« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

mercredi 25 juin 2014

#ChallengeAZ : V comme vigneron, forcément

Vigneron, c’est le métier le plus courant parmi les 128 métiers exercés par mes ancêtres.
Vignes © espacebrouilly

Mais comme c'était l'objet du Généathème de mars, je n'en reparlerai pas ici (voir l'article M comme métier). D’une manière générale, ce sont des métiers liés au travail de la terre qui sont majoritaires : laboureurs, cultivateurs, métayers, journaliers, bêcheurs…

Parmi les métiers les plus courants chez mes ancêtres, on compte quelques exceptions au domaine agricole :
  • les marchands (une cinquantaine d'individus) ; mais un certain nombre d’entre eux sont tantôt qualifiés de marchands, marchands fermiers, marchands puis vignerons (ou inversement) : la plupart restent donc liés aux métiers de la terre. Seuls quelques uns (8 personnes) échappent à cette tendance car la nature de la "marchandise" nous est connue : marchand boulanger, marchand de toile,  marchand tanneur, marchand meunier. Seulement 19 de ces marchands signent leurs actes d’état civil.
  • les "sans" : la mention "sans profession" recouvre des situations très variables selon les époques et les régions. La personne ne travaille effectivement pas; elle exerce la profession de son époux mais comme c'est une femme son métier n'est pas déclaré; elle est "mère au foyer"; cette mention équivaut aussi parfois à la retraite.
  • les domestiques.
  • les ménagères; mais selon les époques, ce terme désigne aussi un métier de la terre : lorsque l'agriculteur dispose d'une grande surface de terres, qu'il est riche, il est qualifié "ménager", c'est à dire chef de maison. L'épouse est donc la ménagère.
  • les tisserands.
  • les propriétaires (qui sont souvent des propriétaires terriens), qualifié ainsi souvent en fin de vie, lorsque la personne a pu, après une dure vie de labeur, acheter une terre.

Beaucoup plus rares dans ma généalogie, on compte 62 métiers différents exercés par une seule personne parmi nos ancêtres. Certains sont peu ou mal connus : les définitions ont été empruntées à D. Chatry, les métiers de nos ancêtres ( * ). Quelques exemples :

- Métiers de la santé :
  • Apothicaire (Bénavent Jean, à Conques, XVIIème). Celui qui prépare et qui vend les remèdes pour les malades : pharmacien.
  • Maître apothicaire (Bel François, à Taninges, XVIIIème)
- Métiers du bâtiment :
  • Couvreur d'ardoise (Courballay Guillaume, à Villevêque, 1672)
  • Maître charpentier (Bouchard Antoine, à Durtal, 1731)
- Métier du textile :
  • Chapelier (Astié Augustin, à Conques, 1805/1821)
  • Drapier (Bodet Jean, à Villevêque, 1619)
  • Tissier en toile (Vallée René, à Brain sur l'Authion, 1669). Personne qui fabrique des tissus de lin, de chanvre.
  • Maître cordonnier (Chaney Claude, à Cerdon, 1680)
  •  Mercière (Bregeon Clémentine, à Châtillon)
  • Sarger (Raouls Jean, à Conques, avant 1744). Ou serger : ouvrier fabriquant des étoffes ou tissus de laine, de la serge.
  • Tailleuse (Coutand Marianne, à La Pommeraie, 1840)
- Métiers agricoles et apparentés :
  • Charron (Brard Mathurin, à Jarzé, 1697). Fabricant de chars, charrettes, tombereaux, brouettes et autres moyens de transport.
  • Cordier (Bédier Jacques, à Faremoutiers, 1703)
  • Vacheron (Gros Joseph, à Chezery, 1721). Définition pas trouvée.
- Métiers de la sécurité :
  • Employé dans la brigade (Puissant Marin, à Candé, 1740/1742)
  • Gendarme à pied à la résidence d'Ajaccio (Astié Pierre Jean, à  Ajaccio, 1851)
- Métiers de l'administration :
  • Procureur de fabrique (Bieslin Jean, à Pellouailles, 1707). Personne chargé des intérêts matériels de la communauté religieuse du village.
  • Receveur de l’enregistrement (Martin Pierre-Jean, à Conques, 1815, 1833). Personne qui fournit les renseignements pour l'établissement des titres de propriété des biens immeubles et la rédaction des déclarations de succession.
- Métiers de l'éducation :
  • Instituteur / instituteur primaire / institutrice (Berrod Jean-François, à Montanges, 1844, et Mérignat, 1853 / Roy Flora, à Châtillon sur Sèvre, 1924)
  • Nourrice d'enfants (Pillet Marie, au Plessis Grammoire, 1866)
- Métiers liés à l'entretien :
  • Blanchisseuse (Béroud Roze, au Poizat, 1839)
  • Cuisinière (Le Floch Ursule, à Tigeaux, 1900)
  • Lingère (Galerne Marie, à Loudéac, 1868/1874)
- Métiers du commerce :
  • Employé de la Banque de France (Rols Alexandre, à Angers, 1868)
  • Marchand boulanger (Nourry Pierre, à Candé 1753)
  • Représentant de commerce (Borrat-Michaud André, à Angers, 1946)
- Métiers liés à l'eau :
  • Marinier (Macréau Henri Lucien, à Mortcerf, 1720). Marin d'eau douce, c'est à dire naviguant sur rivières et canaux, généralement sur une péniche assurant le transport des marchandises.
  • Pêcheur (Le Tessier François, à Ménil, 1702)
  • Pontonnier (Le Tessier Jean, à Ménil, 1704). Personne percevant les droits de pontonage payés par ceux qui traversent une rivière soit sur un pont soit dans un bac.
- Métiers de bouche :
  • Aubergiste (Prost Joseph Marie, à Martignat, 1838). Personne tenant maison où l'on loge et ou l'on donne à manger.
  • Cabaretier (Pillet Jacques, à Ingrandes s/Loire, 1810). Personne tenant maison où l'on donne à boire et à manger pour de l'argent.
  • Farinier (Jarousseau Pierre, à Rochetrejoux, 1738). Marchand qui vend de la farine.
- Divers :
  • Coutelier (Puissant Charles, à Candé, 1856)
  • Déménageur (Borrat-Michaud Jean François, à Eaubonne, 1920)
  • Maître maréchal (Mathieu Mermillon Pierre, à Montanges, 1685)
  • Ouvrière  lapidaire (Gros Marie, à Condamine, 1916). Ouvrière taillant toutes sortes de pierres précieuses.
  • Rentière (Maire Marie-Sophie, à Groissiat, 1855)
  • Botteleur (Le Floch Vincent Marie, à Loudéac, 1901). Ouvrier métallurgiste chargé de mettre en bottes les barres (ou verges) de fer pour la vente; les verges de fer étant ensuite utilisées par les cloutiers, entre autres.
 

On compte cinq métiers exercés de père en fils ou belle-mère/bru :



  • Praticien (Regourd Pierre et Etienne, en Rouergue). Médecin. Il épouse une fille d'apothicaire (Bénavent Marie, à Conques, en 1672)

  • Concierge des prisons (Puissant Marin et son fils Joseph, à Candé, de 1745 à 1783). Le père a d’abord été « employé dans la brigade ».
  • Cordonnier (Puissant Urbain et Pierre, à Morannes, 1663)
  • Filandière (Le Mauff Suzanne et sa bru Le Goff  Marie Louise, à Loudéac, en 1808 et 1843). Fileuse de lin : Femme travaillant les filasses de lin avec un rouet de manière à en produire des fils qui sont ensuite mis en pelote.
  • Maréchal en œuvres blanches (Clavier Pierre et son fils Gabriel, à Saint Sylvain, en 1700 et 1701). Taillandier (forgeron) ne fabriquant que des outils tranchants.

 ( * ) Sauf le receveur de l'enregistrement.

1 commentaire:

  1. le geneathème m'a donné envie de faire des recherches sur des métiers anciens j'espère avoir le temps de le faire. Ton billet en tout cas est vraiment intéressant

    RépondreSupprimer