« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 4 septembre 2015

Le Bescherelle de la généalogie

En ces temps de rentrée scolaire, rappelons quelques règles d'orthographe et de grammaire applicables à la généalogie :

Manuel lexique ou dictionnaire portatif des mots françois, 1750 © Wikisource

1. Les noms propres n'ont pas d'orthographe

Tout généalogiste a été confronté à cette règle : pendant longtemps l'orthographe des noms n'était pas fixe. Du coup Alary devient facilement Halary ou Halari.
Ça se complique quand les générations déménagent souvent et que le patronyme évolue à chaque fois : il m'a été difficile de pister les Lejard quand ils sont devenus Jard, Jar, Legeard, Anjard, Angeard (heureusement qu'ils avaient des épouses bien identifiables...).
Dans le même acte Jean Jacques Baudin signe Boudin, mais sa fille Marianne signe Baudin.
Parfois le nom inscrit dans la marge de l'acte n'est même pas orthographié de la même manière que dans le corps de l'acte, mais ça... faites pas attention, c'est pas très grave.
Cela s'explique par les nuances dialectales ou phonétiques (le curé neuf n'est pas du pays et a du mal à se faire à l'accent du coin) ou l'illettrisme du porteur de patronyme qui n'est pas capable de corriger le rédacteur.

Mon astuce : gardez l'esprit bien ouvert lorsque vous recherchez un patronyme et ne vous arrêtez surtout pas à la forme que vous connaissez. Comme les trains, un nom peut en cacher un autre.

2. Manque de chance, les noms communs non plus !

Là, c'est la galère ! Et comme la grammaire ce n'est pas beaucoup mieux...

Mon astuce : bon courage !

3. Toponymie : la théorie de l'évolution

Avec les toponymes (on parle bien des noms de lieux, pour ceux qui sont assis près du radiateur...) il faut garder à l'esprit qu'ils ont tous connu au moins une évolution et la plupart plusieurs : la première est celle de l'époque post-romaine (quand Augustoritum devient Limoges par exemple). Mais en généalogie, vous aurez peu de chances d'y être confronté.
Par contre, des évolutions postérieures, c'est nettement plus probable. Par exemple : quand Pierre His devient Pierris puis Le Pierry (tient ! ça me dit quelque chose...).
Pour les noms des grandes villes ou grosses paroisses/communes, les évolutions sont assez reconnaissables, car bien connues en général. Mais pour les lieux-dits ou hameaux, cela peut se compliquer. Entre les paroisses qui ont disparu, les noms qui changent au fil du temps, etc... il peut vite devenir laborieux d'identifier ou de retrouver le lieu qui a abrité votre ancêtre.
Quant à connaître son histoire, c'est autre chose. Récemment Marino, du blog De France et d'aïeux, nous a donné un exemple des surprises que révèle la toponymie dans l'article Toulouse : du gibet à la salade.

Mon astuce : lancez un projet collaboratif pour recenser tous les lieux-dits de la carte de Cassini (première carte géométrique du royaume de France, dressée par la famille Cassini au XVIIIème siècle - voir la numérisation desdites cartes sur le site de Gallica). Et surtout n'oubliez pas de le publier en accès libre sur le Net, ça peut toujours servir...

4. Et si on inventait la ponctuation ? Heu, non finalement...

Du coup, dans un acte notarié moyen, une seule phrase peut faire entre 70 et 100 lignes (dactylographiées), plus d'un millier de mots. Proust peut aller se rhabiller avec sa phrase la plus longue qui ne contient que 243 mots (dans Du côté de chez Swann). Mine de rien, la ponctuation aide vachement bien à la compréhension d'un texte. C'est en son absence qu'on s'en rend compte le mieux !

Mon astuce : faites la transcription au kilomètre, même si vous n'y comprenez rien, et relisez le tout ensuite; éventuellement à tête reposée. Après le sens du texte viendra peut-être. Ou pas.

5. Un mot qui n'existe pas, il existe quand même

Vous êtes en train de transcrire un texte. L'écriture est peu familière et la tâche est ardue. Soudain vous tombez sur un mot qui n'existe pas : vous pensez que vous lisez mal. Et bien non : parfois le mot n'existe vraiment pas. Ou tout au moins il n'existe plus car la courte mémoire des Hommes l'a oublié. Affouage, grangeage, intestat, ritte, spectable ne sont pas des erreurs de Scrabble. Un jour ils ont tous eu leur propre définition officielle. Ceux-là (et d'autres, rencontrés au fil de mes lectures) trouvent leur explication dans la page lexique de ce blog.

Mon astuce : ne vous arrêtez pas à ce que vous savez. Comme dirait l'autre : je ne sais qu'une chose c'est que je ne sais rien (merci Socrate).

6. Les règles de majuscule... il n'y en n'a pas

En matière de majuscule, il n'y a qu'une chose à retenir : il n'y a pas de règle. Et quand il n'y a pas de règle, c'est l'anarchie. Ici c'est donc ce qu'on appelle l'anarchie majusculaire.
Dans la même phrase le prénom est écrit sans majuscule et le nom avec. Ou pas. Pareil pour les noms communs, finalement.
Seul Dieu a droit à sa majuscule systématique. Ou presque.

Mon astuce : les majuscules, après tout en s'en fout !

7. En annexe : la paléographie pour les Nuls

Jeune généalogiste (jeune dans la pratique, pas forcément en âge), tu es soudain confronté à un texte du XIXème dont l'écriture est indéchiffrable. Cela te décourage et tu décides d'arrêter la généalogie. Erreur ! Parce qu'au XVIIème et même au XVIème siècle il y a de magnifiques documents, tout à fait lisibles. Le vieil âge n'est pas forcément synonyme d'incompréhension.

Mon astuce : ne vous découragez pas. Si vous ne souhaitez pas faire appel à un paléographe professionnel ou si vous n'avez pas le temps/les moyens de faire une formation, je vous conseille de lire et relire le document. A force de patience, la graphie du préposé aux écritures devient plus familière et la lecture plus aisée. Si votre environnement le permet, lisez à haute voix, vous percerez peut-être quelques secrets.




3 commentaires:

  1. Pour la toponymie, personnellement j'utilise pas Geoportail avec les cartes IGN pour fixer une orthographe, à partir des cartes IGN et éventuellement en superposant les calques des cartes de l'état major ou Cassini, qui sont aussi consultables là. Ce n'est pas forcément la"bonne" orthographe si on s'interroge sur l'étymologie, mais au moins avoir une graphie commune pour sa base est pas mal :-)

    RépondreSupprimer
  2. (oups, je voulais dire "j'utilise pas MAL Geoportail")

    RépondreSupprimer
  3. J'aime bien cet article, il faut traiter nos difficultés par l'humour avant de devenir des spécialistes de l'histoire.
    Je conseille le dictionnaire d'ancien français Godefroy pour les textes anciens. Il est disponible en ligne.

    RépondreSupprimer