« Un soir, sur un chemin familier qui m’est cher, en mettant mes pas dans les pas de ceux qui m’ont précédé sur cette terre, j’ai senti frissonner l’arbre du silence. […] Il n’y avait plus de vent, rien ne bougeait, tout était apaisé, et pourtant j’ai entendu comme un murmure. J’ai eu l’impression - la conviction ? - qu’il provenait de l’arbre dont nous sommes issus : celui de nos familles, dont les branches sont innombrables et dont les feuilles frissonnent au plus profond de nous. Autant de feuilles, autant de voix vers lesquelles il faut se pencher pour bien les entendre, leu accorder l’attention nécessaire à la perception d’un silence qui, en réalité, n’en est pas un et ne demande qu’à être écouté. Je sais aujourd’hui que ce murmure a le pouvoir de donner un sens à notre existence, de prolonger la vie de ceux auxquels nous devons la nôtre, car ils nous habitent intimement. »

- Christian Signol, Ils rêvaient des dimanches

  • #Généathème
  • #RDVAncestral

jeudi 26 octobre 2017

#Généthème : A la découverte de nouvelles sources


A la découverte de nouvelles sources, tel est le sujet du généathème du mois. Pour sortir des sempiternels registres paroissiaux, voire notariaux pour les plus audacieux, sortez de votre zone de confort, nous conseille Sophie de la @gazetteancetres, et explorez des sources inédites dans vos recherches.

Alors j’ai fait un premier recensement rapide des sources que j’ai déjà compulsées : environ 80 documents différents ! Ma zone de confort est plutôt large. Je refais le même dénombrement, mais cette fois de façon exhaustive : je monte à plus d’une centaine. Et tout cela en tenant compte du fait que j’habite une région où aucun de mes ancêtres n’apparaît, ce qui fait que je suis entièrement dépendante des documents de famille ou disponibles sur internet. Donc, en attendant les pièces concernant la justice, par exemple, absolument jamais en ligne (en tout cas dans « mes » départements) et qui seraient, elles, véritablement inédites, je vous propose un tour d’horizon - presque complet - des sources que j’ai pu voir, avoir, utiliser pour constituer ma généalogie (en gras dans le texte) [1]. Évidemment, dans ces documents, il y a une grande part de hasard : les mises en lignes qui varient d’un département à l’autre, une trouvaille inattendue dans un registre, un généanaute qui vous indique une piste à suivre et, bien sûr, la vie même de mes ancêtres qui m’a amenée à explorer différents types de documents parce qu’ils y ont eu recours eux-mêmes au cours de leur existence.

Des sources, des sources, des sources... © Coll. personnelle

A noter : tous les mots suivi d’un astérisque* font l’objet d’une définition dans la page Lexique de ce blog.

  • La vie familiale
Évidemment c’est par là que l’on commence en général. Je ne reviendrais pas sur l’intérêt des registres paroissiaux ou d’état civil (dit BMS* ou NMD*), les fondamentaux. Mais lorsque ceux-ci font défaut, on a parfois la chance de trouver un document qui peut pallier à son absence : les bans, un certificat de mariage ou un consentement parental peuvent remplacer un acte de mariage introuvable par exemple. Glissé entre deux pages des registres BMS/NMD ils peuvent nous indiquer éventuellement la date et le lieu du mariage, la raison de l’absence des parents qui habitent loin mais donnent leur consentement (vous avez remarqué ? les parents ne demeurent pas au même endroit que leur enfant : vous qui les avez cherché si longtemps en vain : en voilà l’explication…).
Pour reconstituer la famille, les actes notariaux sont précieux bien sûr : contrats de mariage, testaments et codicilles sont les plus fournis en détails. Parenté, lieux d’habitation, fratrie…  mais pour reconstituer la vie de la famille il existe aussi les dispenses de consanguinité*, reconnaissance de dot (utile en particulier si le contrat de mariage est lacunaire), les successions… Si les enfants mineurs se retrouvent orphelins vous pouvez découvrir une demande de tutorat ou de procuration rédigée chez un notaire ou, comme c’est mon cas, dans les papiers de famille, une convocation du conseil de famille. Votre ancêtre a été blessé ou tué à la guerre : ses enfants ont peut-être été déclaré pupille de la Nation (j’en ai parlé ici).
L’état civil de vos ancêtres est lacunaires : un petit tour par la presse, catégorie « état civil », qui vous annoncent naissances, mariages ou enterrements. Les papiers de famille ne sont pas à négliger alors fouillez votre grenier et ceux de votre parenté : faire-part de décès, livret de famille, certificat de décès, demande de congés maternité… Toutes ces sources ne sont peut-être pas égales en importance, mais peuvent étoffer votre histoire familiale.
Les documents officiels qui recensent les populations vous donneront des indications : situation familiale, domicile, âge, profession, etc… Les plus connue sont les listes nominatives (couramment appelées recensements). Attention documents légèrement rébarbatifs et parfois « bourrés » d’erreurs : à recouper avec d’autres sources pour être sûr !  
Il faut toujours garder à l’esprit que pour tous les documents il y a la lecture « positive » (celle que vous voyez) et la « négative » (celle qui est sous-entendue, mais non écrite). Ainsi, personnellement j’ai aussi découvert dans les recensements, en creux, des disparités régionales dans les façons de vivre (voir ici).
Mais ces listes nominatives ne sont pas seules : il existe aussi, pour la Savoie (au sens large) par exemple, les capitations espagnoles*, mandements* ou état des âmes*. Dans la même veine, j’ai également trouvé un rôle d’imposition* en Aveyron.
Autre témoignage « physique » : les tombes. Et comme les documents papier, il y a ce qu’elles disent et ce qu’elles ne disent pas. Les coutumes funéraires différentes selon les régions (plaques de porcelaine, couronnes de perles…). Et on peut aussi tomber (sans mauvais jeu de mot) sur un non-dit criant : à la recherche de la tombe d’un de mes ancêtres d’une génération proche, je m’aperçois finalement que sa veuve n’a jamais fait inscrire son nom sur sa tombe et qu’elle l’a mis là où il y avait de la place afin de ne pas prendre une nouvelle concession, c'est-à-dire dans le caveau de sa grand-mère à elle ; ce qui révèle beaucoup de choses sur l’entente dans ce couple, n’est-ce pas ?…
Bon, si vous avez de nobles aïeux, d’autres que vous ont sûrement déjà travaillé sur votre branche patricienne : explorez la bibliographie, armorial, notices généalogiques en tous genres. Mettez-vous à l’héraldique* : blason*, sceau*, cachet*, seing manuel*… (voir ici). Cela faisait aussi partie de la vie de nos ancêtres. Et si, pour beaucoup, tout cela est aujourd’hui tombé en désuétude, leur importance autrefois n’est plus à démontrer.

  • La vie intime
Au-delà de la reconstitution de la vie familiale, il y a ce que j’appelle la « vie intime ». Ce sont ces petites choses de rien mais qui, mises bout à bout, font une vie. Si vous en avez la possibilité (et la chance) ne négligez pas la mémoire familiale orale. Les souvenirs d’enfance, même s’ils sont brouillés, même s’ils sont inventés (je n’ai jamais eu d’ancêtre corse, contrairement à la légende familiale, comme je l’ai expliqué ici) sont tellement précieux.
Dans les papiers de famille j’ai aussi retrouvé en vrac des cartes d’identité (inestimables : adresses, photos, signatures, etc…), cartes de communion, fiche dentaire, menus de fiançailles et de mariage, carte SNCF famille nombreuse, relevés bancaires, plan et devis pour la construction d’une nouvelle maison…
Dans la presse ou revues spécialisées j’ai relevé des anecdotes, comme un concours de fabrication de ski remporté par mon arrière-grand-père (voir ici).
Si vous avez de la chance, vous possédez des photographies : outre les visages de vos aïeux, vous pouvez distinguer leurs vêtements, leurs coiffes (comme ici). Et si vous vous demandez encore pourquoi ils ne sourient pas, ceinturent le bébé ou font reposer leurs bras sur une balustrade, faites un petit tour par ici.
Et puis, il y a les signatures. En particulier quand la photographie fait défaut (ou n’a pas encore été inventée), c’est souvent la seule trace directe qui nous relie à notre ancêtre, les textes étant souvent rédigés par les curés, notaires ou autres intermédiaires. Mais les signatures, c’est eux. En vrai.

  • La vie militaire
Pour les hommes, les documents militaires peuvent être source de nombreuses informations. Elles peuvent compléter, confirmer ou pallier une lacune. Les plus connues et les plus fournies sont les fiches matricules, couramment mises en ligne à partir de 1867 ou 1872. Mais avant ces documents il y a aussi les listes de contingents, les conseils de révision qui apportent leurs lots d’informations. En Haute-Savoie j’ai trouvé une autre source de recensement militaire : la consigne des mâles*.
C’est avec tout cela que j’ai su que très peu de mes ancêtres ont fait la guerre car la plupart ont été dispensés, pour soutien de famille ou problèmes physiques (voir ici). Étonnamment, celui qui avait des yeux, je cite, « orangés très verdâtre » n’a pas été renvoyé dans ses foyers. Pourtant je trouve personnellement que c’est un bon motif !
Si votre ancêtre a fait une/des guerre(s), il est possible de suivre son parcours grâce à son livret militaire (si vous avez la chance de le posséder), les Journaux de Marches et d’Opérations qui détaillent les actions des régiments au jour le jour (comme je le fais avec mon arrière-grand-père : #Centenaire1418 pas à pas) ou un dossier de carrière conservés aux archives nationales par exemple. Il a accompli un acte de bravoure ? Cherchez le diplôme de la citation à l’ordre de l’armée. Il a été blessé ? Adressez-vous aux archives médicales de l’armée (SAHMA) qui en conserve peut-être une trace.

  • La vie scolaire et professionnelle
Les générations précédentes ont tout gardé ? Tant mieux. Pour ma part, je me suis bien amusée à lire le bulletin de notes de ma mère… Les diplômes, eux, sont soigneusement conservés : Certificat d’Étude, Brevet d’Enseignement Commercial, etc…
Mais même s’il n’a pas été à l’école, il y a de fortes chance pour que votre ancêtre ait eu un métier (voire probablement plusieurs). Sauf, bien sûr, s’il était mendiant, mais dans ce cas aussi vous aurez peut-être l’occasion de le savoir (voir le RDVAncestral dédié).
Là encore, les papiers de famille peuvent vous fournir attestation de travail, bulletin de paye, certificat de travail, diplôme de société récompensant « les bons et loyaux services » de votre aïeul. Lettre de nomination, lettre de licenciement, pension d’invalidité, véritable dossier de carrière peut-être… Si vous avez une grand-mère qui garde tout, vous en saurez beaucoup…
Aux archives aussi on peut trouver des détails sur la carrière d’un ancêtre, notamment s’il a été employé par une administration qui gardera la trace de son dossier.
Dans le Journal Officiel vous pourrez trouver nomination, avancement ou pension.

  • La vie matérielle
Les archives notariales regorgent d’informations les biens de vos ancêtres : acte d’achat ou d’acquis, acte d’état*, bail*, ferme ou affermage*, arrentement*, cense*, cession*, donation*, échange*, licitation*, vente*, subrogation*, partage, prêt, quittance*, rente*, chastail* (cheptel). Votre ancêtre a pu faire une déclaration officielle (portant sur l’expertise à laquelle il a procédé par exemple) ou mettre son/ses bien(s) en hypothèque. Enfin, après son décès on peut trouver une demande d’inventaire suscitée par ses créanciers ou sa veuve, voire l’inventaire lui-même et alors là c’est le Graal : toutes les possessions de votre aïeul sont soigneusement détaillées, jusque dans leur état d’usure ; ce qui donne de précieuses indications quand à leur niveau de vie ; voir ici). 
Les avis dans la presse peuvent compléter certains de ces documents, comme l’annonce d’une vente posthume.

  • La vie sociale
Vos ancêtres n’étaient pas seuls. Il y avait plein de gens autour (qui étaient les ancêtres d’autres personnes, mais ça c’est une autre histoire). Bref, ils avaient une vie sociale !
La plupart du temps, ils ont passés des accords avec des voisins, des amis des parents. En général, cela se faisaient devant notaires : c’est pourquoi en épluchant leurs minutes on trouve tout un tas d’obligation*, promesse*, transaction*, transport*, etc…
Ils pouvaient s’engager dans la vie de leur paroisse : faire partie d’une confrérie* ou d’un syndic*, surveiller les comptes de fabrique*, instituer une fondation*, commanditer une nomination d’expert pour établir l’état de la maison curiale ou présider à la nomination de main d’œuvre pour faire faire des travaux dans la paroisse. Peut-être faisaient-ils partie de ces assemblées d’hommes qui participaient aux délibérations paroissiales, ou délibération des habitants, ou bien étaient-ils désignés par ces assemblées lors d’un contrat de permission qui les autorisaient à faire quelques tâches ou donner une somme d’argent à la paroisse.
Plus tard, ils feront peut-être partie des rédacteurs du cahier de doléance de leur paroisse (voir ici). Et plus tard encore seront-ils inscrits sur les listes électorales (mais n’y cherchez pas les femmes… enfin, pas tout de suite !). Comme les recensements celles-ci peuvent confirmer des informations… ou vous embrouiller en vous en donnant d’autres, même pas toujours véritables ! A vous de tout vérifier.

  • Insolite
Dans les registres paroissiaux on peut trouver des mentions qui sortent de l’ordinaire grâce à des curés bavards : règlement de compte, phénomènes climatiques extraordinaires, visite pastorale, inauguration de cloches, etc… (voir ici ou et bien d’autres sur le blog…). Ces événements qui ont été vécus par vos ancêtres et ont, peut-être, influencés le cours de leurs vies.
La presse est aussi assez prolifique en matière de fait divers : écroulement de la corniche de l’église, vol de lapins appartenant à votre ancêtre, inauguration d’une usine où il va travailler, etc…
C’est souvent savoureux, toujours divertissant.

  • Environnement
Enfin, tout autour de vos ancêtres, il y a… tout le reste !
Les cartes et plans vous donneront une idée plus ou moins précise (selon les époques) des paroisses (cartes de Cassini) et/ou des possessions de vos ancêtres : mappes sardes en Savoie (voir ici) ou plans cadastraux napoléoniens (mais bon, tant que les matrices – où sont inscrits les noms des parcelles et leurs propriétaires – ne seront pas numérisées, les plans mis en ligne ne servent servent pas à grand-chose ; les archives, si vous vous nous lisez…).
Les dictionnaires historiques et géographiques locaux vous donneront un aperçu de la paroisse/commune de votre ancêtre. Attention toutefois : gardez à l’esprit qu’ils ont été rédigés à une certaine époque et qu’il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre (genre une mention lapidaire « cette commune  n’a aucun intérêt » !). Ils permettent néanmoins de situer l’environnement dans lequel a évolué votre ancêtre (à un instant T, donc), de se faire une idée sur l'histoire, l’altitude, les cultures. En d’autres termes, de brosser un portrait « paysager » ; que vous pourrez compléter avec les  cartes postales anciennes qui vous montreront architecture, costumes et coutumes…

Bref, une multiplicité de sources qui donneront un supplément d’âme à votre généalogie.



[1] Et je ne vais parler là que des sources que j’ai rencontrées au cours de mes recherches, mais il y en a tellement d’autres…

1 commentaire:

  1. Rien que tout ça pour occuper ton temps généalogique ! De plus tu sais lire entre les lignes du millefeuille.

    RépondreSupprimer