« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

dimanche 5 janvier 2014

On joue aux devinettes ?

C'était peut-être évident à l'époque, mais pour nous, plusieurs siècles plus tard, c'est parfois compliqué de suivre le fil : dans un certain nombre d'actes, le rédacteur prend quelques libertés avec l'identité des personnes concernées.

Ainsi il m'est arrivé plusieurs fois de trouver des actes dans lesquels la personne concernée n'est pas nommée. Bien sûr, cela concerne toujours des femmes (comme par hasard . . . ) : elles sont alors dites "femme de . . . ".


 Décès Ferrant Loysse, 1639, Bauné (AD49)

"Enterrée la femme de Laurent Toullon âgée de soixante douze ans ou environ"

En 1631, deux actes se suivent dans les registres de Pellouailles :


 Décès Bougard André, 1631, Pellouailles (AD49)

 
 Décès Viau Françoise, 1631, Pellouailles (AD49)

"Le troisième jour de juillet fut ensepulturé dans le cimetière de Pellouailles le corps du deffunt André Bougard par moy souls signé"
"La semaine (?) suivante fut ensepulturé la femme dudit Bougard et trois de ses enfants dans ledit cimetière par moy souls signé."

A nouveau l'identité de l'épouse n'est pas précisée, ni celle des trois enfants malheureusement décédés en même temps; ni la date précise : cela se complique.

Mais la palme revient sans conteste au curé de Saint Sylvain d'Anjou :


Acte de mariage de Baussay Jean et Le Gaigneux Françoise, 1640, Saint Sylvain d'Anjou (AD49)


"Le samedy dernier jour de juin 1640 ont espousés en l'église de St Sylvain sur les six ou sept heures du matin [...] Jean Baussé fils de Pierre Baussay et Claude Balluin ses père et mère d'une part et   [manque l'épouse et sa parentèle] ". 

Il s'est arrêté en pleine phrase !

Que s'est-il passé ? Le curé est parti déjeuner et il a oublié de finir son travail en revenant l'après-midi ? Ou bien n'a-t-il même pas pris la peine de s’enquérir de l'identité de celle qu'il a mariée le matin même ? 

Alors, moi je veux bien jouer aux devinettes, mais il y a des limites.


2 commentaires:

  1. Vernie dîtes donc
    Bon pour le dernier c'est peut être qu'il avait préparé l'acte et que le mariage ne s'est pas tenu.
    Mais il est vrai qu'il m'est arrivé de bénir certains rédacteurs d'être lisible et complet surtout après avoir vu des actes de l'acabit de ceux-ci

    RépondreSupprimer
  2. Le mariage s'est bien tenu, suivi d'au moins six enfants nés entre 1641 et 1653.
    Et je ne vous parle pas des actes de naissance où le prénom de l'enfant n'est pas stipulé.

    RépondreSupprimer