« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. C’était après un orage, dans cette odeur de terre et de pierres mouillées qui réveille si bien en nous un écho oublié, venu du fond des âges. Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression – la conviction ? – qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leur accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

— Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

vendredi 23 mai 2014

#Généathème : Souvenirs de guerre

Daniel Astié épouse Marcelle Assumel-Lurdin en 1935 à Angers (49). Lorsque la seconde guerre mondiale éclate ils ont deux enfants : Françoise née en 1937 et Jean né en 1938. Il est employé de commerce.

Rapidement les conditions de vie se dégradent en ville. Le rationnement devient très difficile. Marcelle et ses deux jeunes enfants sont évacués "en sud Loire" : ils vont habiter à Martigné-Briand, petite localité de 1 600 habitants à 35 km au sud d'Angers, chez Rose, la sœur de Marcelle, et son mari André qui ont un garage. Jean se souvient avec gourmandise d'une découverte incroyable en ces temps de guerre : une tartine beurrée ! C'était peut-être une des premières fois qu'ils mangeaient du beurre.

Marcelle et ses 5 premiers enfants, 1945, coll. personnelle

Daniel est resté à Angers. Il a été réformé, probablement pour faiblesse de constitution. Il travaille pour une association (dont le nom s'est perdu dans les méandres de la mémoire) qui assiste les familles. Il est chargé de trouver des fermiers dans les campagnes angevines qui acceptent d’accueillir des enfants de la ville afin qu'ils puissent être nourris convenablement. Il organise des convois pour emmener les enfants à la campagne. Françoise se souvient du car complètement peint en blanc avec une grosse croix rouge dessinée sur le toit afin que le véhicule ne soit pas bombardé. L'association apporte son secours au travers de différentes actions, comme la distribution de lait en poudre dans les écoles.
Toujours à Martigné-Briand, Marcelle accouche de son troisième enfant, une petite fille appelée Odile. Celle-ci a souvent raconté qu'elle était née alors que ses parents n'étaient pas là !

La famille rentre ensuite à Angers, puisque lorsque Michel naît en 1942 ils sont tous réunis en ville.
Les enfants se rappellent des bombardements. Françoise raconte comment, dans l'église Saint-Laud, voisine de la gare, le curé se recule au moment de la communion et c'est alors qu'une bombe s'abat sur l'église (ratant sans doute la gare) décimant tous les fidèles assemblés dans l'église. Le curé reste seul survivant.
S'agit-il des bombardements de 1944 ? En effet, lors de la nuit du 28 au 29 mai, un déluge de fer et de feu s'abat sur le quartier Saint-Laud, les Alliés cherchant à ralentir la progression allemande en visant en priorité les nœuds ferroviaires, de Nantes à Tours. Pendant quarante minutes, plus de cent trente bombardiers emplissent le ciel, accomplissant leur cruelle mission. L'objectif est atteint. Mais autour de la gare et de ses matériels, totalement détruits, huit cents maisons le sont aussi, et près de sept mille partiellement. Dans les caves, dans les abris, dans les rues et les murs éventrés, on dénombre une multitude de victimes et de blessés. Dans le journal Le Petit Courrier des jours suivants, on fait état des travaux de déblaiement et des recherches des victimes, parmi lesquels les mineurs ardoisiers de Trélazé se distinguent particulièrement. Des bombes à retardement ralentissent la progression des recherches, tuant ou blessant les sauveteurs. "Partout les sinistrés sortent de leurs maisons ce qu'ils ont pu sauver et entassent dans les rues un pitoyable mobilier. Un lamentable exode se poursuit et les environs d'Angers hébergent de nombreux réfugiés".
Le 1er juin, le Petit Courrier rend compte des obsèques des victimes : on recense plus de 20 000 personnes lors des funérailles, pressées en l'église Saint-Serge et dans les rues alentours car l'édifice est trop petit pour accueillir la foule. L'évêque préside aux obsèques. Une centaine de cercueils s'alignent devant le maître autel et jusque dans le transept. "D'innombrables bouquets, gerbes et couronnes de fleurs garnissaient les cercueils".

Plus tard, Jean se souvient de la débâcle allemande. Il est à nouveau à la campagne, cette fois à Saint-Georges-des-Gardes. Malade, sa mère le soigne. Il ressent sa peur face au convois de camions allemands qui passent devant la maison. Les fenêtres sont calfeutrées pour éviter que la lumière ne filtre à l'extérieur et attire l'attention. La tension est à son maximum lorsqu'un Allemand frappe à la porte.

Après la guerre, la famille travaillera pour  l'UDAF (Union Départementale des Associations Familiales). Celle-ci est née après-guerre, fédérant les diverses associations familiales pré-existantes (dont celle pour laquelle travaille Daniel).
La famille prend la gestion de la maison familiale installée au domaine du Hutreau, à Sainte-Gemmes-sur-Loire. A l’origine ce n’était qu’une closerie, dite « la Perrière » : exploitation agricole complète avec jardins, verger, terres labourables, prés, vignes, destinée à entretenir une famille de bourgeois citadins. Il reste deux bâtiments, "l'annexe" (dépendances) et le château de style Renaissance. De 1932 à 1952 : la société anonyme immobilière du Hutreau loue le domaine aux Ursulines d’Angers, pour en faire un établissement d’enseignement de jeunes filles. En 1944, la Gestapo fait du Hutreau son quartier général. Lors de la libération d’Angers ils s’enfuient précipitamment laissant le domaine en l’état. Les Ursulines reprennent l’enseignement au domaine, de 1944 à 1946. En 1947, le Hutreau devient l’une des quarante maisons familiales de vacances du Mouvement Populaire des familles. 

Daniel et Marcelle s'installent alors au Hutreau avec leurs 5 enfants (Christian, né en 1945 est venu agrandir la fratrie). Dès le lendemain, ils doivent accueillir une vingtaine de pensionnaires. Marcelle prélève ses propres économies pour faire les premières courses et doit très vite s'improviser cuisinière à grande échelle. Au cours des années, le couple va faire des travaux réguliers pour entretenir le domaine, notamment de peinture se souvient Jean. Mais la première action de Daniel est de jeter la baignoire où la Gestapo torturait ses prisonniers lorsqu’ils occupaient le château.

Daniel, fils de Daniel et Marcelle, naît au château en 1948, dans la chambre qu'occupent ses parents dans l'appartement du premier étage. Il est l'avant-dernier de la fratrie.

Détail du Hutreau, fenêtre cerclée de rouge: la chambre où est né Daniel, 
© D. Letellier


Daniel est mon père. Daniel et Marcelle étaient mes grands-parents.


Merci à mon père, mes oncles et tantes pour leurs souvenirs qui m'ont permis de rédiger cet article.

1 commentaire: