« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. C’était après un orage, dans cette odeur de terre et de pierres mouillées qui réveille si bien en nous un écho oublié, venu du fond des âges. Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression – la conviction ? – qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

— Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

vendredi 31 octobre 2014

#Centenaire14/18 pas à pas : octobre 1914

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois d'octobre sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées en notes.

Sa fiche militaire indique une période "Intérieur" après sa mobilisation et avant d'aller "Aux armées". J'en déduis que c'est la période où il fait ses classes.
Tous les éléments détaillant l'instruction militaire sont issus de "L'infanterie en un volume, Manuel d'instruction militaire" (Librairie Chapelot, 1914) trouvé sur Gallica.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er octobre :
- Après la journée d'exercices, la vie à la caserne est plutôt tranquille.
Caserne Chambéry, Actuacity

2 octobre :
- On s’exerce aux mouvements élémentaires sur des mannequins : déplacements, attaques, parades, emploi de la baïonnette et de la crosse.

- Plus on devient habile, plus les points d’attaque sur le mannequin se resserrent et deviennent précis.

3 octobre :
- Attaque. Parade. Attaque. Parade. De plus en plus vite. D’abord en terrain plat, puis en terrains variés.

4 octobre :
- Le dimanche, nous avons repos. On part un peu en goguette avec les copains, ça nous fait sortir de la caserne !

5 octobre :
- Y a un gars, Jean Emile [ 1 ], il arrive pas à tenir sa place dans la formation en ligne sur deux rangs qu’on a apprise aujourd’hui.
- Il est jamais correctement aligné sur les autres. Ça énerve drôlement l’instructeur.
- Il a dit que tant que tout le monde n’y arriverai pas ce soir, on restera là à recommencer. Pff ! Il fait déjà nuit. On n’en peut plus.

6 octobre :
- Quand on demande aux gradés de la caserne des nouvelles du front, ils répondent toujours que tout va bien !
- Pourtant, les gars du 97è qui sont au front nous glissent que les tranchées sont violemment canonnées et les pertes quasi quotidiennes.

7 octobre :
- Raoul, l’étudiant de Cluny, a du mal avec les exercices physiques, surtout s’agenouiller, se coucher et se relever rapidement.
- On l’aide de notre mieux.

8 octobre :
- Aujourd’hui la section au combat. Le chef a étudié la zone d’attaque sur la carte du capitaine, a vérifié les armes et donné ses ordres.
- C’est parti.

9 octobre :
- J’aime les exercices de marche d’approche. Même lourdement chargé, les longues marches dans la nature sont toujours un plaisir pour moi.

10 octobre :
- Le soir venu, dans la chambrée, je révise les formations de marche d’approche sur mon manuel : en triangle, en tête de porc, en losange

11 octobre :
- Cette nuit, des exercices très difficiles, dans le noir et le froid. Désiré et moi sommes devenus très proches. A la vie à la mort !

12 octobre :
- Lors des opérations extérieures, on nous fait marcher en différentes unités, chacune à distance respectable.
- Et cela pour éviter les influences morales (peur, panique) et matérielles (feu ennemi).

13 octobre :
- Lorsque nous marchons en opération, le chef de section nous apprend à nous « mouler » sur le terrain, comme il dit.

14 octobre :
- En l’absence de cheminement naturel, on nous apprend à marcher en colonne de demi-section, en file indienne.

15 octobre :
- Le feu est conduit par le chef de section, d’après les indications données par le capitaine.

16 octobre :
- Série d’exercices où le chef de section détermine de « faire ouvrir » ou « faire cesser le feu », à sa volonté.
Manœuvres militaires 1913, Gallica

17 octobre :
- On nous martèle le message selon lequel une troupe qui n’obéit pas strictement aux ordres donnés s’expose à subir un échec grave.

18 octobre :
- Message du jour : Pour que le feu soit efficace il faut réunir 3 conditions : surprise, rapidité, intensité.

19 octobre :
- Le feu s’exécute le plus généralement par rafales, courtes, subites et violentes. Plus exceptionnellement il s’effectue par slaves.
- La nature du feu est donnée par le chef de section.

20 octobre :
- Les différents feux sont : le feu à cartouche comptées, le feu à volonté, le feu à répétition, le feu à slaves.

21 octobre :
- Le chef de section proportionne la consommation des munitions.
Grenades prises aux Boches, Gallica

- Et ceci afin que la troupe ne reste pas désarmée.

22 octobre :
- Une bonne infanterie ne doit s’attacher à ne tirer de loin que dans les occasions favorables.

23 octobre :
- Lorsque le combat par le feu est commencé, le soldat charge son fusil de lui-même après avoir pris position.
- Il attend pour tirer l’indication de la nature du feu et le commandement de « feu ! ».

24 octobre :
- Sauf nouveau commandement, le soldat doit conserver la nature du feu et le but visé précédemment.

25 octobre :
- Le feu doit être suspendu ou cesser immédiatement au commandement du chef de section.

26 octobre :
- Tout soldat qui a entendu le commandement de « Cessez le feu » ou celui de « Déchargez » a le devoir strict de le répéter à ses voisins.

27 octobre :
- A courte distance de l’ennemi, le chef entraîne sa section aux cris de « en avant ». « En avant » est répété par tous.
- Les soldats prennent le pas de course et abordent l’ennemi à la baïonnette.

28 octobre :
- Une section ne doit jamais abandonner le terrain dont la défense lui est confiée.
- Seule l’autorité supérieure peut prescrire un mouvement de repli.

29 octobre :
- La section se regroupe au commandement de « ralliement ». Les ralliements sont d’un usage très fréquent au combat.
- Les soldats doivent se regrouper vivement, en ordre et silence, et sans souci de leur place normale.

30 octobre :
- L’infanterie conquiert et conserve le terrain. Elle chasse définitivement l’ennemi de ses positions.
- C’est à elle qu’incombe la tâche la plus rude mais aussi la plus glorieuse de la bataille. 

31 octobre :
- Les exercices sur le terrain se succèdent.
Avant poste belge, 1914, Gallica



[ 1 ] Il s'agit de Jean Emile Berger, incorporé au 97è RI depuis le 6 septembre 1914.

vendredi 24 octobre 2014

Combien de temps faut-il pour faire 50 km ?

Réponse : en Haute-Savoie, il faut 74 ans (ou 5 générations) !

En effet, entre André Perrière et Vulliez Louise Françoise, sa descendante à la 5ème génération, il a fallu tout ce temps pour faire connaissance, nouer des alliances et déménager de loin en loin. Un peu moins de 75 ans pour que mes aïeux quittent Reyvroz et s'installent durablement à Samoëns.

André Perrière réside à Reyvroz lorsqu'il décède en 1681. On ignore son métier. Son fils Nicolas s'installe à Anthy sur Léman, la paroisse de son épouse Claudine Chevalier, après leur mariage en 1666. Une erreur tragique de géographie puisqu'Anthy se trouve plein Ouest, c'est-à-dire complètement à l'opposé de Samoëns ! Leur fils Jean Pierre réside à son tour à Anthy. Il y est maître cordonnier (1709). C'est sa fille, Peronne (ou Pierrette), qui franchit un nouveau cap en s'installant au Biot après son mariage avec un notaire royal, Jean Pierre Vulliez (1729). Ils sont cette fois à 38 km de Samoëns. Et c'est finalement leur fille Louise Françoise qui s'installe à Samoëns, paroisse de son époux, lors de son mariage avec Pierre Joseph Moccand en 1755 (un cordonnier, lui aussi !). Leur fille va ensuite s'unir à la famille Jay et rester à Samoëns jusqu'à la Première Guerre Mondiale.


Google Maps personnelle

Pourquoi nos ancêtres ont déménagé ainsi ? On peut émettre quelques hypothèses.

Dans cet exemple, les déménagements se font au moment du mariage. Du moins, c'est à cette occasion qu'on les constate. Plusieurs cas de figure : l'époux emménage chez son épouse (comme Nicolas Perrière) ou, plus souvent, l'inverse (comme Peronne Perrière).

D'autres familles, au contraire, sont immuables : les Jay, identifiés dans ma généalogie, résident à Samoëns depuis au minimum le XVIème siècle (les précédents se perdent dans les méandres de l'histoire) et jusqu'au début du XXème siècle, soit 10 générations. Un bel exemple d'endogamie villageoise.

Celle-ci n'est pas "folklorique" : elle est avant tout économique. Trouver un conjoint au village, c'est mettre en valeur son avoir, agrandir ses terres. Mais il est difficile de respecter totalement cette endogamie, notamment à cause des interdits de parenté : au bout d'un certain temps on est obligé d'aller "voir ailleurs" afin de trouver un conjoint qui n'appartienne pas à sa propre famille.

Un autre facteur pour briser cette endogamie, est d'ordre social. Bien souvent, on se marie entre "gens du même monde". Or, si trouver un cultivateur dans une communauté rurale ne pose pas trop de problème, cela devient vite beaucoup délicat pour certaines professions : notaires, apothicaires, etc. On va alors chercher le conjoint dans une communauté voisine. Cette recherche est facilitée par le fait que, souvent, ces professions entretiennent des relations sociales inter-villageoises. On se connaît donc déjà, malgré la distance. Ce comportement homogame se retrouve en particulier dans les couches les plus aisées de la population (bourgeoisie), mais aussi les plus faibles (domestiques, manouvriers); même si cette dernière est plutôt subie tandis que la première est plutôt choisie. Pour le reste de la population (la classe moyenne), ces considérations de métier sont moins importantes et l'union plus libre.

C'est pourquoi les déménagements se font par "sauts de puce", de communauté villageoise en communauté villageoise. On notera toutefois que, dans une très grande majorité, cette exogamie se fait à une échelle relativement réduite : les conjoints étrangers sont rarement trouvés dans des paroisses éloignées de plus de 10/15 km. Dans le cas qui nous occupe, si le premier mariage respecte cette règle (Reyvroz/Anthy : 17 km), les deux autres unions inter-villageoises sont un peu plus éloignées (Anthy/Le Biot 26 km, Le Biot/Samoëns : 38 km). Quelle audace !

En général, les garçons sont plus aventureux : ils se déplacent davantage que les femmes pour chercher leurs conjointes en dehors des limites paroissiales.

Les statistiques d'exogamie sont un peu plus élevées pour les communautés urbaines, mais le mariage d'époux issus de la même ville reste majoritaire. Plus la ville est petite, plus l'exogamie se développe. Lorsque la ville est très grande on va moins chercher son conjoint dans une autre ville, mais on retrouve ce schéma à l'échelle des paroisses urbaines : on se marie entre personnes de paroisses différentes mais appartenant à la même ville.

Les déplacements spectaculaires, c'est-à-dire à très grande échelle, comme les Savoyards ou les Bretons émigrant à la capitale, ont, elles, souvent pour origine non un mariage, mais un manque de travail. La ferme est reprise par l'aîné, la boutique ne peut plus accueillir de co-gérant, etc. Devant un avenir bouché, on part tenter sa chance ailleurs. Souvent on tâche de rejoindre une communauté de "pays" déjà installée et l'entraide est alors précieuse. C'est l'occasion de changer de métier, bien souvent, et de faire souche, dans une région totalement différente.

Hélas, on ignore bien souvent les causes de ces déménagements, les actes d'état civil restant muets à ce sujet. On peut toujours essayer, entre les lignes, d'en deviner les raisons. Ici, par exemple, on retrouve bien deux fois des cordonniers, mais espacés de deux générations. Les paroisses sont assez éloignées les unes des autres. Il est donc difficile de trancher et de dire pourquoi nos ancêtres ont ainsi migré, peu à peu, de Reyvroz à Samoëns...




vendredi 17 octobre 2014

T'es d'où ?

Ah !!! Je ne sais jamais quoi répondre quand on me pose cette question. En général elle est posée tout à fait innocemment, mais depuis que je fais de la généalogie, ça me plonge dans des abîmes de réflexions terribles.

T'es d'où ?


Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Je suis née à Angers (49), mais je n'y est pas vécu. J'ai grandi en Creuse (avec une parenthèse de six ans en Val d'Oise). Mais j'ai habité en Haute-Vienne la majeure partie de ma vie (études comprises).

Alors : je suis d'où ?
Je suis de là où est mon adresse administrative ? Mais le lieu où j'habite aujourd'hui n'est pas celui où j'habitais hier.
Je suis de là où mon cœur bat plus vite ? Quand je reviens en Limousin après une absence et que, lorsque j'aperçois les premiers reliefs, je me dis "enfin je rentre chez moi" ? Mais j'éprouve aussi cet espèce d'étrange sentiment de bien-être lorsque j'arrive à Angers, bien que je n'y ai pas vécu.

La question "t'es d'où ?" sous-entend "tu es originaire d'où ?". Alors quand peut-on parler d'origine ?
On peut considérer que j'ai vécu (quasiment) toute ma vie en Limousin. Mais peut-on dire que je suis originaire du Limousin alors que je n'y ai pas de grand-parents, que je ne parle pas la langue locale (l'occitan), que je n'y ai pas hérité de maison possédée par ma famille depuis plusieurs générations ? Bref, que je n'y ai pas d'origine.

Et là, l'angoisse ! est-ce que je suis de nulle part ? Sans identité ?

Mais au fait, à quand fait-on remonter l'origine ? A mon vécu ? A ma naissance ? L'origine n'induit-elle pas quelque chose d'ancien, de profond ? Dans ce cas là, est-ce que l'origine s'arrête à moi ou... à mes parents ? Mes grands-parents ? Mais alors, à quelle génération faut-il s'arrêter pour parler d'origine ?

J'ai beaucoup d'ancêtres en Anjou [ 1 ] : je remonte jusqu'en 1592, avec l'acte de naissance de Charlotte Le Peintre à Jarzé. Mais il suffit d'une génération pour se retrouver :
  • dans l'Ain, grâce à Jules Assumel Lurdin, mon sosa 10 [ 2 ], 
  • en limite Vendée/Deux-Sèvres, avec Joseph Gabard, sosa 14, 
  • ou en Seine et Marne [ 3 ], par Marcelle Macréau, sosa 13
  • etc... 
Suis-je même Française, car le patronyme de ma mère vient de Suisse : Joseph Borrat-Michaud (sosa 24) passe en France probablement dans les années 1880, juste de l'autre côté de la frontière.

Bref, "t'es d'où ?" Je suis incapable de répondre à cette question.
Je peux dire où je suis née.
Je peux dire où j'ai vécu.
Je peux aussi dire où ont vécu mes parents, mes grands-parents et nombre de mes ancêtres.
Mais dire d'où je suis, c'est impossible ! Définitivement impossible.

Et vous ? Vous êtes d'où ? ...



[ 1 ] En particulier parce que les archives en ligne sont très bien faites et permettent de progresser très facilement.
[ 2 ] Système de numérotation des ancêtres. Les connaisseurs auront reconnu le père de ma grand-mère paternelle.
[ 3 ] Même si j'ai un peu plus de mal à m'identifier à cette branche car la Seine et Marne aujourd'hui c'est Disneyland (au propre comme au figuré), et la région ne ressemble en rien à celle qu'ont connu mes ancêtres depuis le milieu du XVIIème jusqu'au début du XXème siècle.

samedi 11 octobre 2014

#Généathème : 100 mots pour une vie

Pour rendre hommage à mes ancêtres meuniers [ 1 ], je relève le défi de raconter leur vie en 100 mots.

Je me lève en même temps que le soleil
Et je m'habille très vite
Je sors de la chambre
Tout seul je bois mon café
Sans bruit je rejoins le moulin
Tout est gris dehors
Je mets en marche les roues
Et la farine commence à couler
Je mets en sac la part de chacun
Et puis le jour s'en ira
Je vérifierais que tout est en ordre
Et je te rejoindrais dans la cuisine
Nous dînerons devant la cheminée
Les enfants égayeront notre soirée
Heureux du devoir accompli
Je reviendrais me coucher
Dans ce grand lit clos
Comme d'habitude

 Moulin Meunant, Le Poizat (01), coll. personnelle


Et merci à Gilles Thibaut dont je me suis inspirée, bien entendu (vous aurez reconnu la chanson française la plus célèbre du monde, Comme d'habitude).

[ 1 ] J'en ai identifié 11 dans ma généalogie :
Pierre Noury à Noëllet (49)
Pierre et son fils Jean Benetreau à Nueil les Aubiers (79)
Jean Coconier à Aviré (49)
Olivier Cadoux à Loudéac (22)
Charles et son fils René Gilberge à Candé et Loiré (49) 
François Assumel-Lurdin au Moulin Meunant commune du Poizat (01) - photo ci-dessus
Jean Mingard à Angrie (49)
Joseph Romand à Viry (39) 
Thuau Michel à Saint Sylvain d'Anjou (49) 
et ceux que je ne connais pas encore... 
 

vendredi 3 octobre 2014

Félicissime et Prudence

En 1772 à Foudon (aujourd'hui Le Plessis Grammoire, 49) on procède à une "translation des reliques" entre les églises du Plessis Grammoire et celle de Foudon, pour être exposées à la vénération des fidèles :

Translation reliques, AD49


Le vingt cinquieme jour de juillet mil sept cent
soixante douze, en consequence de la
permission pour [?] nous accordée par Monseigneur
L’evesque L'illustrissime et revérendissime evesque
d'angers d'exposer a la veneration publique
Les reliques des sts felicissime et prudence
comme il appert par la copie d'icelle
rapportée de l'autre [... ?] et pouvoir
par ledit Seigneur evesque d'enfaire la
translation solennelle de l'église du plessis
en cette église aussi accordé le dix huit
du présent et signé l'abbé de Mougon vic. gen.
nous nous sommes transportés processionellement
a huit heures du matin dans ladite eglise
dudit plessis au grammoire d'ou après
La grande messe des sts martyrs le lettré
par Messire françois rené Suchet curé
cardinal de la paroisse st Michel de
La palude d'angers, Lesdits stes reliques
a nous remises par messire rené bailli curé
dudit plessis ont étés par nous et tous nos confreres
Messieurs les curés et vicaires soussignés
après avoir observé la ceremonie accoutumée
rapportées processionellement dans cette eglise
et exposées a la veneration publique, a Laquelle
translation ont assisté nos peuples avec une
piété et un respect exemplaire qui nous donne
une joyeuse esperance des secours que
les saints Morts daigneront leur obtenir
ces faveurs Leur [?] foy vive de Leur ferme
sermon prononcé fort eloquemment ensuite
de ladite procession par Messire
fleury prêtre vicaire dudit plessis au grammoire

[suivent les signatures]


La translation des reliques est le déplacement des restes d'un saint ou d'objets saints depuis un lieu vers un autre. Elle donne lieu à une cérémonie solennelle d'autant plus fastueuse que la relique est jugée importante.C'est un moment privilégié (et relativement peu courant) dans la vie du chrétien.


Il semble que Sainte Félicissime soit, selon le martyrologe romain, martyrisée à Todi, Ombrie, en Italie (✝ 303). Ayant consacrée sa virginité à Jésus Christ, fut frappée à la bouche avec des cailloux et ensuite décapitée [ 1 ]. Prudence Castori rejoignit les ermites de saint Augustin à Milan. Elle devint abbesse-fondatrice d'un nouveau couvent à Côme, en Italie (✝ 1492). Comment leurs reliques (si ce sont bien les leurs) sont arrivées au Plessis Grammoire avant d'être transférées à Foudon reste un mystère.

Certains de mes ancêtres ont dû connaître cet événement, et peut-même y assister : les familles Peullier, Moreau, le Tessier et Flon qui résident au Plessis et à Foudon à cette époque.

On remarque dans ce texte la phrase suivante, assez savoureuse : "nos peuples (sic) [ont assisté à cette translation] avec une piété et un respect exemplaire qui nous donne une joyeuse espérance du secours que les saints morts daigneront leur obtenir".

Célestin Port, dans son Dictionnaire historique de Maine et Loire, précise que ces reliques ont été "apportées de Rome par Duret, de Foudon" (est-ce le Duret qui fait l'objet d'une notice dans le même dictionnaire, chirurgien de marine né à Montreuil Bellay ?).


L'église actuelle date de 1865. La paroisse de Foudon a été réunie à celle du Plessis en 1791.

Une dizaine d'années plus tard, un autre événement majeur similaire a lieu dans la même paroisse de Foudon, mais cette fois ce sont des reliques de la Vraie Croix.



Translation reliques de la Vraie Croix, AD49

[Précédé d'un acte de décès]

Le quatorze septembre de la présente année
mil sept cent quatre vingt trois, a été faite solennellement
La translation de La vrays croix exposée dans
cette eglise ; de La chapelle de La bouteillere jour
de dimanche, a laquelle ont assistés Messieurs
L’archyprêtre d’andard, les curés de Corné, bauné
St Sylvain, du plessys, qui a prêché de pellelouaille
de Ste croix d’angers qui a fait la ceremonie
de Sarigné, et Messieurs Leurs vicaires, et une
multitude de peuples des environs, qui ont tous
contribués a rendre Ladite ceremonie aussi celebre
qu’elle a été edifiante.
Ladite relique a été offerte a nôtre eglise ainsi
que celle de L’hopital de beaufort et celle de St
Laurent de la plenne, par messire jean baptiste
charles de Meaussé commandeur de malthe
et dame Marie françoise pulcherie Martineau
veuve de Messire .          .              .   .. de Meaussé
chevallier seigneur deft Laurent de La plenne,
dame de foudon ; comme un monument de leur
pieté et de Leur zele pour l’edification du peuple
de cette paroisse et des environs ; qui Leur merite
un droit imprescriptible à Leur reconnaissance
et a Leur prières. trois mots rayés nuls deux mots
interlignes approuvés. dinan curé de Foudon


On le voit, cette translation a lieu sous l'impulsion de Charles de Meaussé, commandeur de Malte et Dame Marie Françoise Pulchérie Martineau, seigneurs locaux, afin d'y exprimer leur piété et leur zèle "pour l'édification du peuple".

L'événement est visiblement plus important que la translation précédente : d'abord par la nature des reliques, puis par les paroisses concernées (la Bouteillerie [ 2 ], paroisse d'origine de ces reliques, puis Foudon, Le Plessis Grammoire, Saint Sylvain, Andard, Corné, Bauné, sainte Croix d'Angers, Sarrigné notamment sont citées).

La Vraie Croix, dite également Sainte Croix, serait la croix sur laquelle Jésus-Christ a été crucifié. C'est l'une des principales reliques de la chrétienté, faisant l'objet d'une vénération particulière. 


Authentification des reliques de la Vraie Croix, AD49


copie de l’ordonnance de Monseigneur L’evesque
d’angers, concernant La translation d’une relique de
La vraye croix deposée dans la chapelle du château de
La bouteillerie paroisse de Brain sur L’authion en l’eglise
paroissiale de foudon de ce diocèse.

Michel françois couet viviers de Lorry, par La misericorde
de dieu et du St Siege apostolique, evêque d’angers conseiller
du roy en tous ses Conseils et [ ?] aux fideles et habitants de la
paroisse de foudon de notre diocese Salut et benediction en notre
Seigneur jesus christ, crucifié et mort pour notre redemption.
vu L’authentique que cy joint par laquelle Mgr Le cardinal
corradin, atteste que La particule du bois sacré de La croix
de notre Seigneur est veritable.
nous après avoir examiné attentivement La boete et la croix
de chrystal dans lesquelles cette precieuse relique êtoit
contenüe et l’ayant trouvée munie de ses sceaux, qui ne
nous permettent pas de douter, qu’elle nous soit parvenue
sans alteration, nous L’a vous avec Les ceremonies accoutumées
retirée de ladite boete, placé et scellé dans une croix d’argent
sciselée de La hauteur d’environ un pied, pour être par le
Sieur curé de la paroisse de foudon, transférée precessionelle-
ement de La chapelle du château de La bouteillerie en son
eglise paroissiale, afin qu’elle soit dans les tems par nous
indiqués exposées à la veneration des fidels.
après la translation de La vraye croix de La chapelle de la
bouteillerie en ladite eglise paroissiale de foudon, qui se fera
avec La solennité requise par une procession et Le sermon
ensuite, le jour de l’exaltation de Ste croix, ou le dimanche
suivant qui sera libre, nous avons permis et par les presentes
pemettons a perpetuité L’exposition de ladite vraye croix
le dimanche de La passion, procession a l’issue de vespres,
adoration et benedictions.
L’exposition et adoration Le matin du jour du vendredy saint


Grâce à la copie de l'ordonnance de l'évêque, on voit comment s'est déroulé l'authentification des reliques ; comment l'évêque a retiré les reliques de la boîte et croix de cristal où elles étaient conservées pour les placer dans un reliquaire en argent ciselé; et enfin les dispositions prises pour les offrir à la vénération des fidèles, exposées "à perpétuité".

L'authentification des reliques obéit à des rituels bien codifiés. On retrouve ce type de cérémonie aujourd'hui encore, lors des Ostensions limousines par exemple, où l'on ouvre les reliquaires afin de vérifier que les sceaux n'ont pas été brisés (garantissant ainsi cette identification) avant de les exposer aux fidèles.

On remarque que l'Anjou attire particulièrement les reliques de la Vraie Croix : en plus de celle du Plessis/Foudon, Bauné, Baugé et Villevêque en conservent aussi (voir les articles que Feuilles d'ardoise a consacré au sujet de la translation des reliques de la vraie croix de Villevêque ou à la vraie croix de Bauné).






[ 1 ] Vies des saintes femmes, des martyrs et des vierges
[ 2 ] Canton de Brain sur l'Authion, à 12 km du Plessis Grammoire.

mardi 30 septembre 2014

#Centenaire1418 pas à pas : septembre 1914

Suite du parcours de Jean François Borrat-Michaud : tous les tweets du mois de septembre sont réunis ici. 

Ne disposant, comme unique source directe, que de sa fiche matricule militaire, j'ai dû trouver d'autres sources pour raconter sa vie. Ne pouvant citer ces sources sur Twitter, elles sont ici précisées en notes.

Sa fiche militaire indique une période "Intérieur" après sa mobilisation et avant d'aller "Aux armées". J'en déduis que c'est la période où il fait ses classes.
Tous les éléments détaillant l'instruction militaire sont issus de "L'infanterie en un volume, Manuel d'instruction militaire" (Librairie Chapelot, 1914) trouvé sur Gallica.

Toutes les personnes nommées dans les tweets ont réellement existé.
___ 


1er septembre :
- Avec les jumeaux Jay on se retrouve sous le Gros Tilleul, peut-être pour la dernière fois. On se regarde sans rien dire : c’est notre tour.

2 septembre :
- Le Gouvernement quitte Paris et se réfugie à Bordeaux !

 
Gouvernement militaire de Paris, Gallica

 3 septembre : [ 1 ]
- Les travaux de la moisson se sont effectués d’une manière un peu près normale et je pense que la rentrée des regains s’accomplira de même.
- Nous le devons au prix de gros efforts des non mobilisables de la cinquantaine, aidés des vieillards, enfants et femmes.

4 septembre :
- Chaque jour ma mère guette le facteur avec angoisse. Elle redoute cette lettre fatidique qui va lui enlever son fils.

5 septembre : [ 2 ]
- Après l’hécatombe, on embarque les blessés du front au petit bonheur, sans destinat° fixe, ds ts les trains qui repartent vers l’intérieur.
- Entassés dans des wagons à bestiaux avec un pansement sommaire, on les envoie vers des destinations inconnues.
- Des trains bondés arrivent dans une ville où il n’y a plus de lit disponible.
- On retire et les morts et le convoi repart toujours plus loin, vers le Centre et le Sud.

6 septembre :
- En attendant mon départ imminent, je reviens sur les lieux de mon enfance, pour m’en imprégner encore une fois.
Samoëns, vue générale, Delcampe
- Peut-être la dernière fois

7 septembre :
- On a appris que les taxis de Paris ont été réquisitionnés pour convoyer les soldats vers le front de la Marne.
Taxis de la Marne

- Quel drôle de spectacle ça a dû être.

8 septembre :
- Je viens de recevoir mon ordre de mobilisation : ce sera donc le 97e RI. [ 3 ]
- Ce sont des savoyards : je ne serai pas trop dépaysé.
- Joseph Jay est parti ! un jour avant moi, donc : ils l’ont envoyé au dépôt de Bourges, dans un régiment d’aérostation.
- Son frère Alphonse, bien que jumeau, n’est pas encore mobilisé. Sa santé est fragile : partira-t-il ?

9 septembre :
- Je prends Marie Louise et Armand dans mes bras et nous nous serrons à nous étouffer pour nous dire au revoir.
- Mon père, une main sur mon épaule, dit que, quoi qu’il arrive, il est fier de moi.
- Ma mère tente d’essuyer ses larmes avec un coin de son tablier. En vain.
- Je me rends à la gare de Samoëns, direction Chambéry.
 
La gare de Samoëns, 1907, "Hier à Samoëns"

- Cette fois, ça y est. C’est parti
- Arrivé au 97ème RI ledit jour. Me voilà soldat de 2ème classe. 


10 septembre
- A la caserne, nous commençons à faire nos classes. Des classes accélérées, avant d’être envoyés au front.
Caserne curial, Chambéry, Delcampe

11 septembre
- A la caserne  les nouvelles recrues et moi on apprendra tout ce qu’il y a à savoir pour manœuvrer et combattre.
- On sera apte à entrer en campagne quand on saura utiliser nos armes et qu’on pourra faire des longues marches avec tout notre barda.

12 septembre
- Je retrouve un copain de Samoëns : Paul Corbet. On est les seuls du canton à avoir été affecté au 97è RI.
- Malheureusement les jumeaux Jay ne sont pas avec moi.

13 septembre
- Les exercices et leurs durées sont variés. Chaque exercice commence par un rassemblement des gars, rapide et en silence.
- Ensuite c’est l’appel et l’inspection de la tenue, des armes, des cartouchières. Gare à celui qui n’est pas au carré !

14 septembre
- J’ai fait la connaissance de Désiré Collomb Clerc et Raoul Chappelet. Ils dorment dans les lits voisins du mien au dortoir.
- Ils ont arrivés au 97è 3 jours avant moi. On est des bleus !
- Désiré est cultivateur à La Clusaz. Raoul ne parle que d’aviation. Il est élève aux Arts et métiers à Cluny.

15 septembre
- Les exercices se font le plus souvent possible à l’extérieur de la caserne, en terrain varié.
Manœuvres militaires, 1908, Gallica

16 septembre
- On nous enseigne que, sur la place d’exercice comme sur le terrain, la rapidité ne doit jamais être recherchée au détriment du bon ordre.
- Éviter la précipitation qui compromettrait la bonne exécution des manœuvres.

17 septembre
- Le silence doit être rigoureusement être observé  pendant les exercices et les manœuvres.
- C’est pas toujours facile pour les plus bavards d’entre nous !

18 septembre
- Le commandant a une drôle de façon de parler, la voix haut perchée et en allongeant légèrement es dernières syllabes.
- Il paraît que c’est comme ça qu’il faut faire... 

19 septembre
- La plupart du temps on marche au pas cadencé, lors des exercices.  
Manœuvres militaires, 1908, Gallica

- Mais si on s’est bien tenu, on peut recevoir l’ordre de marcher sans cadence.

20 septembre
- En premier on a appris le garde à vous (bras tendu verticalement) et les différents pas.
- C’est maintenant acquis.

21 septembre
- Une journée consacrée au pas gymnastique : bas demi-tendu, poignet à hauteur de l’épaule, en élevant et abaissant la main verticalement.

22 septembre
- Maintenant, pour changer, c’est pas de charge : exécuter plusieurs fois la rotation du bras.

23 septembre
- Demi-tour : le bras tendu verticalement en exécutant un moulinet du poignet.
- Une fois ça va, pendant plusieurs heures, pfff...

24 septembre
- Raoul n’arrive jamais à se rappeler ; c’est pourtant simple : un coup de sifflet long c’est garde à vous ; un bref c’est en avant.

25 septembre
- Aujourd’hui on a passé la matinée à faire les différentes charges : baïonnette au canon, à genou, etc.

26 septembre
- Raoul  s’est fait tancé : il a fait des pas cadencés plus long que les 75 cm de rigueur, désorganisant la colonne !

27 septembre
- L’exercice du jour c’est les mouvements de l’arme : au pied, à l’épaule, reposer arme, à la bretelle.

28 septembre
- Et toujours des mouvements de tir : charger l’arme dans différentes positions, la décharger et la réapprovisionner.

29 septembre
- Dans la caserne on est un peu à l'écart, mais ça ne nous empêche pas de nous inquiéter du climat ambiant.

30 septembre
- Savoir manœuvrer rapidement la culasse lors de l’inspection des armes et des cartouchières est plus difficile qu’il n’y paraît.
- L’apprentissage du métier des armes n’est pas si facile, surtout quand on sait qu’on va aller au feu dans un délai sans doute fort court.
 



[ 1 ] Indicateur de la Savoie du 29 août 1914
[ 2 ] Inspiré de L. Jouhaud : souvenirs de guerre 
[ 3 ] Je ne dispose pas de l'original de ce document : je l'ai "inventé" grâce à un logiciel de traitement de photos. Le modèle de base est disponible sur le site Europeana 1914/1918.