout le monde n’a pas la même tenue au combat.
Ordre de bataillon n°57 : félicitations. « Officiers, sous-officiers, caporaux, chasseurs, votre chef de corps salue avec un profonde émotion, mais aussi une réelle fierté tous les braves tombés dans l’Eichwald et autour d’Altenhof… tous les disparus du 15 juin ont été retrouvés morts à leur poste d’honneur, prouvant une fois de plus qu’au 23ème on ne se rend jamais.
On sait faire son devoir jusqu’au bout…
Après le Reichackerkopf, l’Eichwald et Altenhof brilleront dans un reflet de gloire à l’historique du Bataillon. Soyez fiers de voter succès ! Tous vos chefs sont fiers de vous et la Patrie sera contente.
Signé le Chef de Bataillon Rosset. »
Metzeral en ruines © autourde-overblog.com

Nuit du 21 au 22 juin
Les Compagnies organisent leur position, aucune alerte.

22 juin
L’artillerie ennemie bombarde violemment les maisons Nord d’Altenhof.
A 11h l’ordre est donné au Bataillon de gagner ses emplacements de repos à Schiessroth et au Sillacker. Le mouvement s’effectue lentement sans incidents.
Cette mise au repos a pour but de nous réorganiser.

23 juin
Emplacement du Bataillon :
1ère, 2ème, 4ème et 6ème Compagnies au lac de Schiessroth.
3ème et 5ème Compagnies au col du Sillacker.
Poste de commandement, liaison, poste de secours à Sillacker.
Cuisines et approvisionnement à Schiessroth.
Le Bataillon se nettoie et se réorganise.

24 juin
Repos
Distribution d’effets.
Lavage et nettoyage des hommes, brossage des effets, astiquage des armes et de l’équipement.
Bain général ! Quel plaisir de tomber boue et poussière enfin !

Après le bain, 1915 © Gallica

Ordre de bataillon n°58 : 53 nominations et 4 mutations, suite aux blessés ou morts au champ d’honneur lors des combats de Metzeral.
8 de ces nominations concernent notre Compagnie, la 5ème, pour remplacer nos officiers et sous-officiers disparus.

25 juin
Repos aux emplacements indiqués.
Nettoyage.

26 juin
Repos, travaux de propreté.
Ordre de bataillon n°59 : félicitations. On nous lit le message du colonel Lacapelle.
« Chasseurs,
Après huit jours de combats continuels et acharnés vous avez rejeté les Allemands sur Muhlbach et la rive droite de la Fecht.
Malgré la force de leur organisation offensive, malgré le feu de leur Infanterie et de leur artillerie, malgré un bombardement violent qui trahissaient leur inquiétude et leur colère, vous avez enlevé à la baïonnette et occupé des positions formidables, forçant l’ennemi à reculer partout, lui infligeant des pertes sensibles.
Près de 1 000 prisonniers, dont plusieurs officiers, un matériel considérable […] sont restés entre nos mains.
Vous pouvez être fiers de ce succès remarquable qui prouve votre courage et votre vaillance. Vous êtes toujours l’élite de l’Infanterie Française […]. Alors que vos chefs sont tombés, vous savez puiser dans votre amour de la Patrie, dans votre sentiment du devoir, dans votre cœur de Chasseur, le courage et la volonté d’avancer quand même et d’enfoncer vos baïonnettes dans le dos de vos adversaires.
Saluons ceux d’entre vous qui sont tombés glorieusement pour la France. Leur mort a été adoucie par la vision de la Victoire et leur âme, en s’envolant, a entendu la voix de la Patrie qui leur disait merci. […]
Vivent les chasseurs.
Vive la France !
Signé Lacapelle »
Colonel Lacapelle © appl

Ordre de bataillon n°60 : 86 nouvelles nominations.

27 juin
Repos, travaux de nettoyage et de propreté.
Ordre de bataillon n°61 : cassation pour manque de courage.

28 juin
Repos, travaux de propreté.
Réorganisation des Compagnies.

29 juin
Le Bataillon est alerté à 8h : les 3ème et 5ème Compagnies doivent se tenir prêtes à partir à 14h.
Nous partons finalement à 20h45 pour Pfeiferberg en réserve et la disposition du Commandant du 22ème Chasseurs.
La nuit se passe sans incident.
Nous rentrons à notre bivouac au col du Sillacker à 4h du matin.

30 juin
Le Bataillon est toujours alerté.
Le Bataillon fournit 100 hommes de corvée à la disposition du commandant du 22ème Chasseurs pour transport de matériel.
Les compagnies fabriquent des rondins et des piquets pour porter aux premières lignes.
Ordres de bataillon n°62 et 63 : citations à l’ordre du jour du Bataillon des gradés et chasseurs qui se sont particulièrement distingués dans les combats du 15 au 22 juin 1915.
Ordres de bataillon n°64 et 65 : nomination et mutation.




[ 1 ] Inspiré d’A. Perry « Au temps des armes »
[ 2 ] Rien à voir avec les nombreux Gabard de ma généalogie : Ernest Gabard (1879/1957) est un artiste de Pau, notamment connu pour ses sculptures. Mobilisé en 1914 dans un régiment d'infanterie, il réalise les aquarelles du "Carnet de guerre" entre novembre 1915 et avril 1916, instantanés de la vie quotidienne sur le front. 
[ 3 ] Source : http://actualites-grande-guerre.blogspot.fr/2011/11/23e-bca.html
[ 4 ] Historique du 23ème BCA 
[ 5 ] Extrait d'une lettre d'un Chasseur Alpin du 28e BCA qui décrit le combat du Braunkopf et la prise de Metzéral  des 15- 20 juin 1915, via  pages1418.mesdiscussions.net



#ChallengeAZ : Z comme zélé

Je ne sais pas si vous le savez, et si vous ne le savez pas, je vais vous le dire, mais Jules était un agent zélé.

« Ce préposé est un bon garde, actif et zélé et sera probablement susceptible de devenir ultérieurement brigadier, bien que son instruction soit un peu faible. » (rapport Le Clerc,  21/9/ 1910)

Deux ans plus tard, suite à l’affaire de la lettre de Martignat (cf. article U comme utopie), une enquête est diligentée : le sous-préfet explique alors au préfet que "cet agent a commis des imprudences ; c’est néanmoins un bon garde, susceptible d’être promu plus tard brigadier." (13/6/1912)

Cependant, ce zèle et son bon travail reconnu en haut lieu, ne l’empêchent pas de stagner dans la carrière et de se voir refuser le grade de brigadier.

Extrait du dossier de Jules Assumel-Lurdin © Archives Nationales

Les appréciations portées à son encontre par le chef de cantonnement en 1926/1927 sont très précises : il la le caractère « un peu mou » (lui qui était si dur avec ses enfants !), puis « bon » ; sa tenue est « passable » ; sa conduite privée et administrative « bonne ». Son travail  est jugé satisfaisant : la répression des délits est « bonne », la surveillance et travaux « assez bonne » puis « assez active ».

En 1926 son inspecteur le juge « dévoué, très adroit et intelligent, mais a tendance au laisser-aller. Il rend de réels services à la pisciculture. » On lui attribue la note de 7 (mais sur combien ? je l’ignore), puis 8 (en 1927).

Merci aux Archives Départementales de l’Ain et aux Archives Nationales  pour cette trouvaille.
Source : état du personnel des eaux et forêts, dossier Assumel-Lurdin.


lundi 29 juin 2015

#ChallengeAZ : Y comme y penser

Je ne sais pas si vous le savez, et si vous ne le savez pas, ça n’a rien d’étonnant, mais j’y pense souvent, à Jules.

A Jules et à ceux qui sont entre lui et moi.
A Jules et à tous ceux qui l’ont précédé.

Jules et son dernier fils Roger, vers 1923

En voyant ce cliché, je pense à la transmission entre génération. Avec les renseignements recueillis au cours de mes recherches, j’approche l’existence de mes ancêtres, de façon plus ou moins précise. Je ne les ai pas connus, et pourtant ils me sont devenus familiers. Pauvres ou riches, lettrés ou non,  morts jeunes ou centenaires, j’exhume petit à petit de feuillets anciens ces vies qui ont tous un point commun : ils me sont apparentés.

Ils sont mon héritage.

Merci à la passion généalogique qui m’anime.
Source : photo coll. personnelle, état civil, actes notariés et toutes ces sources qui font revivre mes ancêtres.

samedi 27 juin 2015

#ChallengeAZ : X comme xylophage

Je ne sais pas si vous le savez, et si vous le savez c’est tant mieux, mais en tant que garde des eaux et forêts, Jules a dû rencontrer un certain nombre d’insectes xylophages. 

Trace d'insectes xylophages © tabolive, fotocommunity.fr

Ces insectes, dont les larves et parfois les adultes, creusent sous l'écorce ou dans le bois des galeries caractéristiques pour se nourrir.  Il en existe des genres et des espèces très nombreuses et plus ou moins spécialisés : certains ne consomment que le bois d'une seule essence, ou uniquement le tronc, les branches ou les racines, d'autres ne consomment que le bois brûlé ou le bois détrempé, etc... Si certains ont un impact désastreux chez les humains, en consommant des planches, poutres ou divers gros objets en bois et faisant des ravages dans les maisons ; d’autres au contraire jouent un rôle vital en augmentant la vie bactérienne du sol, contribuant à une régénération forestière naturelle, plus rapide et efficace. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui une gestion écologique des forêts.

Est-ce dans les années 1920 on y était déjà sensible ? Je n’ai malheureusement pas beaucoup de détail sur cet aspect du travail de Jules.

Mais il avait d’autres activités, dont le souvenir est parvenu jusqu’à nous :
Jules faisait le soir la tournée des bords de Loire pour surprendre et verbaliser les braconniers.

Et il allait parfois beaucoup plus loin : domicilié avec sa famille à la maison forestière, rue de la Gare aux Ponts de Cé (Maine et Loire), il se rendait à Brioude (Allier) pour aller chercher des saumons qu'il vidait de leurs œufs. Il les disposait sur des baguettes comme des perles roses et les baignait par un arrosage continuel. Son jeune fils Robert eut d’ailleurs un jour le bras cassé par le moteur du système d'arrosage.

Merci à la tradition orale familiale.
Source : tradition orale familiale.