« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

vendredi 25 septembre 2015

Pierre, mon grand frère

Devant le poulailler, le dos légèrement courbé par le poids des ans, affairée à mes tâches quotidiennes, je regarde mon grand frère. Pierre. Assis au soleil sur le banc devant la maison, appuyé sur sa canne, il semble perdu dans ses pensées. Nos jeunes années me reviennent à l'esprit.

Le frère © Cliché d'origine Delcampe

Des années plutôt heureuses, à l'ombre du château de Préciat, en la paroisse de Villevêque, où notre père était laboureur et vigneron. Il avait déjà 9 ans quand je suis née, en 1674. Nous avons grandi ensemble, lui presque en haut de la fratrie et moi presque en bas. Nous étions 8 enfants, puisque une sœur aînée, Jeanne, n'avait vécu que 4 mois. L'insouciance de la jeunesse a été ternie par la mort de notre mère, Jeanne Vaugoyau, un jour de juillet 1682. Elle avait 47 ans. Nous nous sommes retrouvés démunis sans elle. Elle était le pilier de notre famille. Lui il avait déjà 17 ans, mais moi je n'en n'avais que 8. Malgré la douleur de cette disparition, le temps a continué à s'écouler. Il a aidé notre père et nous a accompagné, mes frères, ma sœur et moi, du mieux qu'il a pu. Nous sommes restés très proches.

On appelait Pierre "le Jeune" car il avait le même prénom que notre père, grand-père, arrière-grand-père et peut-être même leurs pères avant eux ! Pierre s'est marié un beau jour de juillet 1685, avec Marguerite Ouvrard la fille d'un marchand de la ville d'Angers. Ils avaient 20 ans tous les deux. Comme ils étaient beaux !

Pourtant l'avenir leur réservait de sombres jours. Je n'avais que 13 ans lorsque leur premier enfant, une fille prénommée Jeanne, est née. Mais la naissance a été difficile et le prêtre vicaire a dû faire une cérémonie de baptême simplifiée en attendant l'autorisation de l’Évêque de faire le supplément des cérémonies du baptême [ 1 ]. Malgré une entrée dans le monde un peu difficile, elle s'est accrochée et a survécu... une douzaine d'années seulement car hélas elle nous a quittés en 1699. Des 7 enfants qu'ils ont eu ensemble, deux autres n'ont malheureusement pas vécu. Le premier, né chez eux à Villevêque, a été ondoyé deux jours plus tard en l'église de Pellouailles [ 2 ] (avec la permission du curé de Villevêque et de Monseigneur l’Évêque) et finalement ensépulturé à Villevêque trois semaines après. La dernière naissance s'est terminée plus mal encore puisqu'elle a coûté la vie à Marguerite et à l'enfant qui l'a suivie aussitôt dans l'autre monde. Marguerite avait 34 ans seulement.

Mon courageux grand frère se retrouvait, seul, à la tête d'une famille de 4 enfants encore vivants, âgés de 11 à 2 ans.

Toujours proche de mon frère, il m'a demandé d'être la marraine du premier fils qui a vécu et qui a été prénommé... Pierre, bien sûr ! J'ai accompagné sa famille du mieux que j'ai pu.

Même si nous n'habitons pas la même paroisse, il a pu me rendre visite régulièrement. Rapidement il m'a annoncé son désir de se remarier. 9 mois après le décès de Marguerite, Pierre a épousé en secondes noces une autre Marguerite, fille de Guillaume Roger, un laboureur de Pellouailles.

Ensemble, ils eurent 5 enfants, dont deux encore décédés en bas âge. Sur les 12 enfants que Pierre a eu au total, seuls 7 sont parvenus à l'âge adulte. Quelle tristesse.

Les années ont passé. Les enfants, qui ont survécu, ont grandi, puis se sont mariés; comme Marguerite qui a épousé Jérôme Hervé en 1714. Pour pouvoir se marier, ils ont dû obtenir une dispense de deux bans signée du vicaire général de Monseigneur l’Évêque. Et il a même fallu que la tante et le cousin dudit Jérôme témoignent pour dire qu'il n'était engagé dans aucune autre relation. Et puis Jacques, Jean, Marie...

Même quand la famille a déménagé à Saint Sylvain, nous avons continué de nous voir. Il a abandonné la vigne pour le travail de la terre, mais au fond il est resté le même.

Malgré les difficultés, les joies et les peines, nous avons traversé la vie.
Une vie simple, de modestes laboureurs et vignerons de l'Anjou. Notre vie.


[ 1 ] Suppléer les cérémonies du baptême : Faire à l'église le supplément des prières et des cérémonies omises lors de l'ondoiement.
[ 2 ] Habitant La Gilberdière, hameau plus proche géographiquement du bourg de Pellouailles les Vignes que de celui de Villevêque, plusieurs de leurs enfants ont été baptisés en l’église de Pellouailles.


Pierre Dibon est mon sosa n°1194, ancêtre à la 11ème génération. Né le 8 juin 1665 à Villevêque, marié le 4 juillet 1685 à Villevêque avec Marguerite Ouvrad, puis le 30 juin 1700 à Pellouailles les Vignes avec Marguerite Roger. Apparemment décédé entre 1739 et 1741, mais malgré de longues et patientes recherches, je n'ai pas (encore) trouvé son acte de décès... Je descends aussi de sa fille Marguerite (sosa n°597) épouse de Jérôme Hervé (sosa n°596).
Sa sœur Perrine Dibon est aussi mon ancêtre, sosa n°1227.

Ce récit est basé sur ses actes de naissance et mariages, ainsi que sur les actes de naissances et mariage de ses enfants.


Pour voir Perrine avec les yeux de son frère Pierre, cliquez ici.

© Delcampe



1 commentaire:

  1. Tendres regards croisés avec les 2 derniers billets

    Fanny-Nésida

    RépondreSupprimer