Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 12 janvier 2014

#Généathème : un acacia

Si mon arbre généalogique était un arbre (sic), ce serait un acacia !


Acacia, PhotoPin

Un acacia : un arbre pleins pleins d'épines !!! Mais aussi de jolies fleurs, et si les piquants ne vous font pas peur, vous pouvez découvrir le miel*.

Certaines de ces épines ont été dépassées, d'autre non.

Quelques épines, devenues fleurs (ou bourgeons) :

- les archives pas en ligne. Aujourd'hui, la plupart des départements ont mis leurs archives en ligne. quel bond on a pu faire grâce à cela, en quelques années. Bon, restent les archives partiellement en ligne, genre il y a toutes les paroisses/communes du département SAUF les trois qui m’intéressent (pourquoi ? mais pourquoi la Haute-Savoie ?). Je remarque d'ailleurs la grande qualité des archives en ligne du Maine et Loire : qualité de la visionneuse, indexation par année, variété des archives en lignes (bon il ne reste plus que les recensements et succession, mais cela va sans doute venir) . . . De ce fait, c'est la branche la plus développée de ma généalogie. A contrario, les Côtes d'Armor : temps d'affichage très long, indexation par lot et non par année (il faut déjà passer un temps considérable à trouver l'année qui nous intéresse) . . . Donc, je ne connais pas beaucoup "mes" Bretons.

- mes ancêtres suisses. Impossible de consulter les archives suisses depuis la France. L'Association Valaisanne d'Etude Généalogique (AVEG) m'a transmis ses relevés et m'a permis d’appréhender un peu cette branche, mais je n'ai pas vu les actes, alors je suis un peu frustrée.

- la transcription d'actes. Il arrive régulièrement de buter sur un mot, un nom, une formule. La dernière en date "le toit à boure" (cf. fil twitter). Parfois la situation se débloque, d'autres non.

- les "oublis" des curés. Cf. le dernier billet sur ce blog "on joue aux devinettes ?".

- le cas Lejard. Lejard Louise est la grand-mère de mon père. Sa famille est originaire de l'Anjou. Des champions du déménagement : à chaque événement (naissance, mariage, décès), la paroisse est différente. La plupart ont été retrouvés, après beaucoup de persévérance, mais il me manque encore trois actes de naissance. Des actes qui disparaissent : par exemple, Lejard Louis : son acte de mariage indique qu'il est né à Pontigné le 21 août 1770, mais il n'y a pas d'acte à cette date. Enfin, pour couronner le tout, le nom évolue : Lejard, Le Jar, Anjard, Enjard, Angeard.

Une épine, encore :

- l'épine qui m'occupe en ce moment est le dossier militaire de mon ancêtre Astié Augustin. Il est né le 25 janvier 1888 à Angers. Il s'est marié le 5 août 912 à Angers (avec Lejard Louise). Il ont leur unique enfant à Angers le 12 juin 1913. Enfin, il meurt à Angers le 24 décembre 1974.


Famille Astié, coll. personnelle


Par ailleurs, dans l'album de photo familial, on trouve le cliché ci-dessus. Il confirme que mon AGP a bien été militaire. Il aurait été envoyé dans les Dardanelles : son patron, Bessoneau, ayant emmené avec lui tous les ouvriers (selon la légende). 

Mais sa fiche militaire n'a pas été trouvée aux archives d'Angers. Après de patientes explorations (notamment des archives militaires de ses frères), je m'aperçois que la famille a habité Ivry s/Seine. Selon la tradition orale familiale, d'ailleurs, son père "rechercha par ses propres moyens, à pied, à trouver du travail dans la région parisienne". 

Aux archives de Paris (pour l'ancien département de la Seine où se trouvait Ivry), je trouve bien un Astié dans la classe 1908, mais la page du registre est déchirée : le prénom et le numéro de matricule ont disparu. 

Habitant trop loin, j'ai essayé de faire appel au cercle généalogique local, sans succès ( il n'y a plus de bénévole pour l'entraide). Puis directement les archives, idem.

Sur les conseils de Sophie Boudarel, j'ai posté un message sur le forum G'Entraide. Une certaine Nanou m'a signalé qu'elle allait voir aux AD et qu'elle me tiendrait informée des résultats (message du 17 décembre 2013). Depuis j'attends ce que je ne peux faire à distance. Espérons que Nanou, ou une autre bonne âme volontaire, soit mon ange gardien et transforme mon épine en fleur . . .

Mise à jour du 15 mars 2014 :

Nanou m'a confirmé la page déchirée du registre que j'avais vu en ligne. Il y a 11 registres pour l'année 1908, dans ce bureau de recrutement . . .
G. Mairet, bénévole du Fil d'Ariane, aussi contacté, m'a expliqué que ces 11 volumes ne pouvaient pas tous être consultés car certaines fiches de registres ne peuvent pas être communiquées. 
Il a, par ailleurs, trouvé mon AGP dans les tableaux de recensement militaire de la ville d'Ivry (canton de Sceaux de l’époque) en côte D1R1 765, mais sans mention de son matricule militaire.
Que ces bénévoles soient remerciés de leur temps et de leur recherches, même si pour moi les résultats sont (forcément) décevants.
 
Sans numéro de matricule, la recherche est impossible.

L'épine reste une épine.

A moins que quelqu'un ait une autre idée pour trouver un numéro de matricule ?



* A ce propos, le miel d'acacia que l'on connaît chez nous ne vient pas de l'acacia mais du robinier, dit "faux acacia". Et c'est amusant parce que Robin est depuis peu le patronyme le plus présent dans ma généalogie. Mon arbre est un acacia, vrai ou faux...

3 commentaires:

  1. J'espère que tu découvriras cette fiche !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Es-tu retournée sur le forum pour voir si tu avais un message privé ? Lorsque Nanou a fait les recherches elle envoie un message privé pour demander l'adresse mail.

    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bien sûr, mais la tâche est ardue et je suis patiente . . .

      Supprimer